Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 janvier 2010 6 02 /01 /janvier /2010 15:30
Sacha-et-ses-pokemon_432_320.jpgSacha-et-ses-pokemon 432 320Aaah, Internet ! Décidément, le World Wide Web regorge de surprises pour le rôliste un tant soit peu curieux. On ne l'écrira jamais assez mais la démocratisation des nouvelles technologies n'aura jamais été aussi bénéfique à notre loisir préféré.


L'ORDINATEUR EST NOTRE AMI (Intro) !

Tout d'abord, alors que les Cassandre craignait la concurrence des MMORPG et des RPG sur consoles, finalement, ces loisirs ont permis de faire découvrir au grand public les univers Fantasy dont nous sommes si friands et que nous arpentons depuis plus de trois décennies maintenant (eh oui ! 1974 : parution du tout premier Jeu de Rôle de tous les temps : Dungeons & Dragons. Ca ne nous rajeunit pas, hein ?).

Mieux encore, ces univers sont maintenant acceptés de ce même grand public, celui-là même que des Mireille Dumas et consorts effrayaient à grand coups d'émissions alarmistes et racoleuses, de pseudo-reportages déformant la réalité à des fins d'audimat. Aujourd'hui, parler d'orks et d'elfes ne nous fait plus passer pour d'obscurs sectateurs d'une secte luciférienne ou pour des adeptes des orgies sataniques sous l'emprise de la drogue. Ouf ! En revanche, il nous faut encore et encore expliquer que "non, je ne joue pas à World of Warcraft et je ne suis pas accro aux Jeux vidéos".

Oui, la route reste longue à parcourir. N'empêche qu'un bon bout de chemin est déjà fait.


Ensuite, grâce à l'évolution du marché "High-Tech" (capitalisme, quand tu nous tiens), il est devenu de plus en plus facile de se procurer un ordinateur capable, de même que tous les logiciels nécessaires pour faire de la création. Pour en revenir à notre modeste niveau à nous, rôlistes, il nous est maintenant possible de créer des JDR amateurs, "faits-maison", avec une maquette et une pagination digne des éditeurs professionnels. Cela demande du temps, de l'énergie mais c'est possible ! Résultat : alors que de nombreux éditeurs se plaignaient de leurs chiffres de vente et parlaient de "mort" du JDR, on n'a jamais vu autant de JDRA sur la toile (voir à ce sujet le "Petit tour d'horizon des JDRA" de décembre dernier ou encore la rubrique "JDRA" sur ce même blog). Des JDRA sur tous les tons possibles, pour tous les univers, tous les styles, tous les genres. Du post-apo. Du médiéval-fantastique. Du cyberpunk. De l'horreur. Mais aussi des jeux hors des sentiers battus.


I. PLACES TO GO, PEOPLE TO BE (des endroits où aller, des gens à incarner) :

Aujourd'hui, en 2010, il est réellement possible de tout jouer : des guerriers de l'Âge Hyborien. Des hommes des cavernes (Würm). Des souris qui parlent (Mouse Guard RPG). Des Space Marines. Des enfants qui affrontent le grand méchant loup (Grimm RPG) ou bien les monstres sous le placard (Little Fears). Des chevaliers du Zodiaque. Des vulcains. Des Protoss. Des héros de manga ou de jeux vidéo... On peut aujourd'hui tout jouer ou presque. La fameuse "limite de notre imagination" ne cesse d'être repoussée, explorée, malmenée, dépassée...


Et c'est dans cette optique que je souhaitais partager avec vous la découverte de HAKAI KOUSEN RPG.

pokemon_serie.jpg Mais qu'est-ce ? Un JDR de samouraï ? Non. De cyberpunk horrifique comme Kuro ? Non plus. Une adaptation de mangas ? Vous y êtes presque.

HAKAI KOUSEN, c'est le nom japonais de la série Pocket Monsters. En français : les fameux "Pokémons" !

Oui, HAKAI KOUSEN RPG vous propose de vivre à votre tour des aventures dans l'univers étonnant et franchement extravagant des Pokémons. De devenir à votre tour dresseur de Pokémons. De capturer des créatures extraordinaires pour pouvoir ensuite les utiliser à votre tour dans des combats hauts en couleur !

Alors, d'ici, je peux imaginer des sourcils qui se dressent. Des yeux qui se lèvent vers le ciel (ah ? loupé : c'est un plafond !). Des bougons qui s'énervent. Des grognons qui s'exaspèrent. Et la question qui finit par être posée :"à quoi bon faire un JDR Pokémon ???".


II. WE ARE THE CHAMPIONS, MY FRIEND !

Eh bien, je vois personnellement plusieurs bonnes raisons que je vous livre en vrac et dans le désordre :

1. premièrement, voilà là un sujet parfait pour accrocher de jeunes enfants et leur faire découvrir les JDR. Quel enfant, aujourd'hui, garçon ou fille, n'a jamais joué sur gameboy ou sur DS à un jeu vidéo Pokémon ? Ou n'a pas regardé le dessin animé ? Ou n'a pas collectionné/réclamé des goodies Pokémon (trousses, cartables, jeu de cartes à collectionner et autres stylos Pikachu) ? Hein ?
Proposer à des enfants (les vôtres, ceux de votre belle-soeur, vos petits neveux et nièces, etc.) une partie de HAKAI KOUSEN RPG, c'est vous assurer leur curiosité. Attirer leur attention. Attention qui, j'en suis sûr, sera décuplée lorsque vous sortirez les dés à 10 faces multicolores (prenez-en des beaux !) nécessaires au bon déroulement du jeu. Bref, voilà là un JDR qui peut tout à fait servir à l'initiation.D'autant plus que l'univers des Pokémon est non-violent (les combats entre les Pokémon ne sont jamais à mort), ce qui ne manquera pas de rassurer de nombreux parents.

pokemon.jpg2. deuxièmement, comme je l'ai dit, l'univers des Pokémon a attiré aussi bien des garçons que des filles. Voilà donc un JDR qui pourra éventuellement séduire des personnes du sexe "faible". Plus facilement en tout cas que
Warsaw RPG, Kult ou encore Conan D20. Univers coloré, non-violent, qui met l'accent sur l'humour, le fun, le divertissement : voilà donc un JDR qui pourrait faire l'affaire pour faire découvrir l'univers du JDR à des filles (votre épouse, votre belle-soeur, une collègue de travail, etc.).

Qu'on ne se méprenne pas sur mes propos : il y a des femmes rôlistes qui adooooorent des jeux comme
Kult, l'Appel de Cthulhu, D&D et compagnie. Et c'est tant mieux ! Mais je persiste à penser que le cadre de HAKAI KOUSEN RPG pourrait séduire des personnes néophytes plus facilement que d'autres univers, résolument "sombres et adultes" ou encore "trop violents" (je pense notamment aux tables de coups critiques ultra-sanglantes qui font la joie de certains autour d'une table ). Regardez l'image ci-contre, ça ne vous donne pas envie, à vous ?

3. troisièmement, enfin :  voilà un JDR qui sort résolument des sentiers battus ! Un JDR propice au dépaysement entre deux scénarios de
Warhammer passés à pourchasser des cultistes dépravés du chaos cherchant à mettre l'Empire à feu et à sang. Un jeu idéal pour une ou deux parties en one-shot. Pour se détendre, sans prétentions. Pour rigoler un brin. Ou pourquoi pas, pour faire du roleplaying, du vrai.

Ainsi, voilà un JDR qui devrait séduire les rôlistes purs et durs. Ceux qui n'ont pas peur de délaisser leur elfe guerrier-mage ou leur barbare demi-orc pour incarner une frêle lycéenne , un gendarme de Saint-Tropez (Bernard & Jean ! LE JDR culte !!!) ou encore un Kaïm, un Dieu des Temps Anciens, vivant dans un univers métaphysique. Bref, ceux qui n'ont pas froid aux yeux !


III. GOTTA CATCH, GOTTA CATCH'EM ALL !

Revenons en au jeu, dés à présent. HAKAI KOUSEN RPG se présente sous la forme d'un manuel de règles (53 pages) assez complet, coloré et enrichi de nombreuses illustrations. La maquette est claire et aérée et l'essentiel est là : création de Pokémon, description du monde, règles de combat, pouvoirs et capacités spéciales... Tout est là, clair, net et lisible. Une version prienter-friendly (43 pages) existe également pour tous ceux qui souhaitent épargner les cartouches d'encre de leur imprimante (et donc, leurs porte-monnaies).

Mon seul regret ? Que l'accessibilité n'ait pas été d'avantage travaillée en incorporant au jeu :
- des personnages pré-tirés ;
- un ou deux scénarios prêts-à jouer ;
- et surtout des conseils pour jouer dans l'univers des Pokémon. Mine de rien, lorsque l'on ne connait pas cette série, c'est un peu une gageure. Imaginez le MJ qui se retrouve pris au dépourvu par ses joueurs : "mais non ! C'est pas comme ça que ça se passe !". Gloups !

Mais heureusement, rien n'est perdu. 
HAKAI KOUSEN RPG est un jeu récent (2009 !) et le site web propose d'ores et déjà quelques aides de jeu. S'il trouve son public, HAKAI KOUSEN pourra donc se développer et, qui sait, accroitre sa popularité. 

Je lui souhaite en tout cas tout le succès possible et vous invite chaleureusement à télécharger puis à tester ce jeu pas comme les autres.


BONS JEUX A TOUS ET A TOUTES !
 
Repost 0
10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 06:43
A l'ombre des superproductions du genre (couvertures cartonnées, volumes épais, illustrations pleines pages et surenchère de couleurs), les JDRA continuent de se créer, de se développer et de nous proposer des expériences originales, divertissantes, alimentés par la passion et la générosité de leurs créateurs.

Découvert grâce à
John Kim's free RPGs on the web, l'excellent annuaire anglophone des JDRA, et hébergé sur la pépinière de talents qu'est 1KM1KT (l'équivalent anglais des Démiurges en Herbe, en beaucoup plus prolifique), Chronicles of the Drenaï est une excellente surprise, un tout petit "free RPG", simple d'accès, construit par un passionné à l'enthousiasme communicatif autour de l'oeuvre du prolifique et regretté David Gemmel, que certains spécialistes de la Fantasy qualifiaient volontiers de successeurs de Robert E. Howard (rien que ça !).

Gemmel, donc, dont les oeuvres furent traduites chez nous essentiellement par Bragelonne, et que l'on peut également découvrir en format poche.




"
Il ne faut pas de courage pour mourir. En revanche, il faut du cran pour vivre"
- Waylander

gemmell01.gifPour l'occasion, c'est le cycle des Drenaï, entamé avec le célèbre "Légende" qui sert d'inspiration à   Chronicles of the Drenaï. Dans un univers médiéval-fantastique, volontiers barbare, les Nadirs, de farouches guerriers à cheval (inspirés par les Huns et les mongols) déferlent en vagues innombrables sur l'Empire, vieillissant, affaibli, immense. Des anti-héros se dressent tels Druss la Légende, héros du roman éponyme, guerrier vieillissant, hanté par son passé, célèbre pour ses prouesses martiales et pour sa redoutable hache de guerre, que la Mort appelle de ses voeux.

D'autres personnages peuplent le cycle, dont notamment Waylander, un assassin en quête de sa propre humanité perdue. Tous évoluent dans un monde cruel et impitoyable, ravagé par la guerre. Tous souffrent de douloureux conflits intérieurs, sont taraudés par leurs propres démons et confrontés à des choix souvent cornéliens. Le dépassement de soi, parfois le sacrifice, jusqu'à la mort sont des thèmes courants dans ce cycle épique et inspiré.

Ce sont ces thématiques qui ont inspiré l'auteur de  
 Chronicles of the Drenaï. Ainsi, au lieu des caractéristiques habituelles (force, vigueur, habileté, charisme, etc.), chaque PJ est défini par des "Passions", (Peur de l'Inconnu, Paresse, Colère, etc.), dix en tout, qui sont autant de faiblesses et que le joueur devra à chaque fois surmonter en lançant un D20.

Ainsi, si mon personnage, qui n'a rien d'un guerrier, est affublé d'un score de 14 dans la passion "Fear of Harm" (que je vais traduire très imparfaitement par "Peur de la Mort"), et qu'il se retrouve pris dans un combat, je devrais faire plus avec mon D20 pour pouvoir réussir un test de combat. Car oui, pour triompher au combat, il faut ne pas avoir peur de mourir, ne pas craindre la mort. La regarder droit dans les yeux et charger l'ennemi ! Autant dire que des guerriers comme Druss ou Waylander ont des scores très bas dans cet aspect !  

Non seulement je trouve cette approche du jeu très originale, mais elle a en plus le mérite de favoriser ouvertement le roleplaying sans passer par des tonnes de descriptions verbeuses. Un concept brillant ! Des D20 bonus peuvent être débloqués en cours de jeu, notamment si le joueur fait des descriptions colorées de ses actions.

Chaque passion doit aussi être définie par un "tag", c'est-à-dire une phrase concept qui explique le score en question et donne des amorces d'intrigue au MJ. Par exemple, pour mon personnage peu combatif, le "tag" que j'associerai à mon score de 14 dans "Fear of Harm" pourrait être "Craint pour sa vie" ou "terrifié par la vue du sang" ou encore "Souhaite vivre à tout prix, loin de la folie des hommes", "Pacifiste"... Ce qui me passe par la tête au moment où je créé mon personnage, sachant que ce tag restera pour longtemps. Chacune des 10 passions étant ainsi affublée d'un tag, on créé rapidement un personnage vivant, avec ses qualités et ses défauts, ses contradictions, sa grandeur et ses bassesses.

Car avec 110 points à répartir librement entre ces 10 passions (minimum 5, maximum 18), votre personnage aura OBLIGATOIREMENT des défauts. Il aura aussi droit à trois traits (qui lui octroieront des D20 Bonus) un peu d'équipement, et c'est parti pour l'aventure !

Autre grande originalité du système, le PJ cumulera au fil de sa quête des points de Karma (pour chaque action héroïque) et de Dharma (pour chaque action
anti-héroïque). Les deux scores se multiplient à la fin du jeu pour obtenir un score final de Catharsis et c'est le joueur, dont le personnage aura obtenu le plus haut score de Catharsis qui sera célébré par la tablée en fin de partie. Ce sera son joueur qui sera nommé le "héros" de la "légende" (partie de jeu) jouée ce soir-là.


QU'Y A T-IL D'AUTRE ?


En trente-deux pages, le jeu parvient à nous proposer l'essentiel. On trouvera donc :
- un système de magie, sobre et simple (2 pages), qui colle bien à l'univers low-fantasy imaginé par David Gemmel. Fans de D&D et de ses magos-pyrotechniciens-experts en effets spéciaux grandiloquents, passez votre chemin !
- les règles pour progresser en expérience (avec la fameuse Catharsis dont je vous parlais plus haut).
- une rapide description du monde des Drenaï (6 pages).
- quelques conseils (exemple de partie et une rubrique "comment créer un scénario")
- un scénario intitulé "Days of Blood and Fire" (3 pages) qui met tout de suite dans l'ambiance.


POUR UNE POIGNEE DE CRITIQUES DE PLUS : 


Certes, la lecture de ces trop courtes règles nous laisse quelque peu sur notre faim :
- des exemples plus fournis de "tags" auraient été les bienvenus pour les joueurs en mal d'inspiration.
- De même que des PJ prétirés.
- Les romans ne sont ni présentés ni analysés, l'auteur partant du principe que le MJ sera lui aussi fan/lecteur de David Gemmel et donc, en terrain connu.
- Enfin, le scénario d'initiation est court et quelques autres auraient permis d'allonger la durée de vie du jeu et d'aborder diverses ambiances, diverses thématiques.

Cependant, il serait bien dommage de bouder notre plaisir. En l'état, 
Chronicles of the Drenaï est un excellent jeu, rapide, simple et original qui fait la part belle au roleplaying et à l'ambiance et qu'il me tarde d'essayer.

Enfin, il est indiqué sur le site de 
1KM1KT que c'est là la version 2 du jeu. D'autres pourraient bien suivre, si le succès est au rendez-vous. A suivre donc, et d'ici là...


... BONS JEUX ! 




POUR EN SAVOIR PLUS : 


Vous pourrez lire des infos supplémentaires suyr le cycle des Drenaï sur Wikipedia  
et sur le site Fantastinet. 

Wikipedia, encore, propose également une biographie de David Gemmel (deux versions sont disponibles : en français et , plus complète, en anglais).

Enfin, le site officiel de Bragelonne présente tous les ouvrages traduits en français (CLIQUEZ ICI), avec des extrais de chaque livre ou presque et des interviews (dont une adressée au Guardian et intégralement traduite). 



 
Repost 0
9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 16:59

Toujours au taquet pour promouvoir l’usage du Jeu de Rôle et faire découvrir notre merveilleux hobby à des novices, l’association Imaginez.net a récemment mis en ligne, en partenariat avec la Bibliothèque Nationale de France (s’il vous plaît !) un JDRA consacré au mythe arthurien.



Quêtes Arthuriennes, c’est son nom, est un formidable outil de près de 80 pages, très bien réalisé et qui tente le pari de concilier rôlistes et néophytes. Une gageure, un défi, qui méritaient d’être mis en avant. D’où cet article.


A. QUETES ARTHURIENNES, LE JEU :

 

Côté esthétique, rien à redire. Quêtes Arthuriennes est abondamment et élégamment illustré, avec des enluminures et gravures médiévales choisies avec soin, qui mettent tout de suite le lecteur dans l’ambiance (à noter que chaque image est légendée, un choix rare et excellent). La maquette est soignée, lisible et aérée. Le travail global est soigneux. C’est pro et ça le fait !


Sur le fond, également, rien à redire. Quêtes Arthuriennes bénéficie d’une solide écriture, claire et précise. Une constante chez Imaginez.net, dont je soupçonne les auteurs d’être nantis d’un solide bagage universitaire.

Surtout, un gros travail de documentation a été effectué pour que le joueur débutant ait toutes les clés en main. L’Angleterre d’Arthur, la société féodale, sont décrites avec soin : us et coutumes, place de la femme dans la société, rôle de l’église, art de la guerre, etc. Je ne suis pas spécialiste mais à priori, rien ne manque.


Par ailleurs, une bibliographie fort complète (page 71) est là pour aiguiller les joueurs avides d’en savoir plus.


Enfin, un scénario complet ("la pucelle et le lion") et deux fiches de personnage (l’une, pré-remplie, et l’autre vierge) viennent clore cet opus, ma foi très sympathique.



Disons-le tout net, la lecture de Quêtes Arthuriennes m’a donné une furieuse envie d’y jouer.


De plus, petit détail humoristique qui m’a ravi (j’adore le "Sacré Graal" des Monty Python), la sainte grenade d’Antioche est décrite (page 63) avec ses effets ! Vous pourrez donc, vous aussi (si le cœur vous en dit, rien n’est imposé) l’utiliser au cours de vos partie, en prenant bien soin de compter jusqu’à trois (ni une, ni quatre) ! En revanche, rien sur le lapin féroce qui démembre un chevalier de la Table Ronde, puis met en déroute les Arthur, Lancelot, Perceval et consorts (toute la Table Ronde au grand complet, chassée par un lapin !). Moi qui aurais tant aimé avoir les statistiques de cette merveilleuse créature, je suis déçu !


("Sacré Graal ? Une admirable reconstitution historique. Si, si...)


Dans ce concert de louanges (oui, je suis partial et parti pris !), un seul petit bémol : le système de règles n’utilise qu’un (et un seul. Ni deux, ni trois) D6, tout seul, tristounet sur la table de jeu. Et je ne sais pas pour vous, mais moi, les jeux avec seulement 1D6, ça m’a toujours semblé un peu pauvre, un peu "miséreux". Ca fait chiche sur la table. Mais bon, si j’écris cela, il me faut aussi vous avouer qu’un des mes systèmes préférés, c’est le D6 system et ses brouettes de dés (Ouaiiiiis !!!).



En revanche, très bon point : les auteurs du jeu, Antoine Drouart et Thomas Laborey, ont choisi de mettre l’accent sur des caractéristique narratives plutôt que chiffrées. C’est-à-dire qu’au lieu d’avoir 4 en Esprit, on dira de votre personnage qu’il a un don d’Esprit de niveau "héroïque". La difficulté étant elle aussi quantifiée avec des mots, se battre à un contre deux sera qualifié d’action "remarquable" ou encore "légendaire" si l’on affronte seul quatre adversaires.


Un excellent choix, me semble-t-il, propice à favoriser le roleplaying et l’ambiance autour de la table de jeu et qui s’inscrit dans la tendance "narrativiste" amorcée depuis quelques années déjà par plusieurs jeux. Quelques exemples au hasard : FUDGE, Wayfarer’s Song en anglais ; Tiers Age et Te Deum en français.


Autre excellent choix, la reprise du système des "Vertus" (pages 25 à 28), emprunté, me semble-t-il, au célèbre Pendragon.

Enfin, on relèvera la description très complète des personnages (pages 36 à 55), lieux célèbres (pages 56 à 60), objets merveilleux (pages 60 à 64)  et autres créatures fantastiques (pages 66 à 70) qui font toute la saveur du mythe Arthurien.




B. QUETES ARTHURIENNES, L’EXPOSITION :

 

A l’origine de Quêtes Arthuriennes, il y a l’exposition "La légende du Roi Arthur", qui aura lieu du 20 octobre 2009 au 24 janvier 2010, organisée par la Bibliothèque Nationale de France et qui explore en profondeur ce fameux mythe Arthurien, indissociable de la littérature médiévale, et qui sut traverser les siècles jusqu’à nos jours. Ce que les historiographes ont appelé plus tard la "Matière de Bretagne".



Je vous invite notamment à visiter le site officiel, très intéressant, avec notamment :
- des
extraits numérisés de livres anciens et enluminés à feuilleter ;
- des pages thématiques (le pouvoir et la royauté ; la chevalerie ; le Graal ; etc.) ;
- des documents sonores (visite guidée) et visuels à télécharger 
;
- la présentation des activités pédagogiques à destination des classes de maternelle et élémentaires
, des collégiens et du Grand Public.


A noter également, la présence d’un lien vers le site Gallica (http://gallica.bnf.fr/), bibliothèque numérique, qui met en ligne plusieurs textes originaux, libres de droit, et donc téléchargeables gratuitement et légalement. Une initiative intéressante, notamment si vous souhaitez donner une coloration plus « médiévale » à vos scénarios en concevant, par exemple, des documents originaux écrits en vieux français.



 

 

C. QUETES ARTHURIENNES, L’EVENEMENT :

 

Autour de l’exposition, plusieurs événements sont prévus (plus d'infos en cliquant ICI).


Ce sont 3 conférences, menées de 18h30 à 20h00 :

- Le mercredi 2 décembre : "le Roi Arthur : vers une perspective comparative ;

- Le jeudi 3 décembre : "Les romans de Tristan et Iseult XIIe et XIIIe siècles" ;

- Enfin, le 7 décembre : "Perceforest : un roman arthurien à la cour de Bourgogne".

Plus, le samedi 5 décembre : 
la projection gratuite de deux films emblématiques, à savoir Excalibur de John Boorman, à 14h00, puis Monty Python : sacré Graal, à partir de 16h30.

Enfin, toujours le 5 décembre, la BNF accueillera le collectif Imaginez.net et des membres de la FFJDR pour des séances de Quêtes Arthuriennes, de 14h00 à 22h00.


Oui, vous avez bien lu : des séances de JDR, ouvertes au grand public et aux néophytes, auront lieu dans l’enceinte même de la BNF
, plus précisément, dans le Hall Ouest du site François Mitterrand.

  


Bref, voilà là un bien beau programme, que les passionnés d’histoire (et de littérature !) médiévale ne pourront pas manquer ! Pour ma part, je suis plus que curieux de découvrir Quêtes Arthuriennes, surtout dans un cadre aussi prestigieux.



POUR CONCLURE...


Ce n’est certes pas la première fois que des démonstrations de JDR ont lieu au sein de la BNF. En effet, i
l y a deux ans déjà, à l’occasion de l’exposition "Héros : de Achille à Zidane", Imaginez.net et la BNF s’étaient associées déjà pour présenter non pas un, mais deux autres JDRA : Odyssées Héroïques et Le Club des Vengeurs Masqués. Deux JDRA qui exploraient chacun deux versants du héros : l’un traditionnel, classique, et inscrit dans l’histoire ; l’autre moderne, urbain et inséparable de notre culture contemporaine marquée par l’essor du multimédia.


L’initiative est donc reconduite cette année et l’on ne peut que lui souhaiter tout le succès possible. Si l’on y ajoute la présence, au sein de la BNF, de livres de règles comme celui de Loup Solitaire, on se dit que, finalement, petit à petit, le JDR obtient enfin la reconnaissance qui lui est légitimement due.



Une bonne nouvelle, non ? 




POUR EN SAVOIR PLUS :



Visitez le site de la BNF : http://www.bnf.fr/ et plus particulièrement, celui de l’exposition.


Plus d’infos également dans le n° 50 de "Chroniques", le webzine officiel de la BNF (pages 12 à 14).


POUR TELECHARGER "QUETES ARTHURIENNES",  CLIQUEZ ICI (clic-droit puis "enregistrer sous").


POUR VOUS PREINSCRIRE : en tant que joueur, vous pouvez envoyer un mail, soit à visites@bnf.fr, soit en appelant au 01 53 79 49 49. Si vous voulez être MJ, vous pouvez postuler en écrivant à contact@ffjdr.org.

Plus d’informations en lisant l’annonce officielle de la FFJDR
.
 
Enfin, une visite des sites
Imaginez.net et de la FFJDR s’impose.


Sans compter les innombrables articles, voire sites WEB consacrés au mythe arthurien. Par exemple, le blog consacré au cinéma d’Olivier Quenechdu (Braveheart.fr) propose une synthèse très bien faite sur le Mythe Arthurien. Utile pour une première approche.


A tous…



… Bon surf sur internet et bons jeux !

Repost 0
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 16:01


Lue par hasard, en visitant le site web de l'association Jeux d'Ombres, l'annonce d'une quatrième édition pour l'excellent JDRA
Lycéennes RPG m'a littéralement scotché !

Pensez donc : quatre éditions !



Mine de rien, celà fait donc 13 ans que des rôlistes doux-dingues délaissent leurs épées vorpales, leurs armures de plates et leurs shotguns pour jouer de jeunes filles en fleur, en proie au pire ennemi qui soit : leurs propres sentiments !
 

Car oui ! Dans Lycéennes RPG, les personnages (tous féminins) des joueurs se trouvent aux prises avec leurs sentiments intimes !

Elles découvrent la camaraderie qui va les lier "à la vie, à la mort" avec leurs copines de lycée/couvent/pensionnat, l'amitié, mais aussi l'amour, la jalousie, la méchanceté des autres...

Bref, vous l'aurez compris, ce sont des aventures pleines d'émotion et de surprise qui attendent vos joueurs blasés !  


En treize ans, le jeu a su séduire toujours plus de fans, par son approche sincère et par sa simplicité. Sans aucune exagération, on peut même affirmer qu'il est devenu aujourd'hui LA référence JDR en matière de shojo manga (du moins, en langue française).

Tout au long de son existence, le système a évolué, passant de 2D6 à 1D20 puis aujourd'hui 1D10. Sa pagination a quasiment doublé, de 27 pages (pour la seconde édition) à plus de 40 pour la quatrième, sans compter le supplément "
Magical Girls" (22 pages).


Enfin, aujourd'hui, le site web propose plus d'une douzaine de scénarios, une vingtaine d'aides de jeu ("
les filles et le sport", "les pensionnats anglo-saxons", "les tests de sensibilité", et.), dont l'indispensable "comment jouer une fille quand on est un garçon" (eeeh oui !), une galerie d'images, une liste d'inspirations vidéos ("Oniisama e", "Video Girl Aï", "Sakura", etc.).

Vous pourrez aussi découvrir des ressources pour ce JDRA si atypique sur deux autres sites (listés dans la rubrique "liens") : celui de Melgreb et celui de Claire Billaud



Alors, laissez-vous tenter par l'aventure...


Et bonne chance pour vos prochains tests de Sensibilité !


Pour en savoir plus :


- le SDEN propose un article très intéressant sur Lycéennes RPG (la version 2.0) à lire ICI.

- Découvrez la fiche complète du GROG et celle de Wikipedia.

- le site, "les conteurs du Ponant", propose un écran pour le jeu et une feuille de perso recto-verso.

- Enfin, divers sites de fans proposent 1 ou plusieurs aides de jeu pour Lycéennes RPG., tel www.jeuxderoles.over-blog.com avec son scénario "le casting de l'angoisse". Un petit tour sur Google vous permettra de les découvrir.


Bon surf sur le web !



Repost 0
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 07:20

Original et surprenant, Würm est un JDRA pas comme les autres. Une expérience ludique à part, portée par de magnifiques illustrations et soutenue par un système de règles simples, axées sur le roleplaying.


Le jeu, en effet, propose aux joueurs d'incarner des hommes... Préhistoriques. Luttant pour leur survie dans un univers à la fois hostile et vierge, ces derniers vivent en totale osmose avec la nature. Ils évoluent dans un univers sauvage, pétri de croyances chamaniques, de rituels, de liens sociaux forts, mais aussi peuplé d'esprits, de créatures fabuleuses. Bref, un monde primitif, violent et pourtant beau, baigné de magie...


Si le jeu fonctionne si bien, si le souffle épique et animiste est si présent, c'est parce que la préhistoire est la grande passion d'Emmanuel Roudier, l'auteur. Elle est également au coeur de son oeuvre.

En effet, Emmanuel est également l'auteur de deux séries de BD :
- "Vo'Houna" (en trois tomes), parue chez Soleil ;
- et l'excellent "Neanderthal" chez Delcourt (la sortie du tome 2 est prévue pour la rentrée 2009). 


Présenté il y a quelques temps dans DicesWürm connaît depuis peu un second souffle.

Tout d'abord, fin mars, le jeu s'est vu décerner le tout premier prix du à, décerné par la FFJDR. Cette toute nouvelle distinction récompense un JDR Amateur, choisi pour ses qualités d'écriture et d'originalité. Un prix honorifique, donc, mais à suivre avec attention, puisque c'est là l'occasion de découvrir de véritables perles du JDR. Des "petits" jeux qui sortent des sentiers battus et n'attendent plus que nous pour vivre, le temps d'une session de jeu (ou plus si affinités).


Ensuite, des rôlistes passionnés, inspirés par le jeu, se sont rassemblés
sur le forum de la Cour d'Oberon et ont uni leurs talents respectifs pour produire du matériel additionnel (notamment des scénarios ).

Il est ainsi possible, d'ores et déjà de télécharger "Les héritiers de Ragmar", une campagne de 39 pages, écrite par Eric "Yodram" Gilleron, divisée en quatre chapitres et riche en aventures.

Un écran de jeu est également disponible.
enfin, une seconde édition du livre de base, remaniée et augmentée, est prévue pour "bientôt".

Bref, voilà de très bonnes raisons pour s'intéresser à ce JDR atypique, original et surprenant ! N'hésitez plus, empoignez vos lances en silex et partez chasser.

Que les esprits vous protègent et vous guident !


A tous et à toutes...

Bons downloads et bons jeux !




POST SCRIPTUM : pour en apprendre d'avantage et découvrir les créations d'Emmanuel, je vous invite chaleureusement à visiter son site :  http://roudier-neandertal.blogspot.com/.

Vous y découvrirez esquisses, sources d'inspiration, réflexions, données scientifiques et historiques... Une visite passionnante et enrichissante.



Repost 0
17 avril 2009 5 17 /04 /avril /2009 09:40

Parmi les nombreux sites incontournables en matière de JDR présents sur le web, j'avais déjà écrit le plus grand bien de John Kim's free RPGs on the web, un annuaire des jeux de Rôle amateurs d'une incroyable richesse ! 



Ma dernière visite du site (rubrique "new"
) m'a permis de découvrir plus d'une douzaine de JDRA récemment mis en ligne (la rubrique "new" recense les jeux parus durant le mois écoulé !).
Une abondante récolte de jeux, avec une diversité et une richesse qui font plaisir.


Votre porte-monnaie crie "grâce" ? Les vacances proches vous imposent de réduire votre budget "jeux" ? La crise est passée par là ?
www.dices.over-blog pense à vous et vous propose de tester l'un des jeux cités ci-dessous (ou pourquoi pas plusieurs d'entre eux ?). C'est parti pour la visite !


I. DU CLASSIQUE :

Advanced Dungeons & Dragons Player's Handbook, 3rd edition - est une refonte des règles de la troisième édition, inspirée par le fameux Castles & Crusades de l'éditeur Troll Lord Games. D'apparence, le jeu ressemble comme deux gouttes d'eau à la première édition de AD&D et en reprend l'iconographie "rustique" si chère aux fans de retro-gaming.
Par ailleurs, "The World of Gaile", le site qui héberge ce JDRA (à cette adresse :
http://homepages.nyu.edu/~dp58/) propose une foule d'articles, aides de jeux et scénarios médiévaux-fantastiques. Si vous êtes fans de D&D(l'ambiance, l'univers, pas forcèment les règles encyclopédiques réparties sur quinze tomes), voilà un site  à visiter de toute urgence !

- Dungeonslayers - est un RPG "à l'ancienne". Simplissime dans ses mécanismes, et cherchant à reproduire l'ambiance basique et fun des tout premiers dungeon crawling.

- Bronze - est un JDR de Sword & Sorcery mais fortement inspiré par la mythologie Antique. Un thème décidément à la mode en ce moment. L'auteur, James D. Hargrove propose plusieurs autres JDRA sur son site, qui valent le détour (http://miscellaneousdebris.sitesled.com/games.html).

- Midgard - est un JDR médiéval-fantastique dans l'univers farouche et barbare des Vikings. En 26 pages seulement, le jeu fait l'impasse sur l'univers historique des légendaires guerriers/explorateurs scandinaves et semble se soucier d'avantage d'ambiance épique que de réalisme historique. L'auteur ne cache pas avoir été inspiré par "Le treizième guerrier" (et probablement aussi "Beowulf")La présentation est en tout cas très belle (inspirée, me semble-t-il, du JDR Rune, de Robin D. Laws) et le système de magie se base sur les inévitables runes. Plusieurs documents sont disponible sur le site "The Black Orifice" (mon dieu ? Quel titre !), de même qu'un autre RPG de SF-espionnage, intitulé Gateway.



II. DE L'ORIGINAL :

- The face of Angels - est un JDR simple, utilisant un jeu de 54 cartes, plutôt que des dés et mettant en scène des ados américians se retrouvant "par hasard" investis de mystérieux pouvoirs surnaturels. A noter que ce jeu est l'oeuvre de Clinton R. Nixon, auteur de plusieurs JDRA "indie" et co-administrateur du site The Forge (pour en savoir plus sur les jeux "indie", je vous invite à lire l'article qui leur est consacré dans le n° 1 du Bob'Zine. Vous pourrez aussi en apprendre d'avantage sur le site wikipedia. Cliquez ici).

- Sufficiently Advanced - est un JDR de SF technologique (186 pages !) où les PJ se retrouvent au service d'IA surpuissantes, capables de s'adresser des messages depuis le futur. Technologie et magie se confondent et semblent la même chose aux yeux des habitants du passé, moins évolués et incapables de discerner la technologie pour ce qu'elle est. Biotechnologies, métatechnologies, nanotechnologies, psychohistoire... Ne sont que quelques unes des connaisances (pouvoirs ?) que les personnages auront à leur disposition. Le décor du jeu ? "(It) is not Earth, nor the surrounding stars, nor the galaxy or even the local cluster. It is the entire universe, infinite in extent".  Bref, voilà là un nouveau concept bien barré, que nous propose l'excellent site
1KM1KT, décidèment une pépinière en la matière de JDR décalés et originaux.

- Enfin, Teen Island - propose aux joueurs d'incarner des adolescents, parmi 12 naufragés sur une île déserte. Déserte, vraiment ? Le jeu propose des règles pour trouver de la nourriture et de l'eau ainsi que des tables aléatoires. Bref, un matériel aisèment détournable pour écrire un scénario de votre cru, sur ce thème ô combien inspiré de la série TV Lost.


III. DE L'INUTILE  :

Beaucoup moins intéressants, à mon goût, plusieurs systèmes de règles génériques sont proposés, d'intérêt variable. Problème : il existe déjà quantité de systèmes similaires déjà en vente sur le marché fort encombré des JDR. Sans même parler des nombreux autres systèmes amateurs déjà disponibles gratuitement en téléchargement. Dans ces conditions, pourquoi en créer de nouveaux ? Pourquoi saturer l'univers des JDR de règles alors que ce qui manque véritablement, ce serait d'avantage les scénarios, campagnes, PNJ, idées d'aventures ?

En l'absence de réponses satisfaisantes, je me contenterai donc de vous les citer brièvement : Myrima Tyalie fonctionne à base de dés 10 et utilise une mécanique de type "roll & keep". OPUS est un autre système, censé tenir sur une seule page et utilisant des dés 6. Combat Stats-D12 Core Rules emploie des D12 (disponible sur le site de Cobra Games). Pinion fonctionne avec 2D10. Et enfin, Swift, avec un D20 qui doit battre un certain seuil de difficulté (rien de bien neuf depuis le D20 system, n'est-ce pas ?).


CONCLUSION :

Le bilan global est plus que positif avec de nombreux jeux qui pourront soit vous servir tels quels, soit pourront être détournés par vos soins pour votre JDR préféré.

Il ne me reste plus qu'à vous souhaiter...


... Bons downloads et bons jeux !

Repost 0
7 janvier 2009 3 07 /01 /janvier /2009 20:09

I. AFTERMATH (l'heure du bilan) :


Avec la parution en fanfare de son quatorzième et dernier tome, les Chroniques de la Lune Noire s'achèvent en apothéose, après vingt années d'existence, de succès commercial et  de polémiques.
Car en effet, rarement une série de bande dessinée n'aura été autant encensée par les uns et conspuée par les autres. "Grandiose", "magnifique", "bâclée", "époustouflante", "caricaturale", "fabuleuse", "indigeste", "superbe", "laide"... Les qualificatifs ne manquent pas.

Certes, son scénario ne peut laisser personne indifférent avec ses traits d'humour outrancier, sa violence omniprésente, l'amoralité de ses personnages (dans les Chroniques..., c'est le Mal qui triomphe du Bien, et avec quelle aisance !).

Certes, également, son style visuel baroque et démesuré a de quoi frapper les esprits. Un style marqué par une surabondance de doubles pages et par d'innombrables scènes de bataille, monstrueuses, auprès desquelles le débarquement en Normandie ressemblerait presque à un agréable pique-nique.

Mais ce qui fait aussi et surtout la spécificité des Chroniques..., c'est peut-être, tout simplement, le fait qu'elles sont avant tout le compte-rendu (embelli et magnifié, n'en doutons pas !) d'une campagne de JDR ! Rien de moins !


II. AU COMMENCEMENT... (genèse des Chroniques) :


En effet, Wismerhill, le personnage principal, n'est autre que "Feumeufeu", alias  François Marcela Froideval, le scénariste. C'était même son personnage fétiche. Celui qu'il joua tout au long d'interminables campagnes d'AD&D. Un PJ demi-elfe tri-classé guerrier-clerc-mage et doté de pouvoirs psioniques (rien que ça ! Certains ont du halluciner lors des tirages de dés !).

Froideval/Wismerhill, donc, engrangea les XP et accumula les niveaux au fil d'innombrables sessions de jeu. Accompagné d'autres PJ, Pile-ou-Face, Ghorghor Bey, Feydreva (qui fut remplacée par la succube Hellaynea), il finit par devenir trop puissant pour rester jouable et fut donc retiré de la partie pour devenir un PNJ, régnant sur un Empire immense qu'il se tailla à coups d'épée.

Détail amusant : ce même empire servit de décor de campagne à d'autres aventures, toujours avec les règles d'AD&D (première édition). Gygax lui-même joua un personnage au service de l'empereur Wismerhill !


Par la suite, l'empire de Lhynn fut repris officiellement dans le wargame fantastique
Ave Tenebrae (1986), paru chez Jeux Descartes, et suivi deux ans plus tard par une extension : "Fiefs et Empires" (1988). 
A noter que "Fiefs et Empires" fut conçue pour être utilisée indépendamment du wargame, notamment pour que des PJ devenus seigneurs puissent gérer leurs fiefs avec. Conséquence (peut-être ?) : cette extension non-officielle à AD&D connut de meilleures critiques que le wargame dont elle était issue.

Enfin, avec le succès grandissant de la BD, plusieurs projets d'adaptation en jeu vidéo furent lancés au cours des années 90 et 2000. Il y eut un Chroniques de la Lune Noire(1999), développé par Cryo. Splendide visuellement mais souffrant d'une jouabilité hasardeuse, ce dernier reçut un accueil mitigé (voici par exemple la
critique parue sur le site chronicart) et ne rencontra pas le succès escompté.

Il y eut aussi Blackmoon Chronicles : winds of war, un projet de MMORPG toujours en cours de développement, semble-t-il.

 


Enfin, sur table, il existe une adaptation en wargame avec figurines, pour le jeu  "Le retour des dieux" (
plus d'infos ici). Que dire ? Sinon :
- que les figurines sont d'une finesse et d'une qualité de gravure magnifiques.
- Que le jeu est toujours édité, et diffusé par Asmodée.
- Enfin, qu'il vous permet d'inviter à votre table de jeu des personnages aussi "célèbres" que Ghorghor Bey (ci-contre), Parsifal, Urmacht ou encore Fratus Sinister, aux côtés (ou bien en face) de vos PJ ?
- Ah ? Si : que les figurines sont actuellement en promotion sur le site Ludikbazar (figurinistes, vous savez ce qu'il vous reste à faire).



III. "C'T'UN FAIT. TIRE LES DES POUR VOIR, LA..." (LE JDRA ? BIENTÔT ?) :


Mais dans tout cela, chose curieuse, l'empire de Lhynn ne fut jamais exploité officiellement en JDR. Aucune proposition d'adaptation ne fut faite malgré le succès connu en librairie. Aucun livret ne parut chez aucun éditeur (ni TSR, chez qui Froideval travailla pendant un temps, ni chez aucun autre, des deux côtés de l'atlantique).


Soucieux de réparer cet oubli, quelques courageux fans de la série, réunis autour de David "Davjack" Bellanca, ont lancé leur propre site :
www.clnjdr.com/. Leur but ? Créer un JDR complet, adapté de la série mère, mais aussi de ses deux dérivées : "Methraton" et "Les Arcanes de la Lune Noire" (voir plus bas). 

Pour ce faire, les auteurs ont fait le choix (quelque peu surprenant, pour un univers dérivé d'AD&D) du Basic-RPS, adapté "à leur sauce". Si le jeu n'est pas encore disponible, il est en bêta-test depuis février 2008. Surtout, les auteurs proposent à tout un chacun de participer à l'élaboration de CLNJDR (son "nom de code)", soit en posant des questions, via un
formulaire présent sur le site, soit en s'inscrivant sur le forum du site (une solution plus intéressante, selon moi).


C'est là le seul effort d'adaptation entrepris à ce jour. D'où la hâte de découvrir le produit fini, d'autant plus que CLNJDR sera, comme tous les JDRA, diffusé gratuitement sur son site.

Qui sait ? Peut-être que d'autres conversions verront le jour, soit avec Savage Worlds, soit avec un autre système de règles (FUDGE ? OSRIC ?...) ? 




IIV "ET APRES, MAÎTRE ?" - Dungeon Keeper


Avec le quatorzième et dernier tome de sa série fétiche, Froideval n'abandonne pas cependant son univers. Bien au contraire, ce dernier continue d'être développé.

D'une part avec sa série "Methraton" (3 tomes parus chez Albin Michel), à l'ambiance égyptienne Ô combien prononcée (Coïncidence ? L'égypte antique était une des grandes passions de feu Gary Gygax).

D'autre part, avec "Les arcanes de la Lune Noire" qui narrent les aventures passées des compagnons passés de Wismerhill. Pour l'instant, seuls deux tomes sont parus. Le premier consacré à Ghorghor Bey. Et le second à Pile-ou-Face. Très réussis tant graphiquement que narrativement, ces tomes ont le mérite de narrer en un seul volume (pas besoin d'acheter plusieurs albums pour découvrir l'histoire. Ouf !) le passé de personnages emblématiques de la série. 

Ces deux séries annexes ont un double mérite, en dehors de leurs qualités intrinsèques : 
1. Elles permettent de lever ainsi le voile sur quelques-uns des nombreux mystères qui entourent la saga.
2. Elles prolongent aussi le plaisir des fans de la série, malgré l'arrêt de cette dernière.


Comme vous pouvez le constater, la saga est loin d'être terminée ! Et définitivement, Chroniques de la Lune Noire  aura marqué l'imaginaire des rôlistes et su creuser son sillon, à part des autres BD de fantasy.



Bonnes lectures et bons jeux !


Bonus : pour quelques informations de plus :


- Le saviez-vous ? Pour le tome 14, trois couvertures différentes ont été réalisées, qui réunies ensemble, forment un superbe diorama.


- Voici quelques critiques parues sur le net : si on trouve des avis élogieux, comme sur le site de krinein.com, on trouve également des critiques virulentes, comme sur le site lebdvore.com. Le plus impressionnant étant de lire les avis des lecteurs. Sur la bdtheque.com, vous pourrez découvrir les avis de 75 internautes ici et .

- Petite nouvelle sympa : si vous habitez sur Rennes et sa région, Cyril Pontet sera au Virgin Megastore de Rennes mercredi 14 janvier, dès 15h pour dédicacer ses oeuvres (en l'occurrence, les tomes 6 à 14). Plus d'infos ici.



 

Repost 0
4 janvier 2009 7 04 /01 /janvier /2009 21:06





Récemment venu agrandir la famille des JDRA francophones, The Witcher RPG se veut une introduction à la fois la plus simple et la plus fidèle possible à l'univers médiéval-gothique de l'écrivain polonais
Andrzej Sapkowski.


Avant toute chose, "The Witcher" est connu pour son adaptation en jeu vidéo sur PC. Avec 1 million d'exemplaires vendus depuis 2007, le jeu s'est hissé en tête des hit-parades et est aujourd'hui aussi renommé que "The Elder Scrolls IV", "gothic 3" ou encore "Diablo II". Dans la droite lignée du premier "Legacy of Kain" (plus d'infos
ici) et du jdr Warhammer, il nous transporte en effet dans un univers médiéval, proche de la renaissance au niveau technologique (architecture, armes, costumes), mais aussi inquiétant et sombre, baigné de terreurs et de superstitions.

Il suffit de visualiser les trailers du jeu et autres démos pour s'en rendre compte : cimetières décrépits peuplés de goules avides de chair humaine. Cités médiévales noyées dans des nappes de brume. Palais austères, aux couloirs bordés de statues (des saints ? des rois ?) au regard sévère. Paysans et gens d'armes aux mines patibulaires... Le décorum gothique répond présent au grand complet, jusque dans la ménagerie que devra affronter le "Sorceleur" : vampires cyniques et cruels, sorcières pratiquant des rituels impies, loup-garous à la bestialité sanguinaire...

Enfin, last but not least, impossible de regarder le héros de la saga, Geralt de Riv, sans penser à Elric le Necromancien. Même son surnom de "Loup blanc" est une référence évidente.Personnage maudit et marqué par son destin, il rejoint la cohorte des anti-héros taciturnes, cyniques et désabusés qui ne cessent de hanter les romans, films, BD... Et depuis peu, jeux vidéos.

Naturellement, en voyant geralt en action, on songe à une foule d'autres anti-héros. On pense à Sergio Leone et aux bad guys peuplant ses westerns flamboyants (Eastwood dans "Pour une poignée de dollars" et "le bon, la brute et le truand", Bronson dans "il était une fois dans l'ouest"). A
Raziel aussi. A Solomon Kane enfin, sans cesse errant sur les routes...


Loin de nuire au jeu, cette surabondance de références (mais aussi de clichés) séduit et donne une irrépressible envie de jouer. Tout comme le choix de l'écrivain polonais d'éviter les clichés du Bien contre le Mal pour leur préférer la description d'un univers ambigu, amoral et barbare. Geralt, tout héros qu'il est, est un paria haï et il lui arrive même d'utiliser ses talents contre ceux-là même qu'il est censé protéger, mais qui le craignent. Son ordre fut autrefois décimé lors de violentes émeutes engendrées par la peur et la bétise des humains. Des humains racistes, qui plus est, qui persécutent les autres peuples (nains, elfes et hobbits), ce qui a engendré en retour des réactions violentes et cruelles de ces derniers. Bref, nul n'est innocent dans l'univers du "Sorceleur". Tous ont quelque chose à se reprocher. Traîtrise et fourberie attendent le voyageur imprudent au moindre détour. Et la pitié semble définitivement un luxe interdit aux mortels !


ici). Au passage, vous noterez, à la vision de certains wallpapers et autres artworks, la présence d'un érotisme discret et de fort bon aloi !


Aussi, je vous invite chaleureusement à vous rendre sur le site du JDRA : http://thewitcher-rpg.blogspot.com/. Vous y découvrirez un JDRA sympathique  et bien écrit, oeuvre d'un passionné, conçue pour des passionnés.

Ca tombe bien, y a que des passionnés qui viennent visiter dices.over-blog.com !
 ^_^


Bref, je vous souhaite à tous et à toutes... Bons téléchargements et bons jeux !


Post-scriptum (09.01.2008) : Engagez-vous, rengagez-vous qu'y disaient !


Un élément important que j'avais pourtant oublié de vous signaler (honte sur moi !) :Siwukyl, l'auteur du jeu se montre extrêmement disponible pour répondre à toutes les questions que vous pourriez vous poser sur le jeu. Il le fait d'ailleurs sur son site (allez voir en bas de page, dans les rubriques "manuel du jeu" et surtout "notes de conception"), sur Dices (cliquez sur "commentaires", en bas de l'article, pour découvrir ses interventions, fort éclairantes), mais aussi sur les forums du SDEN et de la FFJDR.

Ce sont donc là autant d'occasions de converser directement avec lui, de discuter des règles, de proposer des modifications, des adaptations, des créations perso (armes magiques, nouveaux monstres, PNJ, PJ, illustrations "maison", scénarios) et pourquoi pas de participer avec lui à l'élaboration du jdra ?

Pour ce faire, il suffit tout simplement de vous inscrire, si ce n'est déjà fait (pour rassurer les novices, l'opération est gratuite, rapide et indolore. Essayez, vous verrez), puis de vous rendre dans les rubriques dédiées. Dices.over-blog pense  à tout, les liens se trouvent ci-dessous. Cliquez-dessus et hop ! Vous y êtes :

- la rubrique du SDEN ;

- celle de la FFJDR.




En plus des versions console annoncées pour 2009 et d'un second volet en cours de préparation, une édition "enhanced" du jeu est sortie en septembre 2008, qui propose le jeu vidéo dans une version améliorée et corrigée (moins de bugs, des temps de chargement moins longs, etc.), accompagné d'un DVD bonus (des niveaux inédits + 1 éditeur), d'un guide du monde, d'une carte en couleurs, de deux CDs de musique, d'un DVD making-of, et enfin d'une nouvelle de l'auteur.

Car, ne l'oublions pas, à l'origine de "The Witcher", il y a plusieurs livres, tous best sellers dans leur pays natal, et en cours de traduction en France (aux éditions Bragelonne, et depuis peu, chez Presses Pocket).


Avec tous ces éléments en main, même si vous ne jouez pas au jeu vidéo (car hélas, ce dernier nécessite une configuration "musclée" et donc prohibitive), il devient plus que tentant de tester le JDRA qui bénéficie de plusieurs atouts :
- un système de règles simple et rapide à assimiler (qui en fait, soit dit en passant, un excellent choix pour initier des p'tits nouveaux à notre loisir favori)
- une présentation de qualité, avec une maquette agréable à la lecture, aérée, bien organisée. Des illustrations tirées du jeu vidéo bien choisies.
- l'essentiel pour jouer y compris un système de magie relativement complet et un bestiaire suffisant pour vos premières parties.
- des sources aisément accessibles : les romans et le serveur wiki dédié (voir plus bas)
- enfin, un univers graphique superbe, empli d'une sombre beauté.

Tapez "the witcher" dans Google images et admirez les superbes fonds d'écran, trailers, designs, croquis de production, etc... Sans oublier les nombreuses et talentueuses oeuvres de fans ! (petite astuce pour ceux qui ne voudraient pas chercher, allez tout simplement

 

Bons dialogues et n'oubliez pas : du style, des questions pertinentes, des idées qui fusent, de la bonne humeur et du respect, que diable ! C'est ça les (bons !) forums. Bonus : voulez-vous en savoir plus ?

Pour en savoir plus sur Andrzej Sapkowski, je vous invite à découvrir
sa biographie (en français) sur Wikipedia.

Source incontournable d'informations : le site wiki consacré au Witcher recense à ce jour 445 articles sur l'univers du jeu. Une seule adresse :
http://sorceleur.wikia.com/wiki/Accueil. IN-DIS-PEN-SA-BLE !

Le jeu vidéo bénéficie de deux sites officiels : l'un est 
www.thewitcher.com/, l'autre le portail francophone. Sur ce dernier, il semble apparemment possible de télécharger divers goodies, dont des musiques du jeu vidéo (idéal pour sonoriser vos parties, non ?). En échange, il faut s'être préalablement enregistré au forum. A vous de tester



Repost 0
15 décembre 2008 1 15 /12 /décembre /2008 20:48

Après avoir couvert d'éloges 1KM1KT, je me suis rendu compte qu'il manquait sur Dices un article généraliste consacré aux JDRA francophones.

Erreur monumentale ! Oubli impardonnable ! Et donc, voici un manque comblé, enfin ! Naturellement, cet article est incomplet. Après tout, comment rendre compte de façon exhaustive de la richesse et de la diversité incroyables des JDRA ? Cet article est donc à considérer comme en cours de rédaction. J'espère bien revenir dessus pour le compléter, l'enrichir et le rendre encore plus "informatif" (à ce propos, comme toujours, si vous avez des suggestions, des idées, des critiques : écrivez-moi ! )


I. Les deux références incontournables en France :

Tout d'abord, il y a
 Jeux d'Ombre (JdO), le webzine dédié aux JDRA et à leurs auteurs. Servi par une équipe hyper-dynamique, le site du webzine met en ligne moult scénarios et aides de jeux, ainsi que plusieurs e-zines très complets et dispos à télécharger (dedans, vous trouverez des interviews, des chroniques, des critiques, des news, des making-of de JDRA, encore des aides de jeu... Bref, que du bonheur).  Jeux d'Ombre met aussi à la disposition des rôlistes internautes une page de liens, un forum, un annuaire des JDRA hyper-complet, etc. Enfin, l'équipe est réactive et toujours disponible pour répondre à toute question. Ainsi, grâce à eux, j'ai pu retrouver le site hébergeant l'excellent Saint Seiya Legend (en l'occurence : l'Arche Imaginaire). Bref, en un mot comme en cent : TOP !  

Ensuite, seconde référence et non des moindres, il y a
 l'annuaire des JDRA. Différent de celui de JdO, cet annuaire est complémentaire et recense bon nombre de créations, classées par thèmes (fantastique, historique, manga, horreur, SF, etc.).  Du très bon boulot et là encore, plein de JDRA à découvrir !

Une troisième référence était la page dédiée aux JDRA du GROG. Actuellement indisponible, ce dernier devrait revenir (bientôt !) sur nos écrans, plus beau que jamais et avec lui, la fameuse page en question. 


II. Les sources - Que la chasse commence !

En plus de ces deux sites généralistes, il existe quantité de sources disparates dédiées à la création de Jeux De Rôle Amateurs.

Au passage, rappelons que le terme "Amateur" ne doit en aucun cas être interprêté de façon péjorative ! En effet, dans une grande proportion, les JDRA qui finissent par être publiés sur le net bénéficient de mois, voire d'années d'élaboration, de tests et de peaufinement tant des règles que de l'univers. S'ils sont encore souvent le "bébé" d'un auteur seul, ils sont aussi de plus en plus le fruit d'une collaboration entre plusieurs personnes, qui se partagent l'écriture du jeu, et sont parfois rejoints par des graphistes, des illustrateurs, des maquettistes... Bref, de plus en plus, les JDRA bénéficient d'une qualité de conception tout à fait professionnelle et n'ont plus rien à envier à leurs homologues du commerce. 


II.A. LES SITES DE CREATION :

Quantité de sites proposent aujourd'hui des JDRA.

II.A.1. LES SITES COLLECTIFS :

Qui regroupent plusieurs auteurs et JDRA. Je pense notamment à 
la Cour d'Oberon, qui hébergea entre autres Te Deum pour un massacre (devenu entre temps un JDR professionnel. Une 2ème édition est d'ailleurs en cours de projet, toujours aux éditions du Matagot - peut-être pour 2009 ?) et l'autre création d'Usher (alias Jean-Philippe Jaworski) : Tiers-Age, sans doute l'un des meilleurs JDR consacrés à l'univers de Tolkien.

On peut également citer :

Imaginez.net, collectif d'auteurs talentueux, militant pour une pratique du  JDR ouverte à tous, divertissante mais aussi culturelle, et ayant à son actif plusieurs jeux tels que Contes de fées ou encore Héros Mythiques. Sur leur site, se trouve 
toute une page consacrée aux JDR "Indie", que je vous recommande vivement.

- et l'Arche Imaginaire, géniale initiative de Clément Aunis, "l'archiviste", qui se propose d'héberger sur le site les JDRA d'autrui. une véritable aubaine pour le créateur de jeu : plus de souci de création/gestion de site ; plus de prise de tête pour diffuser sa création. L'arche Imaginaire est là ! A ce jour, 19 JDRA sont disponibles, dont Coeur de Metal, Joe Bar Team RPG, Saint Seiya Legend, Le Verbe et l'Epée et bien d'autres encore !


II.A.2. LES SITES INDIVIDUELS :

Souvent l'oeuvre d'une seule personne, ils sont trop nombreux pour être tous cités ici (du mooins, pour l'instant ^_^). Deux d'entre eux m'ont impressionné par la qualité de leur contenu, à savoir jeepeeonline.be et Les Livres de l'Ours de Kobayashi. Dans chacun d'eux, vous pourrez découvrir/télécharger des JDRA de qualité et qui méritent largement le déplacement.


II.B. LES AUTEURS :

Ainsi que nous l'avons vu, le net fourmille d'auteurs talentueux et créatifs.  J'ai déjà cité Usher, Kobayashi, Jeepee... Il y a également Philippe Tromeur et ses "53-JDR-en-une-page" ou encore
Olivier Legrand, à qui l'on doit des jeux géniaux (et je pèse mes mots !) comme Imperium (un "Dune-RPG" non-officiel riche et hyper-actif), le fabuleux Solomon Kane, La Terre des Héros ("l'autre" meilleur JDR consacré à l'univers Tolkienien), Gianni Vaccca (Basic Chine Impériale) et olivier Dubreuil (Vents des Steppes, URUK), GelWeo (la Saousie)  et tant d'autres encore... A ce stade, je ne peux que m'excuser auprès de tous ceux et toutes celles que j'ai pu oublier de citer dans ces quelques lignes. J'espère pouvoir bientôt rendre hommage à vos travaux...

Bref, vous l'aurez compris, Internet est un véritable vivier de talents et il n'est pas étonnant que plusieurs JDRA aient fini par être publiés par des éditeurs professionnels.


III. A SUIVRE...


Pour que ce tour d'horizon soit complet, il convient de citer également les forums sur lesquels on peut trouver des pages entières consacrées à la création et à la promotion des JDRA : celui du SDEN, celui de Casus-NO, celui de la FFJDR, etcetera...


Encore une fois, ce petit "tour d'horizon" est archi-INCOMPLET. D'ailleurs, tout au long de Dices, j'ai eu l'occasion d'évoquer d'autres JDRA, tous d'excellente qualité, et qui m'avaient tapé dans l'oeil, comme par exemple, le superbe Würm d'Emmanuel Roudier (pub : lisez/achetez/offrez pour Noël la magnifique BD "Neanderthal". Bientôt, le tome 2). Je suis loin d'avoir fait le tour du monde sans cesse croissant des JDRA et je m'en réjouis, car pour moi, c'est un réel plaisir, toujours renouvelé et à chaque fois, une heureuse découverte !


III. CONCLUSION ? 


Pour terminer ce petit tour d'horizon, je recommande vivement la lecture de l'article "
2005, le JDRA prend un coup de vieux" écrit par l'Archiviste et très intéressant, notamment pour sa critique de la "mode" des JDRA "baclés" et écrits à la va-vite. Heureusement, ces JDRA médiocres finissent tous par sombrer dans l'anonymat tandis que ceux vraiment hors du commun bénéficient d'un bouche-à-oreille flatteur, voire d'un suivi régulier et de la constitution d'une fan-base fidèle (Tiers-Age et Imperium sont deux excellents exemples).

Enfin, concernant les JDR créés en 24h (allez voir
24 hours RPG), ils palient le manque de temps et de préparation par des idées surprenantes et souvent accrocheuses. A tel point qu'il y a là quantité d'idées à repiquer pour votre système de règles favori (Savage Worlds, FUDGE, GURPS, RPG system, etc.)

C'est aussi ça, les JDRA. Enjoy !


Bon surf (et bons downloads !) à tous et à toutes !

Repost 0
13 décembre 2008 6 13 /12 /décembre /2008 13:20








Découvert incidemment sur le net, 1km1kt est une véritable mine d'or dont je ne peux que m'empresser de vous parler ! Ce site web est en effet un magnifique, un superbe coffre à jouets (ou au trésor, selon vos préférences) rempli de perles rares. Et tout celà pour nous, les rôlistes !


Ce site anglophone est en effet entièrement dédié à la création et à la diffusion gratuite de JDR indépendants (les fameux "Indie-RPG" évoqués dans le n°1 du Bob'Zine).
Sur ce site, des dizaines de JDRA gratuits vous attendent, tous proposés au format .pdf et prêts-à-jouer.


Joie et bonheur ineffables pour le rôliste éternellement en quête de nouveautés : il y a là des Jeux de Rôle pour tous les goûts :

- médiéval-fantastique : avec notamment l'excellent Sovereign, Tunnel Quest, Krone. Etc...

- horreur/fantastique : Picking sides, The Dream Merchants, Dead and back, l'ultra-complet Abeo-lite et ses 189 pages ! Etc....

- Science-Fiction : Dungeon Squad - "adventures in the 41st millenium"Immortalis, Silent Archaea, Master of Orion. Etc...

- humour : Taverns & Drakes, le bizarre Apathy : the calling,  My secret waitress. Etc..

Et quantité d'autres jeux encore, qui sortent résolument des sentiers battus ! Comme exemples, je me contenterai de vous citer :

- Crime Fighters RPG (un univers super-héroïque où génies du crime et super-flics s'affrontent à un niveau bien au-delà du commun des mortels) ;  

- Advent : Magicka Rising (que son auteur définit comme un "Pokemon [médiéval-fantastique] avec des épées et de la magie" ???)

- the Watchers (l'univers et l'ambiance des récits d'espionnage appliqué... A la guerre céleste opposant anges et démons !) ;

- ou encore Okhrana (1889 : la police secrète du Tsar traque impitoyablement anarchistes et opposants politiques dans le Paris de la Belle Epoque). 


Me croirez-vous ? Je n'ai pas fini de faire le tour de ce site, tant il y a des jeux à découvrir !Des dizaines et des dizaines ! C'est complètement fou : il y a des jeux de super-héros, des zombies à la pelle, du post-apo totalement barré (Red Regs & Zombies), des adaptations de jeux vidéos (Master of Orion, Phantasy Star Online, Sonic le hérisson - si, si, la mascotte de SEGA !), des JDRA qui tiennent sur 1 page, des "soloquests", des... Franchement, le mieux serait que vous alliez voir par vous-mêmes. Vous n'allez pas en croire vos yeux.


Naturellement, tout n'est pas "parfait" (mais là, le vieux sage sur sa montagne vous rétorquerait calmement : "qu'est-ce que la sagesse, petit scarabée ?"). 

Comme bon nombre de JDRA "indie", le format choisi est généralement court (rarement plus de vingt pages) et le développement est parfois sommaire. Nombre de ces RPG ont en effet été conçus lors de sessions de 24 heures et n'ont pas été retouchés par la suite. Leur usage risque donc de se limiter à une ou deux parties one-shot.

Ce à quoi je vous rétorquerais du tac au tac "et alors ?". Les thèmes abordés sont excitants, hors des sentiers battus et ce même format court privilégie une prise en main rapide et facile, sans prise de tête. Une bénédiction en soi !

Alors, n'hésitez plus, foncez ! Et surtout...


... Bons downloads et bons jeux !

Repost 0

Présentation

  • : dices everywhere, des dés, du fun, des jeux
  • dices everywhere, des dés, du fun, des jeux
  • : blog dédié aux JEUX DE RÔLE "OLD SCHOOL" et plus récents : AD&D 1st ed., 0D&D, Labyrinth Lord, Swords & Wizardry, OSRIC, Savage Worlds
  • Contact

Who Made Who

  • Olivier
  • Passionné de JDR depuis bientôt 30 ans et fan de : mangas, comics, fantasy, SF, fantastique, épouvante, Heavy-Metal, Vikings, Hal Foster, HR Giger, Druillet, R.E. Howard, Lovecraft et bien d'autres choses encore !!!
  • Passionné de JDR depuis bientôt 30 ans et fan de : mangas, comics, fantasy, SF, fantastique, épouvante, Heavy-Metal, Vikings, Hal Foster, HR Giger, Druillet, R.E. Howard, Lovecraft et bien d'autres choses encore !!!

Recherche

Je soutiens...

    brstrip

 

Liberté d'expression sur le net