Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juin 2010 1 14 /06 /juin /2010 22:05

Ces derniers temps, j'ai pas mal cogité sur la notion de liberté dans les Jeux de Rôle. Quelle est vraiment notre part de liberté à nous, joueurs, lorsque nous arpentons les scénarios plus ou moins dirigistes que nous propose notre Maître du Jeu ? Sommes-nous vraiment libres de tout faire ? 

 

La réponse, vraisemblablement, est "non" alors que la liberté d'action fut pendant longtemps un argument phare en faveur du Jeu de Rôle. Etonnant paradoxe que la perte de liberté qui menace tout personnage-joueur et peut transformer une session de JDR en épreuve frustrante, digne d'un mauvais jeu vidéo de plate-formes.

 

 

La perte de liberté commence avec nos personnages. Dès la création, en fait. Il y a des choses que l'on ne peut pas faire parce que cela ne concorde pas avec la race ou avec la classe choisie. Soit. Certaines règles sont ainsi conçues qu'il sera toujours impossible de jouer un demi-orc diplomate ou un hobbit paladin.

Il y a ensuite l'alignement de D&D qui connut diverses déclinaisons au cours de l'évolution du hobby : le Côté Obscur dans Star Wars, les points d'Humanité dans Cyberpunk 2020 (et dans Vampire aussi ? Je crois), les points de corruption... Tous ces traits n'ont jamais eu qu'un seul et unique rôle (d'un point de vue technique) : limiter les joueurs dans leurs excès. Servir de garde-fou, voire d'épée de Damoclès pour que le MJ ne se retrouve pas débordé par les excentricités de ses PJ. 

 

 

La perte de liberté continue ensuite dès lors que l'on commence à jouer. Aux tous débuts du JDR, cela sonnait presque comme une blague ("vous êtes attablés dans une auberge, lorsqu'un vieil homme se dirige vers vous et vous adresse la parole...").

Depuis lors, le JDR a évolué. Les artifices qui permettent à l'aventure de démarrer se sont sophistiqués, mais le point de départ est toujours resté le même : "vous" (= les PJ) êtes en train d'attendre une aventure lorsque "quelqu'un" ou "quelque chose" (= le MJ) ne surgisse. Ce peut être, par exemple, une rumeur "que vos personnages souhaitent vérifier". Ou bien une annonce placardée sur les murs de la ville "qui intrigue vos personnages". Ou encore l'appel au secours d'un PNJ "que vos personnages ne peuvent ignorer", etc. Toujours est-il que l'aventure se présente et que les PJ la saisissent. Doivent la saisir. Car il est totalement inconcevable, hors de question, que vos personnages puissent refuser ou ne pas être intéressés. L'aventure, donc, qui emporte les personnages avec elle, se présente-t-elle à eux comme une figure imposée. 

 


Et puis, la perte de liberté peut se poursuivre, dès lors que le MJ impose un chemin à suivre. Pas par vice ou par méchanceté, notez-bien. Ce peut être un manque d'expérience, ou d'aisance dès lors qu'il faut improviser. Ce peut-être aussi une volonté manifeste de sa part de respecter le scénario, surtout si c'est le scénario d'une campagne. Enfin, ce peut être tout simplement parce que le MJ a "sa" vision du monde (surtout si c'est "son" monde à lui, fait maison). Une conception du monde qui n'accepte pas que les joueurs s'en écartent. Parfois à raison, par respect pour l'oeuvre de l'auteur ("non, on joue à JRTM : vous ne pouvez pas faire d'alliances avec les orques. Eux-mêmes ne servent que Sauron"). Mais aussi, parfois, à tort. Si, si.

 

 

Dans le pire des cas, un scénario peut devenir dirigiste au point que les joueurs sont frustrés, dégoûtés, énervés. Car ils se sentent privés de leur libre-arbitre. Enchainés à une trame dirigiste comme des galériens à leur banc de force. Dans ce genre de moments, si le MJ n'écoute pas les doléances de ses joueurs, le risque est grand que certains joueurs décident tout simplement de se retirer de la partie. De jeter l'éponge !

 


Après tout, n'importe quel JDR, pour pouvoir fonctionner, passe par un "contrat moral" entre le MJ et les joueurs (lisez par exemple la "déclaration des Droits du Rôliste"), sur ce qu'il est possible de faire ou non, que ce soit dans (ex : a-t-on le droit de trahir les autres PJ ? Peut-on jouer un PJ mauvais ? etc.) ET hors du jeu (ex : éteindre les portables durant la partie). Et la liberté d'action est définitivement un point fondamental pour tout joueur qui se respecte. Sans libre-arbitre, quel intérêt conserve le jeu de rôle ?

 

De nombreux JDR récents tels que Wushu, OctaNe, Adventure ! (voir à ce sujet l'article paru sur PtGPtB), le génial Tranchons & Traquons, Chronicles of the Drenaï RPG et bien d'autres encore dessinent petit à petit une nouvelle façon de concevoir le JDR. On parle de "métajeu" intégré dans les règles, de "narrativisme", de "prise de contrôle" de l'histoire par les joueurs. Les concepts se suivent et souvent ne se ressemblent pas. La course à l'innovation semble être la règle comme si le Jeu de Rôle était à réinventer.


Mais finalement, la question demeure toujours la même : Et si l'on rendait enfin aux joueurs la possibilité perdue de pouvoir faire ce qu'ils veulent, car on est dans un jeu de rôle !

Et s'il n'y avait plus de scénarios dirigistes avec parcours fléché pour leur dire où aller, quoi faire, que dire, que penser ?

Et si les joueurs étaient libres de se déplacer dans le monde comme bon leur semble ?

 


Il existe une expression pour designer cette approche du jeu. Une expression qui regroupe toutes ces questions en un seul et même concept ludique : les "Sandbox games" (ou jeux "non-linéaires", en français). L'ironie veut que cette expression ne soit pas issue du milieu rôliste. Elle vient du monde des jeux vidéos !

Et elle a pris tout son sens avec l'apparition relativement récente de jeux vidéos "novateurs" tels que Fable, GTA 4Red Dead RedemptionMount & Blade : Warband et bien d'autres encore. Plus d'une fois, il m'est arrivé d'envier les heureux possesseurs de tels jeux. Plus d'une fois, il m'est arrivé de m'extasier sur la liberté d'action que je pouvais avoir dans Fable. Alors que je suis un rôliste, nom de nom ! 

 


Finalement, j'en reviens à ma petite personne égocentrique. Après deux années de JDR en tant que simple joueur, à raison de 1 à 3 parties par mois, je compte bientôt repasser de l'autre côté de l'écran. Là, à force de cogiter sur le sujet, à force également de subir des décisions parfois arbitraires (du moins, c'est mon point de vue éminemment subjectif et partial), j'ai fini un soir par écrire sur un bout de papier une Charte du MJ à mon intention. D'un jet. Sans hésitation. Ca donne ceci : 


LA CHARTE DU MAITRE DU JEU :


REGLE N° 1 - TOUJOURS LAISSER LA DECISION AUX JOUEURS.

Ne jamais décider pour les joueurs :

  • du chemin à prendre ; 
  • des actions à entreprendre ;
  • de ce qui est bien ou mal


REGLE N° 2 - NE RIEN IMPOSER. SEULEMENT PROPOSER.


REGLE N°3 - NE JAMAIS SE MOQUER DES PJ. NE JAMAIS LES RIDICULISER.

S'ils doivent être ridicules, que ce soit de leur propre chef. Même chose s'ils doivent se mettre dans le pétrin, que ce soit de leur plein gré. Voir à ce sujet l'excellent article 


REGLE N° 4 - NE JAMAIS PRENDRE LE CONTRÔLE D'UN PJ !

Le PJ appartient au joueur qui l'a créé. C'est à lui de décider de ce que fait son personnage. Ce qu'il pense, ce qu'il ressent, ce qu'il veut. Tout cela, c'est SON domaine à lui. Pas touche !


REGLE N° 5 - NE PAS ETRE LINEAIRE, NE PAS IMPOSER DE PARCOURS FLECHE


REGLE N° 6 - NE JAMAIS FERMER DE "PORTES" AUX PJ. LAISSER S'EXPRIMER LEUR CREATIVITE. NE PAS LEUR FERMER DES OPTIONS.

Pour faire face à un problème, il y a toujours plusieurs solutions. Pour se rendre à un endroit, il y a toujours plusieurs chemins, plusieurs voies d'accès. 

Pour reprendre une expression qu'on m'avait sorti un jour : "si la porte est fermée, je passe par la fenêtre. Si la fenêtre est fermée, je passe par la cheminée. S'il n'y a pas de cheminée ? Eh bien, pas grave, je creuse un trou dans le sol ou je perce un trou dans le mur (comme Léon dans le film éponyme de Luc Besson)"


REGLE N° 7 - NE JAMAIS IMPOSER SON POINT DE VUE, "PARCE QU'ON EST LE MJ" !


REGLE N°8 - LE MJ EST LA POUR DIVERTIR LES JOUEURS, D'ABORD. PAS L'INVERSE.

Pour éviter toute confusion, je crois sincèrement que si vous divertissez vos joueurs, ils vous le rendront au centuple. Par contre, si vous les bridez...


REGLE N° 9 - peut-être la plus importante, LE BUT D'UN JEU DE RÔLE, C'EST DE S'AMUSER ET DE (SE) FAIRE PLAISIR. PAS DE FUN, PAS DE JDR !


Voilà ! J'ai au moins deux de mes futurs joueurs qui vont probablement lire cet article et je me mets déjà la pression tout seul comme un grand. Mais je m'en fous ! Comme Desproges l'a dit un jour : "elle est immense, l'ambition de divertir". Dont acte.


Je me dis que le jeu en vaut la chandelle. Que je n'échangerai pour rien au monde mes parties de JDR contre des après-midis passés sur des jeux vidéos ou des soirés DVD à la maison entre potes. Que rien ne remplacera la convivialité, le fun, la surprise et l'amusement qui naissent d'une bonne partie de JDR. 

Et vous, mes amis ? Que pensez-vous de tout cela ? Ai-je raison ? Ai-je tort ? Quel est votre avis sur la question ? 



BONS JEUX A TOUS ET A TOUTES !




Pour en savoir plus :


Je dois rendre à César ce qui lui appartient : l'écriture de cet article doit beaucoup à Tranchons & Traquons, que j'ai lu avec passion et que j'ai finalement choisi pour mon retour à la maîtrise (j'ai le trac, j'vous dis pas !), le 26 juin. Les innombrables conseils de Kobayashi valent définitivement le détour.

 

Pour tous ceux qui s'intéressent à notre hobby et se posent des questions existentielles dessus, deux ouvrages sont incontournables :

- "les forges de la fiction" d'Olivier Caïra, dont j'ai parlé ICI,

- et "Jouer avec l'histoire", qu'il a co-dirigé. 

 

Surtout, le site incontournable reste Places to Go, People to Be (PtG, PtB), génial, et qui existe en version française depuis un bon moment. Vous pouvez y accéder directement en cliquant sur le lien ci-dessous : 

 

http://ptgptb.free.fr/index.php.

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Lutain 05/07/2010 03:51



Sujet très intéressant !


Je me souviens d'un MJ ironisant sur le jdr comme étant une "dictature ludique". Un peu dur mais pas totalement faux... Tant qu'à faire un rapprochement politique je préférerais la notion de
"despotisme éclairé", le MJ disposant d'une forte autorité cependant mise au seul service du plaisir du groupe.


Les joueurs doivent-ils être libres ? A mon sens non. Si le jdr en impro totale a effectivement une saveur incomparable sur de courtes séances et de manière occasionnelle, cela demande un bon MJ
capable d'improviser, des joueurs souscrivant à cette sorte de contrat "moral de groupe". Et puis le jeu en campagne nécessite à mon sens d'être préparé pour être réellement réussit, et donc de
retirer autant de liberté aux PJ - tout l'art du MJ étant alors de préserver un sentiment de liberté à ses joueurs.


Un JdRA creuse de manière très intéressante ce thème : la philo-fiction "Sens", où la lutte des PJ contre un tyrannie se déroule en parrallèle d'une lutte des joueurs contre l'autorité de
leur MJ... Un OVNI rôlistique que je me vois mal jouer, mais très intéressant à lire. http://www.legrog.org/jeu.jsp?id=2649 et 
http://sens.hexalogie.free.fr/web_acappella1/ pour plus d'infos (jen fais aussi une critique dans jdr mag 11).


Concernant le contrat moral, personnellement il se doit pour moi d'être implicite avec le groupe de joueurs. Une des raisons pour laquelle je ne joue qu'avec des amis proches (en dehors des
initiations), et me reconnait mal par exemple dans la pratique en club ou conférence.


Il me semble que ce sujet est un peu développé dans les Forges de la Fiction - tiens faudra que je m'y repenche à l'occasion !


++



olivier rousselin 11/07/2010 21:46



La notion de contrat moral est en effet primordiale. Elle nécessite de prévenir bien en amont les joueurs, qu'ils viennent en toute connaissance de cause à la partie. 


Je reste sceptique sur la notion de "despotismes éclairé", certains MJ ayant tendance à confondre leur plaisir et celui des joueurs. Par exemple, un MJ peut adorer les règles techniques et
infliger à ses joueurs des palabres sur l'usage de tel ou tel point de règle durant la partie, là où des rôlistes purs et durs, des "interprétatifs" ne demandent qu'à jouer, sans trop se soucier
du "comment".


Là, je dérape et pars sur un autre sujet : les différences de goût entre joueurs (qu'ils soient PJ ou MJ). Trois exemples, en me basant sur mon expérience personnelle :


1. certains joueurs n'adhèrent pas du tout aux univers héroïques, voire y sont totalement opposés. Du coup, je ne pourrai jamais jouer avec eux au Seigneur des Anneaux, à
Pendragon ou à Marvel Super Heroes (ou alors, ce serait pour jouer des super-vilains).Ils veulent du "réalisme", de la violence. Du coup, avec eux, je jouerai
plutôt à des parties de Cyberpunk, Shadowrun, Bloodlust Metal...


2. D'autres joueurs sont totalement réfractaires aux univers contemporains ou futuristes : hors de l'heroic-fantasy, point de salut. 


3. Enfin, certains joueurs qui aiment passer trois heures pour créer leur personnage. D'autres détestent cela et préfèrent créer un perso en dix minutes (comme dans Naheulbeuk RPG ou Tranchons
& Traquons).


Le problème, c'est que faire lorsqu'un d'eux passe de l'autre côté de l'écran et devient MJ ? La réponse n'est pas très plaisante. Car soit le joueur fait des efforts pour s'adapter aux jeux des
autres. Soit il dit "ce n'est pas pour moi, ça ne m'intéresse pas" et voilà un joueur de moins à la table...


Promis, je complèterai un jour l'article mais de nombreux jeux donnent un contrôle plus ou moins partiel de l'histoire aux joueurs. Depuis Prince Valiant RPG en fait, créé par
Gregg Stafford dans les années 80, je crois.  


 



Olbaïd 03/07/2010 12:56



Oui, j'ai un site ( pas très beau et cryblé de fautes d'orthographes )


http://swordspirit.fr.nf


Merci,


Bonne continuation


Olbaïd



olivier rousselin 03/07/2010 20:51



Sword and Spirit ? Un nouveau JDRA médiéval-fantastique en cours d'élaboration ? Waouw ! Bon courage à toi, tu t'es lancé dans une entreprise de longue haleine ! Et tu vas
avoir une rude concurrence (il y a tellement d'autres JDR de parus sur ce thème). En tout cas, je te souhaite bon courage et suis de tout coeur avec toi.



Olbaïd 30/06/2010 13:25



Bonjour,


Je tenais a vous dire par le biais de ce commentaire que je suis vraiment d'accord avec ce qui a été écrit plus haut et dans l'article.


Je travaille actuellement sur la création d'un JdRA en essayant le plus possible de tendre vers une libertée et un réalisme dans le simulation d'un univers.


Vous pouvez voir les etofes du peu que nous avons déja fais, mais tout ce qui donne la libertée au joueur arrive dans la prochaine version ( d'ici septembre )


 


Bonne continuation, j'apprécie beaucoup votre blog


Olbaïd



olivier rousselin 01/07/2010 22:51



Merci Olbaïd pour tes encouragements et ton avis. Je serais ravi de découvrir ce que tu as déjà fait. Y a-t-il un site web qui présente tes travaux ? Un blog ? 


A noter que plusieurs lecteurs ont émis des objections fort intéressantes que je compte inclure prochainement. L'article va donc s'étoffer.


Clairement, la liberté n'est pas forcément du goût de tous. Si cette notion est séduisante, elle peut se révéler délicate à gérer, voire "casse-gueule".


 


 


 



syl 16/06/2010 20:47



Bien sûr tu as raison!


Que n'ai-je subi moi aussi ce genre de choses. DU coup, je me suis dirigé vers le rôle de MD, tout naturellement... Mais gare, la crtitique est aisée, l'art est difficile...


SYL



olivier rousselin 01/07/2010 22:56



Ah ça ! Je me suis prêté à l'exercice "sans filet" samedi dernier avec Tranchons & Traquons et trois joueurs : le premier a adoré ; le second a bien aimé ; le troisième a
détesté et trouvé ma maîtrise archi-nulle. Ca fait 66% de réussite. C'est pas mal mais on est loin du sans faute, hein ?



Rappetou 16/06/2010 03:30



Je suis bien évidemment d'accord avec ta charte mais en ce qui concerne la liberté dans le jdr je pense qu'elle doit impérativement être encadrée  En fait, pour moi, un bon MJ ne doit pas se contenter de laisser les joueurs faire ce qu'ils veulent mais doit maitriser sa
partie tout en donnant l'illusion aux joueurs qu'ils sont libres. Cela implique qu'il doit les emmener d'un début à... une fin.


Car voilà le secret d'une bonne aventure (ce qui ne veut pas forcément dire une bonne partie)  Ca n'est rien
qu'un bon début, une bonne fin et un arc scénaristique maitrisé ! Les vieux routards du jdr qui ont la chance de posséder une bonne maitrise intuitive de l'arc scénaristique n'ont pas besoin
d'autre chose qu'une bonne idée de début, une bonne idée de fin et de savoir broder entre les 2 (il faut aussi connaitre le background du monde qui en fait n'est souvent qu'un "habillage").


Autre chose importante (tirée du site ptgptb), c'est que "trop d'impro, tue l'impro". Du coup un MJ qui
n'arrive plus à improviser devient... ? dirigiste. Donc plus on prépare son scénar, mieux on improvise et plus les joueurs peuvent se sentir... ? libre


 


Pour ce qui me concerne j'applique (enfin je m'efforce) la règle du "ne dites pas non à vos joueurs". Il s'agit de laisser les joueurs faire, quitte à les laisser partir sur de mauvaises pistes
ou à en créer de nouvelles mais ça n'est pas si évident car cela requiert d'être souple et imaginatif.



olivier rousselin 16/06/2010 07:10



Tu viens d'employer le mot clé à la fin de ton commentaire : "souple". La souplesse d'esprit devrait être une vertu essentielle pour tout MJ, ce
que toi, tu t'efforces d'atteindre avec la (très bonne) règle du "ne dites pas non à vos joueurs". J'ai pas mal d'anecdotes de jeu en tête. Des trucs pitoyables, des diktats de mon MJ,
ultra-dirigiste, qui nous font beaucoup rire quand nous y repensons, moi et les autres joueurs, mais qui, sur le coup, nous ont scandalisés. 


 


Ensuite, effectivement, une partie, improvisée ou non, ne se déroule que mieux si elle est préparée avec soin en amont. Les joueurs n'ont pas la même réaction quand ils réalisent que tu n'as
utilisé que 10% de ce que tu leur avais préparé. Et plus tu prépares ton scénario, plus tu connais le monde dans lequel ils vont évoluer, ses PNJ, ses lieux secrets, ses coutumes, etc. Pour
paraphraser la célèbre phrase de la publicité Pirelli : "sans maîtrise, la puissance n'est rien" !



Présentation

  • : dices everywhere, des dés, du fun, des jeux
  • dices everywhere, des dés, du fun, des jeux
  • : blog dédié aux JEUX DE RÔLE "OLD SCHOOL" et plus récents : AD&D 1st ed., 0D&D, Labyrinth Lord, Swords & Wizardry, OSRIC, Savage Worlds
  • Contact

Who Made Who

  • Olivier
  • Passionné de JDR depuis bientôt 30 ans et fan de : mangas, comics, fantasy, SF, fantastique, épouvante, Heavy-Metal, Vikings, Hal Foster, HR Giger, Druillet, R.E. Howard, Lovecraft et bien d'autres choses encore !!!
  • Passionné de JDR depuis bientôt 30 ans et fan de : mangas, comics, fantasy, SF, fantastique, épouvante, Heavy-Metal, Vikings, Hal Foster, HR Giger, Druillet, R.E. Howard, Lovecraft et bien d'autres choses encore !!!

Recherche

Je soutiens...

    brstrip

 

Liberté d'expression sur le net