Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 juin 2008 1 30 /06 /juin /2008 08:50

(attention ! le texte qui suit est truffé de spoilers !)

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais j'ai mis un certain temps avant d'aller voir le dernier "Indiana Jones", tant les échos que j'en avais étaient négatifs et me faisaient hésiter (à tort !). J'entendais des choses du genre : "La fin est nulle"; "c'est décevant"; "film trop bavard"; "c'est du n'importe quoi"; "ils auraient jamais dû faire un n° 4"; etc. Bref, ça faisait peur !

Eh bien, je me suis finalement lancé samedi et je me suis pris une claque (dans le bon sens du terme) ! Le film est EX-CEL-LENT !!! Et j'ai adoré. Alors, fi des critiques, voici...

... 3 bonnes raisons d'aller voir ce film !


1. Du pur Indy :

"Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal" (quel titre à rallonge ! Pfff...) s'inscrit dans la tradition des précédents films de la saga : c'est un film à grand spectacle, sans prétentions, drôle, inventif, bourré de scènes énergiques et spectaculaires !

Tous les ingrédients des précédents Indiana Jones sont présents :
 - des méchants "vraiment méchants" (comme dans la pub' Orangina, quoi !) et caricaturaux (ici, des communistes, histoire de changer des nazis ? Pas seulement, voyez plus bas) ;
 - de multiples références à l'histoire  ;
 - de l'action trépidante ;
 - "la" scène de baston qui n'en finit plus avec un méchant super-coriace ;
 - plusieurs scènes de poursuite vertigineuses ;
 - des effets spéciaux à foison, de grande classe ;
 - des ruines poussiéreuses, encombrés de toîles d'araignée et de pièges incroyables ;
 - des hordes de vermine rampantes et grouillantes (ici, des fourmis rouges cannibales, plus quelques scorpions) ;
 - un peu de gore qui fait peur (cf. les fourmis rouges en question) ;
 - beaucoup d'humour, des personnages qui cabotinent, s'engueulent ou se lancent des vannes tandis qu'ils frôlent la mort ;
 - des bons sentiments (parce qu'Indy, c'est un mec bien, quand même !)

Bref, du pur divertissement, décomplexé et fun. Spielberg nous fait la totale, applique sa recette à la lettre, et il a bien raison, puisque c'est ce que nous, les fans, nous voulons !


2. Un hommage aux séries B des 50's :

C'est le point fort du film selon moi. Plutôt que de rester artificiellement figé dans les années 30, le film fait évoluer le personnage dans l'histoire et contribue à le faire progresser. Douloureusement d'ailleurs : indy a plus de 50 ans. Son père est décédé. Marcus Brody aussi. Bref, notre héros vieillit. Et celà le rend d'autant plus humain et touchant. Plus proche de nous, quoi.
Le choix des fifties est excellent car il permet à Spielberg/Lucas de faire mille-et-unes références aux séries B de l'époque : les soucoupes volantes donc, la course à l'armement, avec ses essais nucléaires en plein air (un passage flippant, car basé sur des faits réels !), le rock'n'roll des fifties, la jeunesse dorée de cette époque, insouciante (comme dans "Happy Days") ou rebelle (Shia Le Beouf fait une très bonne imitation de Marlon Brando en biker), le maccarthysme et son hideuse chasse aux sorcières. Il y a aussi des références à Roswell, à la zone 51 et à quantité d'autres choses.

Malgré tout, le film parvient à préserver son parfum d'aventures "pulps". A l'image du héros, le film conserve donc son intégrité.

Surtout, je crois que le film repose sur une idée clé, développée dans la série TV "Young Indiana Jones Chronicles". A savoir qu'Indiana Jones n'est pas qu'un acteur de l'Histoire. Il en est aussi le témoin !
 - Dans les films, Indy se retrouve à Nuremberg, face à Hitler ; en Egypte ; en Inde contre les thugs, etc.
 - Et dans la série TV, Indiana, devenu centenaire, raconte comment il a croisé les chemins de Pancho Villa, Roosevelt, Churchill, De Gaulle (!), Hemingway, Freud, Al Capone, et d'autres encore...  

"Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal" s'inscrit dans cette optique. Soupçonné de sympathies communistes par des fonctionnaires crétins du FBI, il se fait ainsi chasser de son poste à l'université et envisage l'exil en Europe ! Heureusement (pour nous), l'appel de l'aventure seras le plus fort !


3. la boucle est bouclée :

Par de multiples références aux 3 précédents films et à la série TV, "Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal" revendique son héritage, sa filiation directe avec les précédentes histoires de l'archéologue-aventurier. Les clins d'oeil sont multiples, pour notre plus grand bonheur. Je ne les énumérerais pas car ce serait une tâche trop fastidieuse et que je préfère vous inviter à découvrir ce petit bijou d'aventures et d'action par vous-mêmes.


La conclusion ?

N'écoutez pas les mauvaises langues et faites-vous votre propre opinion du film. Si vous avez adoré les 3 précédents Indiana Jones, il n'y a aucune raison pour que celui-là vous déçoive. Si vous estimez que le seul potable soit "Les aventuriers de l'Arche perdue", eh bien, inutile de vous forcer, n'y allez pas. C'est aussi simple que ça.   ;-)

A tous les fans d'aventures trépidantes, je vous souhaite un excellent moment et un bon film !

Repost 0
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 10:36

Cet automne devrait être marqué par la sortie sur X-Box 360 de Fable 2, la suite d'un des meilleurs JDR sur PC (selon moi) jamais créés. Je profite donc de l'occasion pour vous parler de Fable, premier du nom.

En effet, Fable bénéficie d'un gameplay basé sur la notion d'interaction entre les PNJ et le héros que dirige le joueur. Tout au long du jeu, ce dernier est soumis à des choix moraux : il lui est systématiquement proposé de faire le
bien ou le mal. A long terme, ces choix finissent par avoir un impact sur son apparence : entre preux paladin en habits de lumière ("bright chainmail" ou "bright plate") et entité semi-démoniaque (avec yeux rouges et cornes sur le front !). 

Mais le jeu ne s'arrête pas à cet aspect manichéen. Avant tout, Fable s'attache à mettre en scène la vie de ce héros. Non seulement, il vieillit au fur et à mesure du scénario (là aussi, avec un impact sur son apparence), mais en plus, le jeu propose des options aussi diverses que : 
 - draguer les PNJ (hommes ou femmes),
 - se 
marier, divorcer,
 - avoir des relations sexuelles (l'humour du jeu, c'est qu'une fois qu'on se met au lit avec sa dulcinée, un fondu au noir vient jeter un "voile pudique" sur la scène),
 - cambrioler des maisons à la nuit tombée,
 - donner de l'argent à des oeuvres de charité ou au Temple du Bien,
 - commettre des sacrifices humains,
 - devenir célèbre 
(un élément essentiel du jeu !), se bâtir une réputation en accomplissant des exploits, en relevant des défis, 
 - se vanter auprès de la foule, notamment en 
brandissant des trophées pris sur les cadavres des boss (ce qui permet d'augmenter son score de Renom), 
 - soigner son look (coiffure, tatouages, barbe) pour avoir plus un plus haut score de Charme et/ou d'Effroi,
 - etc.





Bref, pour peu que l'on accepte de jouer le jeu, et qu'on se laisse emporter par l'ambiance, on se retrouve avec un jeu vidéo génial dans ses concepts et servi par un humour irrévérencieux, noir et caustique. Par exemple, les gardes vous proposent régulièrement de sponsoriser le "quart d'heure de pause" de la Garde. Il s'agit en fait de les soudoyer pour qu'ils regardent ailleurs, pendant que vous commettez infractions, cambriolages et autres crimes ! Ou encore, on apprend qu'un écrivain rédigea autrefois un pamphlet intitulé "La guilde des Zéros" où il fustigeait le fonctionnement de cette institution.... Peu de temps après, cet auteur disparaissait dans de mystérieuses conditions !

Enfin et surtout, les héros de Fable (qui appartiennent tous à la Guilde des Héros) se comportent fortement comme des Rock Stars (avec un look extravagant, digne des groupes de Neo-Metal). Ils sont traités comme tels par la Foule et ils ont donc leurs groupies, leurs fans, sont acclamés sur leur passage (ou craints si vous faites le mal), courtisés et remarqués. Enfin, ils se doivent de rechercher de nouveaux défis pour conserver leur prestige auprès de la Foule. Bien vite, on se retrouve à enchaîner les quêtes comme un vulgaire mercenaire enchaîne les contrats.

A de nombreuses reprises, par son ambiance décalée, le jeu m'as fait penser à "Dungeon Master", autre jeu vidéo créé par le même auteur : Peter Molyneux (vous pouvez lire une interview de lui ici : (http://www.gamekult.com/articles/A0000064619/). Surtout, il se différencie des autres rpg-like à la Diablo/Spellforce/Titans Quest et propose de nombreuses idées à importer dans vos jeux de rôle sur table. Effroi, Charme, Renom, Prestige sont autant de caractéristiques secondaires que l'on a envie de retrouver autour d'une vraie partie de Jeu de Rôle sur table. 

Bref, Fable est un jeu à ne pas manquer selon moi et je ne peux que vous encourager à l'essayer (si ce n'est déjà fait), d'autant plus qu'il ne coûte plus que 14€... Une paille !
 

Une dernière remarque qui a son importance : le jeu requiert normalement un processeur de 1,4 Ghz et le mien n'affiche que 1 Ghz tout rond (déjà, quand j'ai voulu tester une démo de Spellforce 2, ça ramait !). Or, au lieu de me bloquer, le jeu m'a proposé un mode sans échec, moins fin au niveau des graphismes (effets de lumière, d'ombre, de brouillard et autres fioritures si agréables à l'oeil), mais qui tourne nickel sur mon PC, sans ralentissements notables.

Je fus contrarié sur le coup mais le jeu est tellement fun, m'a tellement enthousiasmé que j'ai oublié tous ces aspects pour me régaler de l'ambiance et de l'histoire. Avec un ordinateur plus performant, ça aurait certes été Byzance ! N'empêche, j'm'en fous : je suis devenu une pointure à l'arc et à l'épée et je suis en train de devenir la terreur des bandits et autres brigands de grand chemin !
  

Yeah ! Tremblez, brigands et monstres errants, car Oliv' le paladin va redresser vos torts ! Et ça va ch.... pour vous !

;-)

Repost 0
9 juin 2008 1 09 /06 /juin /2008 07:52

 

Il y a 1215 ans de cela, le 08 juin 793, le premier raid viking sur l'Europe ravageait le monastère de Lindisfarne, située sur une île près de la côte de la Northumbrie, dans le nord-est de l'Angleterre. Le monastère fut pillé, puis brûlé, les moines passés au fil de l’épée ou bien noyés. Ce fructueux coup d'essai (le monastère était riche) consterna les chrétiens d'Occident et marqua le début de ce que l'on appela plus tard "les invasions normandes" (810-911).

 

Leurs intrépides expéditions les conduisirent jusqu’en Amérique, à Byzance, au cœur de la Russie… Et les firent entrer dans la légende !

 

Aujourd’hui, on ne compte plus les livres, BD, romans, films qui leur furent consacrés. Il y eut beaucoup de navets certes (par exemple, « le Dernier des Vikings », « la Reine des Vikings », deux productions… Italiennes !) Mais aussi de véritables chefs d’œuvre, comme « Beowulf », le film d’animation de Robert Zemeckis.

 

Et les jeux de rôle ne furent pas en reste ! Plusieurs d’entre eux (j’y reviendrai prochainement) vous proposent d’incarner ces farouches guerriers scandinaves. Il me semblait donc tout à fait justifié de leur accorder ces quelques lignes.

 

:-)

Si vous souhaitez en savoir plus, voici quelques liens (pour commencer) :


1. Sur Lindisfarne :
en français :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Lindisfarne
en anglais : http://en.wikipedia.org/w/index.php?title=Lindisfarne&oldid=181755694

http://www.newadvent.org/cathen/09269a.htm


2. Sur les vikings, il existe un nombre incalculable de sites ! En voici quelques-uns pris au hasard. N'hésitez pas à arpenter la toile

;-)
http://histoweb.free.fr/caroling/norm810.htm

http://fr.wikipedia.org/wiki/Viking

http://pvaineau.club.fr/viking2.html (un site de fan, très, très complet. Allez-voir la page des liens !).

3. Il existe un formidable jeu de plateau sur ce thème : « Invasions ». Le matériel fourni est magnifique et la fidélité historique est au rendez-vous. C’est un must à essayer !

 http://www.asmodee.com/jeux-de-societe/gamberge-et-strategie/produits/invasions.htm


4. Quelques sites pour faire du « shopping » d’objets vikings (des répliques, hein ! Je vous avais dit qu’on trouve de tout sur le sujet) :

http://www.nordland.fr/

http://www.vikingtrader.net/?gclid=CMPOl4vo5pMCFQgPuwodCEew9Q
http://www.albion-europe.com/shop/next_generation_swords_viking_swords-c-46_53.html


Ce sera tout pour aujourd’hui. Et n’oubliez pas ! "Protége-nous, Seigneur, de la fureur des hommes du Nord" !

Repost 0
5 juin 2008 4 05 /06 /juin /2008 13:54
Des colts rutilants, des rues poussiéreuses, des pistoleros inquiétants, des indiens sur le sentier de la guerre…

 

Mais aussi des démons de sang, des morts sans repos, des sortilèges terrifiants, des sorciers cruels et sans scrupules, des invocations hors de contrôle qui ravagent les contrées sauvages…

 

Tel est le décor fascinant imaginé par Mark Sumner dans ses deux romans « LA TOUR DU DIABLE » et sa suite « LE TRAIN DU DIABLE ». Un univers décoiffant qui mélange western et sorcellerie débridée, sans nul doute inspiré par Deadlands, sorti la même année.

Ne vous fiez pas aux titres, qui font un peu « cliché ». Les romans, eux, sont d’un tout autre acabit. Avec beaucoup d’imagination et un certain talent, Sumner dépeint un Far-West devenu fou, hanté, qui a basculé dans le surnaturel suite aux horreurs de la guerre de sécession.

Le style de l’écrivain est très plaisant, coloré, efficace. L’action est trépidante et ne se relâche jamais. Enfin, la réussite du roman repose beaucoup sur les portraits des personnages rencontrés tout au long de l’histoire : hauts en couleur, très bien campés, attachants ou au contraire, révoltants, le récit de leurs aventures enflamme l’imagination.

Une lecture recommandée, que vous soyez joueurs de Deadlands ou non.

 

 

LA TOUR DU DIABLE (1996) 

ISBN : 9782266138338 (2005 – presses pocket SF/fantasy n° 5830)

ISBN : 9782841721245 (2000 - L’atalante)

 

LE TRAIN DU DIABLE (1997)

ISBN : 2266138332 (2005 - presses pocket SF/fantasy n° 5829)

ISBN : ISBN 2-84172-124-8 (2000 - L’atalante)

 

 

 

 

…Pour quelques clics de plus :

 

Mark Sumner a à son actif plus d'une vingtaine de romans. Il vit près de Saint Louis (Missouri). Vous pouvez consulter son site personnel ici : www.sff.net/people/Sumner/

 

Egalement, le site sfsite.com propose de découvrir quelques unes de ses nouvelles, encore à l’état d’ébauche, à cette adresse : http://www.sfsite.com/vault/mark.html

 

 

Repost 0
5 juin 2008 4 05 /06 /juin /2008 13:52

Avec bientôt 15 ans d'existence, HELLBOY, la BD, s'est imposée peu à peu comme une référence dans le monde des comics américains. Grace au style graphique si particulier de Mike Mignola. Grace aussi à des histoires rocambolesques, puisant leur inspiration aussi bien dans la noirceur cosmique des récits de Lovecraft que dans le style pulp échevelé des récits d'aventure des années 30. Les ombres de R.E. Howard, de Sax Rohmer (Fu Manchu), de Edgar Allan Poe, mais aussi de Chesterton, de Beaudelaire, des EC Comics et des bds de MARVEL ou DC plânent sur le destin du grand Diable rouge à la main de pierre...

Hellboy empêche ainsi régulièrement le retour des Grands Anciens sur la terre. Mais il affronte aussi des savants fous, des singes robots géants qui parlent (sic !), des fantômes de gangsters de la Prohibition, des gobelins, des sorcières, des nazis dégénérés adeptes de la magie noire, des mutants, etc... Plus qu'un bestiaire, un joyeux fourre-tout, balançant entre gothique et grotesque, qui puise son inspiration à toutes les sources, toutes les mythologies et toutes les légendes (celte, nordique, africaine, japonaise, etc.), brassées en un grand tout cohérent !

Aux côtés de Mike Mignola, d'autres auteurs ont apporté chacun leur pierre à l'édifice (notamment dans les "Histoires Bizarres" - 2 tomes parus chez Delcourt) et aujourd'hui, l'univers de HELLBOY a acquis une consistance et une densité remarquables.

Alors que le tome 9 de ses aventures va bientôt débarquer dans nos contrée et que la suite de ses aventures au cinéma sort le 29 octobre sur nos écrans, les éditions Delcourt nous proposent une chronologie complète de l'univers dans lequel il évolue, à cette adresse : http://www.editions-delcourt.fr/special/hellboy/?utm_source=nslgenmai08&utm_medium=email.

L'occasion de redécouvrir un univers riche, adapté en jeu de rôle par Steve Jackson Games. Et pourquoi pas, de se laisser tenter par l'aventure ? Alors, aventuriers, rejoindrez-vous les rangs du B.P.R.D. ? Le Monde a besoin de vous ! Et vous... "tout ce qu'il vous faut, ce sont ces règles, des dés et votre imagination".

:-)

Repost 0

Présentation

  • : dices everywhere, des dés, du fun, des jeux
  • dices everywhere, des dés, du fun, des jeux
  • : blog dédié aux JEUX DE RÔLE "OLD SCHOOL" et plus récents : AD&D 1st ed., 0D&D, Labyrinth Lord, Swords & Wizardry, OSRIC, Savage Worlds
  • Contact

Who Made Who

  • Olivier
  • Passionné de JDR depuis bientôt 30 ans et fan de : mangas, comics, fantasy, SF, fantastique, épouvante, Heavy-Metal, Vikings, Hal Foster, HR Giger, Druillet, R.E. Howard, Lovecraft et bien d'autres choses encore !!!
  • Passionné de JDR depuis bientôt 30 ans et fan de : mangas, comics, fantasy, SF, fantastique, épouvante, Heavy-Metal, Vikings, Hal Foster, HR Giger, Druillet, R.E. Howard, Lovecraft et bien d'autres choses encore !!!

Recherche

Je soutiens...

    brstrip

 

Liberté d'expression sur le net