Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 20:24

 

Oyez ! Oyez !

 

Qu’il soit annoncé publiquement,

 

Et répété en tous lieux,

 

Aux quatre coins du Royaume,

 

Qu’une seconde édition a vu le jour,

 

Pour le jeu de rôle...

 

... "Epées et Sorcellerie" !!!

 

épées et sorcellerie II

 

Fort de son succès (le jeu a même été traduit en anglais), le rétro-clone inspiré par  Chainmail s’est enrichi, passant de 64 à 107 pages !

 

Ses règles demeurent inchangées, heureusement, mais de nombreuses options sont venues se greffer, pour plus de diversité : nouvelles classes, origines culturelles (une idée empruntée, ce me semble à l’excellent univers de jeu"Xoth"), magie corruptrice, manœuvres de combat… Les idées fusent, nombreuses et toujours simples à mettre en œuvre !

 

De nombreux monstres ont été rajoutés, pour un bestiaire conséquent. De nouveaux sorts aussi. Enfin, deux scénarios ("la tombe d’Ulgubash" et  "Le Dieu Putréfié") ont été incorporés au livre de base. Une table des matières et un index, très pratiques, viennent clore l’ouvrage avec l'incontournable feuille de personnage vierge et quelques tableaux récapitulatifs. Que du bon !

 

De surcroit, l’ensemble a bénéficié d’une relecture attentive pour éliminer coquilles et fautes diverses.

 

J’avais déjà présenté épées et sorcellerie sur le blog (ICI et LA). J’avais trouvé le livre excellent. Clair, net et précis. Simple d’utilisation. Facile à prendre en main. Bref, idéal pour faire découvrir le JDR à des néophytes.

 

Je réitère mes compliments : Epées & Sorcellerie 2 est un petit bijou qui mérite toute votre attention, y compris si vous êtes insensible ou réfractaire à l’OSR.  :-)

 

Ne passez pas à côté !! Le jeu est téléchargeable GRATUITEMENT sur lulu.com.

 

 

 

BON TELECHARGEMENT ET BONS JEUX !

 

Repost 0
9 novembre 2013 6 09 /11 /novembre /2013 23:10
The Bundle of Holding, spécial "retro-clones"

A tout hasard, voilà une information qui pourrait intéresser du monde : "The Bundle of Holding", un service de vente en ligne, propose tout plein de jeux de rôle et de suppléments old school à acheter en pdf avec un format "pay what you want" légèrement altéré. Par "altéré", je veux dire qu'il y a une mise à prix minimum à verser (3,95$) pour obtenir un premier package.

 

Ce premier package comprend :

  • la version "no art" (sans images) de Labyrinth Lord ;
  • celle de Lamentations of the Flame Princess ;
  • le "Quick Primer to Old School Gaming", une excellente introduction au genre "old school", écrite par Matthew Finch et traduite en français par Denis Huneau dans le numéro 19 de JDR-Mag (pages 36 à 43) ;
  • "Philotomy's musings", un autre guide consacré au mouvement OSR ;
  • "One page dungeon contest Winners 2013", la compilation de 21 donjons savamment conçus, les gagnants du dernier concours organisé par Alex Schroeder chaque année sur son site web ;
  • le numéro 1 du webzine "Knockspell" (61 pages),
  • le numéro 1 de "Dyson's Dodecahedron" (12 pages)
  • les "complete rules" de Swords and Wizardry, accompagné des deux suppléments : le "Monster Book" et "Eldritch Weirdness Compilation" (total: 313 pages !)
  • le scénario "Tomb of the Iron God" (29 pages)

 

Si on paie plus, disons 14$, l'offre inclut des suppléments bonus :

  • le génial "Vornheim" ;
  • les règles de base complètes  de Adventurer Conqueror King (272 pages), le néo-clone d'Autarch Games;
  • deux scénarios pour Lamentations of the Flame Princess, à savoir "the god tha crawls" et "the monolith from beyond space and time"
  • "Demon Spore", un gros scénario de 86 pages signé Matthew Finch ;
  • "Cyclopean Deeps 1 : down to Ques Querax", le premier volet (22 pages) d'une campagne censée emmener les personnages des joueurs dans les profondeurs de la Terre ;
  • "Stonehell Dungeon", un autre gros donjon, de 138 pages, signé Michael Curtis.


A ce stade, je ne sais pas si TOUS ces suppléments seront fournis à tous les acheteurs ou l'offre sera plus ou moins importante en fonction de la somme investie (en clair, est-ce que l'acheteur qui paie 14$ aura droit à la même quantité de suppléments que celui qui en mise 24 ?).

 

Malgré tout, l'offre reste très avantageuse, avec du matériel gratuit, certes, mais aussi beaucoup de pdf payants, pour un prix normalement plus élevé. Rien qu'Adventurer Conqueror King coûte 9$ à lui tout seul.

 

Je vous laisse vous faire une idée en vous rendant sur le site web vous-mêmes.

 

Enfin, un dernier détail : l'offre est limitée dans le temps, avec un compte à rebours. Là, il reste 1 jour, 15 heures et 48 minutes...

 

Si ça vous tente, à vos CB !!!

 

Rendez-vous sur "The Bundle of Holding"

 

 

;-)

Repost 0
9 novembre 2013 6 09 /11 /novembre /2013 00:14
Adventures in the East Mark

 

Hourra !!! La collecte de fonds pour "Adventures in the East Mark" a finalement été un succès ! Plus de quatre-cent personnes ont soutenu le projet lancé sur Kickstarter. Le seuil fixé (21.000 $) a été atteint puis dépassé et la collecte s'achève sur une somme globale d'environ 28.000$.

 

Certes, on est très loin des 156.000 euros de la seconde édition de Pavillon Noir, mais quand même ! La somme atteinte est plus qu'honorable pour un "petit" jeu, un rétro-clone "old school", qui plus est édité par un éditeur indépendant, dont ce sera la première réalisation.

 

Il va maintenant falloir concrétiser ce beau projet et lui donner vie. "Adventures in the East Mark" promet d'être un très beau jeu, certes classique et sans surprises, mais superbement illustré et au doux parfum d'aventures.

 

Il me tarde d'en savoir plus. Souhaitons juste que ce nouveau projet traverse l'Atlantique et parvienne jusqu'aux rayonnages de nos boutiques de jeux préférées.

 

 

BONS JEUX A TOUS !   :-)

Adventures in the East Mark
Repost 0
3 novembre 2013 7 03 /11 /novembre /2013 17:51

Octobre fut un mois enthousiasmant.

 

En plus de recevoir mon écran du MJ pour Défis Fantastiques, et de lancer ma première partie du même jeu, avec un tout nouveau groupe de joueurs (chic !), je faisais l'acquisition sur Amazon du jeu de rôle Basic Fantasy, un chouette néo-clone furieusement "old-school".

En plus du jeu de base, je me procurais quatre modules de campagnes complets : "Morgansfort", "The Glains Campaign", "the chaotic caves" et "Monjey Isle".

Le prix total ? 17,76€ !

 

4,28€ pour le jeu de base (relié, imprimé, couverture souple, 160 pages) !

3,37€ pour chaque module (relié, imprimé, couverture souple, entre 42 et 70 pages chacun) !

 

Pas des pdf, hein ? Des livres IMPRIMES !!!!!

 

Waouh !!!!

 

Un prix imbattable !!! Et la commande ne se fait pas sur lulu.com mais sur Amazon. Ce qui change tout ! Frais de port offerts, livraison ultra rapide, emballage soigneux. Rien à dire. Avec un ami (qui a un compte chez Amazon), nous passons la commande un mercredi, le colis part le lendemain et arrive à bon port le samedi matin, nickel chrome. Qui dit mieux ?  :-))

Basic Fantasy

 

Mais reprenons depuis le début :

 

Basic Fantasy est donc un néo-clone signé Chris Gonnermann, publié pour la première fois en 2006 et diffusé gratuitement sur Internet.

 

Pourquoi "néo" ? Parce que l'auteur est parti du D20 system, qu'il a profondément simplifié et remanié pour lui donner une "patine" old-school. Du coup, le jeu ressemble à du Donjons & Dragons première édition, mais avec des mécanismes plus modernes.

 

Essentiellement, nous avons :

  • une classe d'armure ascendante ;
  • la différenciation entre races et classes. Par exemple, un nain ne sera pas forcément guerrier, il pourra choisir d'être clerc ou voleur. 
  • une initiative indivuelle, pouvant être modifiée par le bonus de Dextérité. Tandis que Labyrinth Lord (ou tout autre jeu classé B/X) utilise une initiative de groupe.
  • PAS D'ALIGNEMENT !!! Alors là, pour le coup, c'est un pas de géant par rapport à la tradition "déedesque". Mais après tout, pourquoi pas ? Un nombre incalculable de JDR s'en passe et s'en remet au bon sens des joueurs pour déterminer le comportement de leurs personnages. Exit donc, les douloureux débats avec les joueurs qui ne comprennent pas que "non, ton personnage chaotique-bon ne peux pas égorger la magicienne parce qu'elle lui casse les oreilles". "Mais je suis chaotique" répond le joueur. "Oui, mais chaotique-BON ! Ca veut dire que tu respectes la vie humaine en général, que tu aies capable d'empathie avec les autres, que tu évites la violence gratuite. Tu tues pas des gens comme ça, par plaisir. Il faudrait que tu sois chaotique-MAUVAIS pour cela" (anecdote 100% véridique).

 

 

honnêtement, je n'ai pas tout lu avec une attention scrupuleuse. Je n'ai pas "décortiqué" le livre car de toute façon, j'estime que rien ne vaut un test du jeu en "live", avec des vrais joueurs en face qui posent 50.000 questions et lancent les dés. Il n'y a que de cette façon (à mon humble avis) qu'on peut réellement découvrir un jeu, ses subtilités et ses particularités.

 

 

Mais d'ores et déjà, ce que je peux vous dire, c'est que le jeu est écrit du début à la fin avec un souci bienvenu de simplicité d'usage et de facilité de prise en main. Aucun blah-blah inutile. Le style est concis, fluide. Un régal à la lecture !

 

D'ailleurs, Chris Gonnermann cite sa fille Taylor, comme étant sa "principale source d'inspiration". Un papa rôliste donc, qui écrit un JDR à l'intention de sa fille. L'anecdote pose Basic Fantasy bien mieux que de longs discours. Ici, pas création de personnage en trois heures chrono avec répartition de points. Ni d'optimisation des carac' et dons sur vingt niveaux, façon "montage financier".

 

Non. Le jeu va droit au but. Pose des bases simples et faciles à assimiler. Et recheche ouvertement le souffle d'aventure des vieux modules TSR. Seul le paragraphe sur la construction de forteresses (pour les personnages ayant atteint le niveau 9) m'a semblé quelque peu ardu et vous demandera un peu plus d'attention que d'habitude.

 

Basic Fantasy (à gauche), à côté du jeu qui l'a inspiré : D&D troisième édition (à droite)

Basic Fantasy (à gauche), à côté du jeu qui l'a inspiré : D&D troisième édition (à droite)

 

 

Si vous hésitez ou bien ressentez un certain sceptissisme, je le répète : le jeu est disponible en pdf GRATUITEMENT, de même que les modules pré-cités sur le site officiel du jeu : http://basicfantasy.org/

 

Et justement, sur le site web, vous trouverez une foultitude d'aides de jeux : d'autres modules de campagne, des scénarios inédits, des règles optionnelles pour introduire les paladins, rangers et autres classes iconiques de AD&D...

 

Tous ces "inédits" (je veux dire par là qu'ils ne sont pas mis en vente sur le site Amazon) portent la mention "playtest". Ils sont donc amoureusement testés, peaufinés, commentés, lus et relus pour éviter toute faute de frappe, toutes coquille. Ils sont également mis à jour au fur et à mesure des tests.

 

Bref, ils sont développés avec un rare professionalisme et un souci d'exigence qui fait plaisir.

 

A ce stade, évidemment, mettons les choses au point : Basic Fantasy demeure un JDR 100% "old school" !

C'est-à-dire avec :

  • des donjons à explorer.
  • des zones inhabitées peuplées de monstres. 
  • des combats épiques à mener (XP, XP, XP!).
  • des trésors à s'emparer.

 

N'attendez pas ici des récits complexes à base de manipulations politiques sur quatre générations (fichus elfes ! A moins que ce ne soit des vampires ?). Ni des descriptions détaillées de monde sous forme d'atlas ultra-détaillés avec chronologie et considérations géopolitiques ou socio-culturelles.

 

Non, rien de tout cela.

 

Mais des tonnes de fun pour vous et vos joueurs, sous forme de ruines maudites, de légendes obscures, de lieux désertiques, de complexes souterrains immenses, et de hordes chaotiques qui menacent vos héros.

 

Bref, de l'aventure !! A foison.

 

Perso, je suis fan. J'accroche. J'adhère. Et j'ai hâte de tester Basic Fantasy. Dès l'an prochain en fait. ;-)

 

 

 

BONS JEUX A TOUS ET A TOUTES !!

Repost 0
1 novembre 2013 5 01 /11 /novembre /2013 14:08
Aventuras en la Marca del Este, "old-school" hispanique

"Aventuras en la Marca del Este", c'est le nom d'un retro-clone de belle facture, édité en espagnol et diffusé par Holocuberta Ediciones.

 

Basé sur les règles de Dungeons & Dragons, bénéficiant d'illustrations somptueuses, le jeu existe depuis trois ans maintenant et rencontre (parait-il) un beau succès dans son pays natal, avec une gamme développée.

 

Nous avons donc :

 

- Une boîte rouge dite "Basico" (pour commencer), avec son livre de règles de 150 pages (contenant un bestiaire et deux scénarios), un set de dés, un écran du MJ et une carte du monde ;

- une boîte bleue, contenant un livre de campagne de 248 pages, une carte tout en couleurs du monde du jeu, une seconde carte, décrivant la cité médiévale de Robleda, et une troisième carte enfin, présentant les fameuses Marches de l'Est qui donnent leur nom au jeu (les trois cartes sont imprimées recto-verso .

- enfin, une boîte verte, avec un livre de règles avancées de 324 pages (gestion des fiefs et royaumes, artefacts magiques, gestion des compagnons d'armes, etc.)

 

Si tout cela vous semble familier et vous fait penser à un autre jeu, c'est normal. C'est fait pour ! :-P

 

Un second écran du maître, en carton plus épais, est vendu à part, illustré par l'anglais Joe Hogdson (illustrateur sur Dragon Warriors/Terres de Légende et OpenQuest, entre autres).

 

Enfin, quelques scénarios et une série de romans sont aussi commercialisés. Bref, beaucoup à lire et à faire jouer... Mais en espagnol uniquement !

Aventuras en la Marca del Este, "old-school" hispanique

 

Si, comme moi, vous ne parlez pas espagnol, sachez qu'une édition en langue anglaise est en train de se monter.

 

Un petit éditeur, Extra-Dimensional Publishing s'est en effet lancé dans la grande aventure de l'édition et a lancé une collecte de fonds sur Kickstarter.

 

Seul bémol : à ce jour, le jeu n'a engrangé "que" 16.272$ sur un total souhaité de 21.000. Il manque encore 4.728$ pour que le projet soit financé et lancé et seulement sept jours de délai avant que la collecte soit close !!

 

4.728$ en sept jours, c'est court. Très court. Trop court. On voit là la limite du principe institué par Kickstarter, car le projet risque d'avorter avant même d'être lancé. Et ce serait bien dommage.

 

 

Aventuras en la Marca del Este, "old-school" hispanique

A ce stade, je ne vois plus que trois solutions :

 

Solution A : Se mettre à l'espagnol (au castillan, semble-t-il, mais je ne m'y connais guère) et commander la "caja roca" del "juego del rol Aventuras en la Marca del Este". Ouf ! Le jeu est vendu 29,95€. Il reste à voir la question des frais de port. Si vous êtes déjà bilingue ou souhaitez vous y remettre tout en vous amusant, c'est la solution rêvée !

 

 

Solution B : prier pour que le Kickstarter fonctionne.

Ou mieux, y participer :

  • Pour 10$, vous aurez droit au pdf des règles complètes.
  • Et pour 50$ ("international aristocrat"), vous recevrez une copie physique du jeu, chez vous, plus le pdf du jeu, plus une aventure exclusive (toujours au format pdf).

Seule condition : que le montant souhaité de 21.000$ soit atteint d'ici au 08 novembre !

 

Perso, j'ai beaucoup de mal avec Kickstarter et le naufrage de "Dwimmermount" ne m'incite pas à l'aventure. Mais Nom de Dieu !!! Qu'est-ce que j'aimerais voir ce projet aboutir !!!!

 

 

Solution C : une version française, pitiéééééé !!! 

Là, je sais, je rêve les yeux grand ouverts. Je délire. Mais bon, voilà : j'aimerais bien voir une version française du jeu.

Et pourquoi pas ?

Holocuberta Ediciones a déjà traduit ou projette de traduire plusieurs jeux de rôle français : Qin, Yggdrasyl, Z-Corps, Teng, et Keltia. L'éditeur a notamment des liens privilégiés avec le Septième Cercle.

 

Alors, pourquoi pas une VF des "Aventures dans les Marches de l'Est" ?

 

Ce serait d'autant plus envisageable que le Septième Cercle a son système générique médiéval-fantastique en la personne de Fantasy Craft. Un add-on "Fantasy-Craft" serait donc tout à fait envisageable (comme cela a été fait pour Keltia).

 

Les réfractaires au côté "old-school" auraient ainsi un univers accessible, bien développé, et bénéficiant d'un artwork solide et de toute beauté, qu'ils pourraient explorer avec FantasyCraft (ou tout autre jeu D20, du coup). ;-)

 

Aventuras en la Marca del Este, "old-school" hispanique

Franchement, "Aventuras en la marca del este" fait envie.

 

J'espère sincèrement que ce projet de version anglaise va se monter et rencontrer un succès mérité, qui permettra à la gamme de se faire connaître à l'international. Ce serait amplement mérité.
 

 

Pour en savoir plus :

 

Voici quelques liens supplémentaires :

 

- http://www.lamarcadeleste.com/, le blog du principal auteur du jeu, Pedro Gil ;

 

- https://es.wikipedia.org/wiki/Aventuras_en_la_Marca_del_Este ;

 

- une critique élogieuse (en anglais) parue sur www.gmsmagazine.com ;

 

- toujours sur www.gmsmagazine.com : l'ouverture (en vidéo) de la boîte bleue ;

 

- Et une ouverture des boîtes bleue et verte, parue sur le site www.dragonesycastillos.com

 

 

Vayamosnos a la ventura !!!!

Aventuras en la Marca del Este, "old-school" hispanique
Repost 0
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 19:51

Youpi !!! Ce soir, en rentrant du boulot, j'ai eu l'heureuse surprise de trouver une chouette enveloppe bien épaisse, avec à l'intérieur, l'écran du Meneur de Jeu de Défis Fantastiques. Un bel écran trois volets, au format paysages, accompagné d'un épais scénario de quatre-vingt pages.


 

Cela faisait un petit moment que je le voulais cet écran. Petit problème : je ne le trouvais nulle part en boutique. Seul le livre de base était disponible.

 

 

Etonné, je finis par déposer un petit commentaire sur le site officiel du jeu et entrais ainsi en contact avec les membres de Scriptarium : des gars sympas, ouverts et disponibles.

J'ai ainsi appris que, pour le moment, seul le livre de base est distribué par Millenium pour des raisons de coût. Transmettre au distributeur les trois suppléments existants, (à savoir la carte d'Allansia, l'écran et "les Accessoires du MJ" avec ses pions cartonnés façon Oeil Noir et ses tuiles façon D&D 4) reste délicat, car il faut intégrer le légitime pourcentage du distributeur.

Seule solution, en attendant que la situation soit résolue  : commander en ligne sur leur site internet. Ce que je fis en début de mois (le 02 octobre).

 

La commande fut expédiée deux jours plus tard (le 05/10) et parvint donc chez moi ce matin. Un peu long ? Me direz-vous. Certes, mais les frais de port sont offerts, vous répondrai-je. L'offre est limitée dans le temps (elle devrait cesser en 2014), aussi profitez-en dès maintenant !

De plus, pour ceux d'entre vous qui sont pressés ou aiment sécuriser leurs envois, Scriptarium a rajouté une option avec envoi en colissimo (à vos frais, bien entendu). Royal !

 

:-D

 

Défis Fantastiques, l'écranDéfis Fantastiques, l'écran
Défis Fantastiques, l'écran

Et l'écran ? Me demanderez-vous. Comment est-il ?

 

Eh bien, il est beau ! Tout simplement. Le format paysage rend vraiment bien. L'illustration côté joueurs, signée Jidus, est vraiment cool. Evocatrice. Dynamique.

Côté MJ, toutes les tables utiles semblent au rendez-vous (je testerai samedi en live) et quelques illustrations de Russ Nicholson viennent l'embellir. Une très bonne idée: pourquoi diable les joueurs seraient-il les seuls à avoir un chouette visuel sous les yeux ? Hein ? J'vous l'demande !

 

Côté scénario, la campagne proposée a l'air bien dense, avec des règles additionnelles pour jouer des pirates, voguer sur l'eau, mettre en scène des combats navals. Oui mes amis : vos personnages seront des piraaaaaates !!!

Sept feuilles de persos prétirés sont jointes : une heureuse surprise.

 

 

Défis Fantastiques, l'écran

Pour conclure, Défis Fantastiques, c'est que du bonheur ! Visuellement, l'ensemble est très pro, très beau et donne envie.



Pour ce qui est des règles, je vais pouvoir tester le système en live dès samedi, avec de vrais joueurs en face de moi, à ma table. Et je vais pouvoir frimer devant eux quand je vais arborer ce bel écran bien solide derrière lequel seront planquées toutes mes notes et mes dés fétiches. eh eh eh !



A léquipe de Scriptarium, j'ai envie de dire "Bravo ! Super beau boulot !!!"

 

Et surtout : "continuez comme ça !"

 

 

Vivement samedi !!

 

Défis Fantastiques, l'écran
Défis Fantastiques, l'écran
Repost 0
21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 23:04

Chouette ! Wizards of the Coast a décidé de mettre en ligne GRATUITEMENT (et pour une durée limitée) de la campagne "T1-4, The Temple of Elemental Evil".
 

 

Attention ! L'offre s'arrête le 28 septembre prochain !

 

Je ne puis que vous encourager à la saisir. Le pdf (qui fait 35Mo environ) peut être téléchargé sur les sites rapidejdr.fr et rpgnow.com.

 

Et l'ouvrage en lui-même, me demanderez-vous ? Eh bien, nous avons là 146 pages bien remplies, écrites tout petit sur trois colonnes, avec très peu d'illustrations. Ca, c'est pour la forme. Sur le fond, nous avons toute une région détaillée. Un "sandbox" comme disent les joueurs branchés, avec ses périls, ses secrets enfouis, son donjon (le fameux temple, que les PJ voudront explorer), sa communauté de braves paysans menacés (le village de Hommlet, refuge des PJ entre deux explorations).

 

Officiellement, "The Temple of Elemental Evil" est une grosse campagne qui permet aux PJ de monter du premier jusqu'au huitième niveau. Charge à vous, ami MD, d'épicer le tout avec vos propres inventions : PNJ, rumeurs de tavernes, intrigues diverses, missions confiées aux PJ, etcetera.

 

Une très chouette initiative, qui nous réconcilierait presque avec l'éditeur américain.

 

Sortez vos manuels de Portes, Monstres, Trésors et OSRIC (en français). Le Temple du Mal Elémentaire vous attend !!!

 

 

(Re-) découvrir le Temple du Mal Elementaire

Enfin, petit clin d'oeil pour tous ceux et celles d'entre vous que le nom du village (Hommlet!) fait sourire : "omelette - les nuls".

Repost 0
14 septembre 2013 6 14 /09 /septembre /2013 20:43

Septembre 2013 : l'OSR se porte toujours bien, et c'est tant mieux !

 

Passée la première vague des retro-clones (entre 2006 et 2008), puis la déferlante de néo- ou quasi-clones des années suivantes, le mouvement a semble-t-il ralenti son activité. Des blogs ont cessé d'émettre. Certains acteurs de la scène OSR (James Maliszewski, B. Scott Hoover) se sont retirés et ne publient plus rien sur le web. Ont-ils arrêté le JDR ? Se sont-ils faits moines ? La CIA est-elle impliquée ? Nul ne le sait. Bref, on pourrait croire que le soufflé est retombé. Que la "mode" est passée.

 

Mais que nenni ! Nous sommes plutôt entrés dans une troisième phase. Plus calme. Plus  sereine. Plus tranquille. Puisque les jeux existent (et les plus influents d'entre eux sont gratuits), inutile d'en créer d'autres. Le temps est venu tout simplement d'y jouer, à ces jeux ! De les utiliser pour jouer des scénarios, des campagnes, des dungeon crawls, des "sandbox settings". Egalement, d'en utiliser tous les outils pour créer et animer ses propres mondes de jeux. Avec leurs légendes, leurs seigneurs locaux, leurs innombrables périls, leurs trésors cachés...

 

Cryptworld, le retro-clone de Chill

Cependant, Goblinoid Games, l'un des éditeurs historiques du mouvement OSR, continue d'explorer le passé de notre hobby avec la patience et le dévouement d'un archéologue.

 

Après avoir embrassé les premières années de D&D dans toute leur ampleur avec Labyrinth Lord et ses deux extensions ("Advanced Edition Companion" et "Original Edition Characters"), Daniel Proctor, seul maître à bord, a ensuite abordé les genres post-apocalyptique avec Mutant Future (le retro-clone de Gamma World), puis Space Opera, avec Star Frontiers 2nd Ed. Trois jeux dôtés d'un même système de règles, entièrement compatibles entre eux. A ces trois jeux, je suis tenté de rajouter l'extension "Crawling Chaos", qui introduit le mythe de Cthulhu dans les règles et l'univers de D&D. Une idée géniale et très bien menée.

 

Délaissant le corpus de règles de D&D, Proctor a ensuite acquis les droits du système Pacesetter, fondé par d'ex-membres de TSR.

Peu connu, Pacesetter créa plusieurs jeux en un laps de temps court (moins de cinq ans) dont le fameux et célèbre CHILL !

 

Cryptworld, le retro-clone de Chill

Et c'est justement à la première édition de CHILL que Cryptworld nous propose de jouer !

 

Mis en vente un vendredi 13 (tiens, tiens ?) sur le site rpgnow et sur la boutique en ligne de l'éditeur, Cryptworld est donc un JDR d'épouvante et de suspense, dans lequel les joueurs pourront affronter toutes sortes de créatures cauchemardesques : vampires, zombies, loups-garous, serial-killers,  sectes sataniques, créatures venues d'un autre monde...

 

A sa sortie, Chill première édition déroulait en effet tout un bestiaire des plus "classiques", par opposition aux créations hallucinées de H.P. Lovecraft. C'est ce même bestiaire que vous, MJ, pourrez lancer aux trousses de vos joueurs, le tout pour un prix modique (moins de 7$ pour la version pdf).

 

Pour moi, la sortie de Cryptworld est une excellente nouvelle.

 

D'abord, parce que ce jeu très court (90 pages A4), permet de renouer avec l'ambiance spécifique des films d'horreur des années 50 à 70. Ceux de la Hammer et des grandes firmes comme Universal.

 

Ensuite, parce que le jeu est compatible avec les autres jeux Pacesetter publiés par Goblinoid Games :

  • Rottworld (un jeu de zombie-survival-horror, thème ô combien à la mode ces derniers temps),
  • Majus (mélange de Film Noir et d'occultime contemporain, façon White Wolf),
  • Timemaster (un des tous premiers jeux de rôle sur le thème du voyage temporel)
  • et enfin, l'OVNI Sandman (sorte de cauchemar onirique, délirant et chroniqué par le GROG ICI).

 

Le prix est minime. Le format, court. Le "charme" rétro des films d'horreur d'antan est au rendez-vous (vous pouvez jouer "horreur moderne" mais d'autres jeux s'y prêtent mieux : Kult, le génialissime Sombre, Esoterroristes...).

 

Evidemment, Cryptworld parlera d'avantage à tous ceux qui ont connu la première édition parue chez Schmidt France. Pour moi, ce fut le jeu de société "Le Manoir des Ténèbres", dont je garde un souvenir enthousiaste et ému.

 

Mais les curieux et amateurs du genre horrifique pourront se laisser tenter le temps d'une ou deux parties. A ce prix-là, pourquoi pas ?

 

 

 

Bons téléchargements et bons jeux à tous !!

 

Cryptworld, le retro-clone de Chill
Repost 0
8 août 2013 4 08 /08 /août /2013 14:28
Ca bouge chez Narrativiste Editions !

Depuis quelques temps déjà, Narrativiste Editions s'intéresse beaucoup (et j'en suis ravi !!) aux jeux old-school, revisités et abordés avec des règles plus modernes, plus souples, plus light que celles d'origine.

 

Deux jeux ont déjà été publiés en ce sens : "Donjon", de Clinton R. Nixon. Et "Dungeon World" avec sa boîte remplie à ras bord de matos.

Trois si on compte "Dangers & Dragons", la version med-fan de "Danger Patrol".

 

A chaque fois, le concept est le même : il s'agit de retrouver, recréer l'esprit de nos premières parties de JDR, mais avec des règles au goût du jour. "Faire du vieux avec du neuf" en quelque sorte.  Soit !

 

En soi, la démarche me semble similaire à celle du précurseur "Castles & Crusades" (avec son célèbre slogan :"third edition rules, first edition feel") et des quasi-clones qui lui ont succédé tout au long des années 2000.

 

Aujourd'hui, Narrativiste Editions enfonce le clou avec deux nouveaux suppléments et pas des moindres !

 

Ca bouge chez Narrativiste Editions !

"Et je bâtirai mon donjon..."

 

... Sera la traduction française de "How to host a dungeon", ovni ludique imaginé par Tony Dowler, est un jeu de société solo, qui consiste à construire son propre donjon, vu en coupe, étape après étape, tout au long de quatre âges distincts.

 

Armé de dés, de papier et de crayons/feutres de couleur, le joueur voit son futur domaine maléfique prendre corps (et vie) petit à petit. Des grottes se forment. Des rivières souterraines, des lacs et des veines de métaux précieux aussi. Puis des peuples creusent des tunnels, s'installent. Entrent en conflit les uns avec les autres. Des tremblements de terre et des éruptions modifient le terrain. Ravagent des colonies. Des temples et des citadelles tombent en ruines. Des monstres errants s'installent. D'autres peuples viennent explorer/reconquérir les dites ruines...

 

Des siècles d'histoire, émaillés de tragédies, se déroulent sous nos yeux, l'espace d'une soirée ou d'un après-midi. Des civilisations s'effondrent. Des légendes prennent vie... Pour aboutir à un donjon complet, dôté d'un écosystème et d'un passé riche.

 

L'idée est géniale. La conception épurée au possible. Et les éditeurs de Narrativiste Editions ont lancé une souscription sur Ulule pour pouvoir nous proposer une grosse boi-boîte remplie de matos et richement illustrée.

 

Le jeu a l'air fun au possible et une version démo gratuite vous attend en téléchargement, histoire de vous faire une idée sur le potentiel ludique réel de la chose. En ce qui me concerne, je n'ai pas encore eu le temps de tester mais je suis plus qu'intéressé par le produit final.

Ca bouge chez Narrativiste Editions !

"Grimtooth 3.0"

 

Second projet old-school en cours de financement sur Ulule, "Grimtooth 3.0" est une sorte de best of des nombreux "Grimtooth traps", ces recueils de pièges édités par Flying Buffalo et renommés pour leur cruauté (parfois), leur folie furieuse (toujours) et la dose salvatrice d'humour noir qui les accompagne.

 

Là encore, une preview gratuite vous attend, à télécharger et à essayer. Petit bémol en ce qui me concerne, le livre serait, si j'ai bien compris, diffusé en édition limitée. J'espère me tromper sur ce point car il n'y a rien de plus horripilant que de voir des jeux de rôles marchandés à prix d'or sur ebay et consorts. Collectionner des jeux, c'est peut-être bien, mais Y JOUER, c'est mieux. Un point, c'est tout !

Ca bouge chez Narrativiste Editions !

Mine de rien, Narrativiste Editions contribue grandement à populariser le style de jeu "old school" en France, avec des produits à la présentation impeccable qui, j'en ai bien l'impression, pourraient finalement convenir à bien des tables. Y compris celles des vétérans de AD&D première époque, qu'ils jouent avec les rééditions de WotC ou bien avec OSRIC, Castles & Crusades ou tout autre clone de leur choix.

 

Les jeux se multiplient et avec eux, le plaisir de jouer. Tant mieux !

 

 

BONS JEUX A TOUS ET A TOUTES !!

Repost 0
6 août 2013 2 06 /08 /août /2013 17:17
mes achats (rôlistes) du mois dernier...

mes achats (rôlistes) du mois dernier...

 

En incorrigible geek que je suis, juin et juillet ont été l'occasion pour moi de faire de nouveaux achats ludiques, destinés à égayer (un jour ! Peut-être ? Qui sait) ma table de jeu.

 

Parmi tous ces achats, il en est un que je souhaite mettre en avant aujourd'hui : le "Ultimate Fantasy Toolbox" édité par AEG.

 

Cet épais tome de plus de 400 pages, conçu pour tout univers médiéval-fantastique, est un incroyable recueil de tables aléatoires.  Des tables pour absolument TOUT créer : des PJ et des PNJ, des villes, des continents, des donjons, des cultes religieux, des aventures, des objets magiques...

 

L'ensemble est découpé en sept chapitres : "character", "world", "civilization", "maritime", "dungeon", "magic" et enfin, "plot (GM only").

 

The Ultimate Fantasy Toolbox
The Ultimate Fantasy Toolbox

Evidemment, certains se demanderont quel est l'intérêt d'un tel livre. Quoi ? Un recueil de tables aléatoires ? Mais quelle idée stupide !

 

Il faut bien le reconnaitre, cet outil a longtemps eu mauvaise presse auprès des joueurs et des MJ. En cause ? L'idée tenace selon laquelle le tirage sur des tables aléatoires peut (finit par?) donner des résultats décevants, incongrus, voire absurdes.

 

Or, je dois m'insurger contre cette mauvaise réputation, imméritée et rétablir la vérité :  bien utilisées, les tables aléatoires (T.A) sont sans aucun doute les meilleurs outils qu'un maître de jeu peut avoir à sa disposition, quelque soit le jeu.

 

 

Pourquoi ? Parce que ce sont là de formidables outils pour la créativité, pardi !

 

Tout d'abord, tordons le cou à une idée reçue : il n'est pas nécessaire, ni obligatoire de tirer les dés pour utiliser une TA ! Vous pouvez très bien, ami MJ, compulser ces listes à loisir pour y dénicher la perle rare, (objet magique, lieu, monstre) qui saura vous inspirer et vous donnera la base de votre prochain scénario. Allez-y, servez-vous. Piochez dedans ce que vous voudrez.

 

Ensuite, rappelons-le, les TA forment avant tout des listes.  C'est-à-dire que chaque entrée est une proposition à part entière , soumise à votre bon vouloir.

Plus que toutes autres règles du jeu que vous utilisez, elles sont ce que vous voudrez bien en faire ! Une TA ne vous plait pas ? Les entrées ne vous satisfont pas ? Leur nombre est trop restreint ? Qu'à cela ne tienne, changez-les ! Complétez-les. Modifiez-les. Personnalisez-les à votre sauce.

 

A titre personnel, je suis souvent épaté, surpris, voire ravi par ce que je peux y découvrir. Une TA bien faite peut être source d'intrigues, de rebondissements. Elle peut être rédigée dans un style imagé, aider à instaurer une ambiance, titiller votre imagination...

 

 

The Ultimate Fantasy Toolbox

Vous ne me croyez pas ? Tenez, voici un exemple tiré de l'excellent "Vornheim" de Zak Smith. Je prend une table au hasard ("Aristocrats", page 44) et je tire le D100.

 

29 : "Yzonde - of Spyre - fears to touch the ground".

 

Me voilà avec un PNJ, le dénommé Yzonde. Originaire de Spyre (qu'est-ce ? Une ville ? Le quartier d'une ville ? Un port ? Une citadelle ?). Un aristocrate, donc, affublé d'une curieuse manie ("a peur de toucher le sol"). Pourquoi diable cette aversion ?

Une folie, liée à une quelconque tare héréditaire (consanguinité peut-être ?) ?

Une malédiction lancée jadis (par qui ? Pourquoi ?) ?

Une prophétie ?

 

Allez, cela ne me suffit pas pour écrire un scénario. J'en veux plus. Second jet :

33 : "Cheswick - Bilious - Worships Groan, god of Despair"

 

Ah ha ! Voilà qui est mieux. Cheswick, dit le bilieux. Autre noble, aux agissements occultes (il vénère le "Dieu du désespoir". Rien que ça !).

 

Me voilà donc avec deux PNJ. L'un victime, Yzonde. L'autre persécuteur, Cheswick. Nul doute que le second a affublé le premier d'une terrible malédiction. Je décide que le fait de fouler le sol attire des mort-vivants qui se pressent d'attaquer le pauvre Yzonde. Terrifié, ne sachant pas qui est son ennemi, le nobliau ne se déplace plus qu'en chaise à porteurs et fait régulièrement appel à des gardes du corps. Or, ces derniers ont perdu plusieurs camarades, suite à une attaque bien violente. Yzonde et son capitaine (appelons-le Sigrac) ont donc besoin de recruter de nouveaux mercenaires, pour pouvoir escorter le noble jusqu'au temple le plus proche.

 

Tiens, quel temple d'ailleurs ? Allez hop ! Je prends l" "Ultimate Toolbox" et me rend à la page 126 ("religion"). Nous sommes le 05 août 2013, c'est la Saint-Abel, je décide d'appeler la déesse du lieu Abëllina. C'est une déesse mineure, que les pélerins prient pour sa bonté légendaire et son aura de guérison, censée repousser les hors-vivants.

Je lance mes d20 et obtiens 20, 14, 12, 9, 12, 20, 19, 17. Puis je consulte les tables 122 à 130. Allons-y (je traduis de l'anglais pour gagner du temps) :

 

20 : "deux tours massives encadrent le bâtiment principal de ce temple de forme ovale. Des piliers massifs supportent un toit-terrasse qui recouvre l'église sur toute sa circonférence. A l'intérieur du bâtiment ovale, une large cour intérieure pourvue en son milieu d'un cadran solaire. Autour de la cour, une allée fermée, qui ouvre sur de nombreux couloirs et cellules. Les plafonds en voûtes des couloirs sont décorés avec goût de décorations florales et de scènes tirées des Saintes-Ecritures de l'Eglise"

Petite touche perso : j'ajoute que le cadran solaire est magnifique, de marbre blanc incrusté d'or et d'ivoire. Un cadeau fait au Temple par un défunt Roi d'antan, venus autrefois en pèlerinage.

 

Ensuite, 14 : "Covey".

Non pas un couvent mais une "compagnie" (comme la "Compagnie de Jésus", par exemple). Peu inspiré, je vais voir dans Wikipedia et je lis : "Dans l'Islam, le terme « compagnie » (en langue arabe « sohba ») désigne un mode de vie consistant à trouver la compagnie des gens attachés à la tradition prophétique, dans le but d'un cheminement spirituel vers la foi en Dieu à travers la religion du prophète".

 

Cela me parle d'avantage. Le temple où se rend Yzonde est donc un lieu important qui regroupe de nombreux clercs de haut rang du culte d'Abëllina. Ces derniers se réunissent pour prier la déesse, échanger leurs expériences et leurs observations, méditer sur leurs succès et leurs échecs et enfin, enseigner aux novices qui prennent la peine de se rendre jusqu'au temple. Yzonde est sûr d'y trouver un clerc susceptible de lever la malédiction qui l'accable.

 

Continuons. 12 : "Sanctum". Le nom du temple. Pourquoi pas ? Le temple s'appelera donc "Sanctum Abëllinium Felicis". Ca claque, j'aime bien.

 

09 : "Guru", le titre clérical. Mmmm. Non. Je n'accroche pas. Je consulte les autres entrées de la table. Non, rien ne me parle. Je décide que le clerc du plus haut niveau (je joue avec les règles de "Labyrinth Lord" est de niveau 12. Un petit coup d'oeil sur les titres employés à AD&D me donne "grand prêtre" (niveau 9+). OK, le Sanctum Abëllinium Felicis est célèbre pour les nombreux grands prêtres qui s'y retrouvent. Cela me suffit pour l'instant.

 

12 : "Worshippers - seek advice on the past". Pourquoi pas ? Pour obtenir l'aide des prêtres, les adorateurs et pélerins doivent se livrer à une douloureuse introspection sur leurs actes passés. Pour quelle raison souffrent-ils d'un mal ? Quels péchés ont-ils commis. L'expiation, un sincère repentir sont demandés par les prêtres avant qu'ils n'emploient leurs sorts cléricaux (plus une généreuse dotation au Temple, bien entendu !).

 

20 : "Holyday names". J'ai le choix entre "Games Day" et "Winter Solstice". Ok, je choisis le solstice d'hiver. Comme on associe plus la guérison au printemps, je décide que le solstice d'hiver marque le sacrifice d'Abëllina, qui fit le don de sa vie pour empêcher les Dieux de l'Hiver d'engloutir le monde sous un linceul de neiges éternelles. Et hop ! Une belle légende à raconter aux joueurs (et une possible future quête pour empêcher le retour des Dieux de l'Hiver).

 

19 et 17. J'arrive à "Holiday Celebrations". Il y a deux tables. Après une rapide consultation, je choisis l'entrée "17 : End of a dark time or great war". Et voilà. Le Solstice d'hiver est un jour de grandes célébrations et de prières. On remercie Abëllina pour avoir mis fin au cruel hiver de trois ans qui s'était abattu sur les terres des hommes et des elfes. Au passage, je décide qu'Abëllina est vénérée par les deux peuples et qu'elle est par conséquent très populaire chez les demi-elfes.

 

TA-DAAAA !!! :-D

The Ultimate Fantasy Toolbox

Voilà !

 

J'espère avoir réussi à démontrer, par l'exemple, à quel point les tables aléatoires peuvent être source constante d'inspiration.

 

Elles ne remplacent en rien l'imagination du MJ et/ou du joueur mais au contraire, elles peuvent la stimuler de façon ludique, amusante et créative.

 

Autant de bonnes raisons pour ne plus passer à côté et tenter votre chance, vous aussi.

 

Alors...

 

 

... à vos dés ! Et bonne chance !

Repost 0

Présentation

  • : dices everywhere, des dés, du fun, des jeux
  • dices everywhere, des dés, du fun, des jeux
  • : blog dédié aux JEUX DE RÔLE "OLD SCHOOL" et plus récents : AD&D 1st ed., 0D&D, Labyrinth Lord, Swords & Wizardry, OSRIC, Savage Worlds
  • Contact

Who Made Who

  • Olivier
  • Passionné de JDR depuis bientôt 30 ans et fan de : mangas, comics, fantasy, SF, fantastique, épouvante, Heavy-Metal, Vikings, Hal Foster, HR Giger, Druillet, R.E. Howard, Lovecraft et bien d'autres choses encore !!!
  • Passionné de JDR depuis bientôt 30 ans et fan de : mangas, comics, fantasy, SF, fantastique, épouvante, Heavy-Metal, Vikings, Hal Foster, HR Giger, Druillet, R.E. Howard, Lovecraft et bien d'autres choses encore !!!

Recherche

Je soutiens...

    brstrip

 

Liberté d'expression sur le net