Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 21:40

Suite à mon article sur les zombies, il faut que je vous parle de War of the Dead, la campagne horrifique publiée actuellement par Daring Entertainment.

Autrefois disponible uniquement en version pdf, le chapitre 1 est paru récemment au format papier (livre A4, couverture souple).


War_of_the_Dead_solicitaion_cover.jpgAvec une constance remarquable, Daring Entertainment enchaîne les scénarios et développe une série cohérente et épique sur le thème des mort-vivants et de la fin du monde. Au niveau des inspirations, il y a bien entendu la célèbre trilogie de Georges A. Romero ("night...", puis "Dawn..." et enfin "Day of the living dead", auxquels se sont rajoutés récemment deux nouveaux épisodes), mais aussi "Le monstre est vivant" de Larry Cohen et la série "Walking Dead". Peut-être d'autres encore (le comic-book "Evil Ernie" ?) ?

A l'heure où le chapitre 2 entame son douzième épisode, penchons-nous donc sur les nombreux suppléments gratuits parus (tous disponibles sur le site rapidejdr.fr).

 

1. Les scénarios :


Food for thought : entraîne les PJ à New Havenport, où survit coûte que coûte une petite communauté de vivants. Pris au piège, ils y affronteront des êtres bien plus terrifiants que les mort-vivants rodant alentour. 

Dead of Night : plus classique, se veut un hommage à "La nuit des mort-vivants"... Mais avec quelques surprises à la clé ! Les PJ survivront-ils à la horde qui les encercle ?

Outbreak at Hopewell : ce troisième scénario est peut-être le plus éprouvant. Fortement orienté action, il décrit l'effondrement d'une petite communauté sous l'assaut des "infectés" et va confronter les PJ à plusieurs types de mort-vivants mais aussi à des individus armés aux motivations douteuses...

 

2. Les aides de jeu :


Adventure Cards of the Dead : propose plusieurs cartes d'aventure à imprimer pour le jeu. Totalement optionnelle, cette aide de jeu apporte un fun supplémentaire en permettant aux joueurs d'influer sur le cours de la partie. Une idée reprise entre autres par Kobayashi dans sa seconde édition de Tranchons & Traquons.

Values of survival : présente un nouvel attribut, les valeurs ("values"), quantifiées en points, qui représentent l'attachement du PJ à des notions morales (fidélité, loyauté, etc.). Ces points de valeur peuvent être dépensés en cours de jeu pour octroyer un bonus. En contrepartie, leur diminution symbolise la perte d'humanité des personnages, dans le but de survivre. Une idée simple et efficace. 

The survivors part 1 et part 2 : ces deux documents présentent au total 15 PJ pré-tirés. C'est du pur Savage Worlds, efficace, concis, avec des personnages aux caractères affirmés (et une savoureuse pointe d'humour). Si vous jouez à un autre jeu de zombies, jetez quand même un coup d'oeil aux personnages présentés. Nul doute qu'ils devraient vous inspirer. En bonus, la partie 2 inclut une feuille de personnage vierge.

Fan created support : est un fichier zippé qui regroupe plusieurs créations originales de fans :

  • feuilles de personnage alternatives,
  • couverture pour regrouper les 13 épisodes de la saison 1 (auparavant édités au format pdf),
  • règles maison, 
  • cartes d'aventure supplémentaires, 
  • cartes d'état (pour savoir si votre personnage est "secoué", "fatigué", "blessé" ou autre), 
  • présentation de la campagne, un document destiné spécifiquement aux joueurs (6 pages), 
  • mini-guide du maître (6 pages) qui regroupe les règles propres au setting, 
  • enfin, écran de jeu trois volets (avec images bien gore pour mettre les joueurs dans l'ambiance !).

 

3. Chez Pinnacle :

 

Nous avons les "figure-flats", des figurines en carton à imprimer puis à monter, là encore gratuitement :

Modern-vehicle flats : présente des véhicules divers (ambulance, voiture de sport, de police...) en deux versions : normale et abîmée (avec tâches de sang, cabossages divers et vitres fissurées : les morts sont passés par là !)

PEGfigure flats : présente vingt-quatre zombies sanguinolents à placer sur la route de vos infortunés PJ. Pauvres d'eux !

D'autres "figure-flats" (marines, véhicules militaires, criminels, terroristes, agents de sécurité, etc.) existent qui pourront agrémenter vos scénarios, sans oublier ceux d'autres compagnies (par exemple, les planches de pions proposées par FGU).

 

4. La fureur des zombies :


Enfin, sur le site Savage Heroes, figure  Wrath of Zombie, un setting complet et gratuit dédié au genre. Le jeu se présente sous la forme d'un fichier pdf de plus de 52 Mo (du fait de son iconographie chargée, malheureusement). Le texte est de fort bonne tenue, bien pensé et ouvertement orienté post-apocalyptique. Ainsi, les interactions avec les vivants peuvent donner lieu à bien des campagnes et l'auteur mentionne la trilogie Fallout parmi ses sources d'inspiration. Malheureusement, une version "printer-friendly" manque à l'appel. Elle serait ici la bienvenue. Le site propose également : 

  • un bestiaire illustré (11 pages),
  • une feuille de personnage vierge,
  • enfin, cinq feuilles de PJ prétirés : mercenaire, psychique, scientifique dément, pillard et "scum-bag" ("fumier" en français).

 

 

Comme vous pouvez le constater, il y a de quoi faire et en abondance, sur le thème des zombies. Alors, n'attendez plus, téléchargez le kit de démo (en français), rassemblez vos dés et quelques copains rôlistes et lancez-vous dans l'aventure. 

 

 

Bons jeux !

 

 

 

 

Repost 0
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 17:27

Cela faisait un petit moment que je ne m'étais pas penché sur les dernières sorties parues pour Savage Worlds. Le jeu continue pourtant d'évoluer, sans monter le moindre signe de fatigue.

 

Mieux ! Le jeu est traduit et publié professionnellement en Allemagne et en Pologne (bientôt, la France ? Cocorico !). Des traductions "amateurs", réalisées par des fans existent en françaisen portugais, en espagnol, en polonais et même, depuis peu, en chinois (si, si ! C'est vrai !). Bref, le jeu se développe et ne cesse de trouver son public, à l'ombre des "Grands Anciens" qui phagocytent le genre (D&D, l'Appel de Cthulhu, Warhammer, Pathfinder, etc.).

 

C'est dans ce contexte que j'ai récemment découvert Caladon Falls, le nouvel univers-supplément pour Suzerain

 

 

 

I. MOJO !!!


 

Très vite, rappelons que Suzerain reprend les règles de Savage Worlds et les développe au delà du niveau "légendaire", permettant ainsi aux joueurs de devenir des demi-dieux et de créer leurs propres panthéons, dans une course au pouvoir qui doit autant aux "Neuf Princes d'Ambres" de Roger Zelazny qu'aux divers cycles du "Champion Eternel" de Michael Moorcock. 

 

50578.jpg

Derrière ce prétexte d'un multivers en perpétuelle évolution, Savage Mojo (ex-studios Talisman) se lança dans la conception de plusieurs suppléments-univers, tous conçus sur le principe des Plot-Point Campaigns (ou "Campagnes prêtes à jouer" si vous préférez) chers à Pinnacle.

Vous achetez le livre et dedans, vous trouvez une campagne toute prête, qui a en plus le mérite de vous faire découvrir l'univers du jeu (et ses secrets).

En amont de cette campagne, figure une rapide description de l'univers (le "setting"), destinée aux joueurs. Plus des règles additionnelles (pouvoirs, talents, équipement, etc.) qui lui apportent une saveur supplémentaire. 


A ce jour, les univers parus et disponibles en boutique (je ne compterai pas les suppléments uniquement en pdf) sont :


SMTIAGSR002CoverS-copie-1Noir Knights, qui revisite l'Amérique de la Prohibition, avec une bonne dose de surnaturel en plus. Grosso modo, on pourrrait décrire Noir Knights comme une sorte de crossover hardcore entre les Incorruptibles, X-Files (les PJ sont des agents gouvernementaux qui enquêtent sur des phénomènes étranges) et les polars Pulp à la Mike Hammer.


Savage Suzerain Dogs of Hades SMCAGASR002 Cover SMDogs of Hadès, qui transpose la civilisation grecque antique dans un univers de Space Opera sauvage, bien avant Quantiquité, actuellement en développement chez John Doe (mais aussi après Hellas, Worlds of Sun and Stone). 


SMTIGSSR001coverSEnfin, Shangaï Vampocalypse, résolument tourné action, qui décrit une invasion mondiale de Vampires dans un futur Cyberpunk (nous sommes en 2048). Invasion dont l'épicentre se trouve à Shangaï.

A l'intrigue purement SF du début (le virus est dû à une expérience génétique qui a mal tourné), les auteurs ont rajoutés une bonne dose de surnaturel et d'arts martiaux, pour une campagne épique qui s'annonce gargantuesque (30 scénarios sont annoncés !).

Reste à tester la bête en live, avec vos joueurs. Tentés ?

 

 

II. CALADON FALLS :

    

 

Enfin, voici venir Caladon Falls, un univers de High Fantasy épique, envahi par des sorciers venus d'une autre dimension (les "Warlocks"), dotés de pouvoirs inimaginables.

Dévasté par une guerre totale, le continent d'Austeria est le théâtre d'une lutte inégale, à priori jouée d'avance. D'un côté, de simples soldats, des hommes, armés d'épées et de boucliers, des gens du commun. Des conscrits. De l'autre côté, les armées des sorciers, terrifiantes et appuyées par une magie dévastatrice.

 

David contre Goliath.


SMELRESR001CoverS.jpgC'est dans ce contexte désespéré que les personnages joueurs entrent en scène avec, peut-être, la possibilité de changer la donne et de faire pencher la balance du bon côté. L'univers se veut farouche. Sans "elfes mignons aux oreilles pointues ni nains copiés-collés sur ceux de Tolkien".


Là encore, ce sont pas moins de trente scénarios qui sont proposés, allant de l'arrivée des Warlocks au combat final pour la survie du royaume de Caladon (d'où le titre fort explicite du jeu : "la chute de Caladon"). A ce stade de présentation, il convient de nuancer ces chiffres impressionnants : l'ouvrage final ne fait que 148 pages. Il y a fort à parier que les dits scénarios soient courts et nécessitent d'être étoffés par le MJ. A l'instar des "One Sheets" que propose Pinnacle sur son site.

 

 

III. PREVIEW :


 

Cependant, deux noms font que Caladon Falls mérite de retenir toute notre attention : John Wick et Jason Engle.


Le premier est connu pour ses nombreux travaux sur Légendes des Cinq Anneauxet Les Secrets des Sept Mers. Il est également auteur de quelques ORNI (Objets Rôlistiques Non Identifiés) tels que Cat, Orkworld et récemment, Dirty MJ (publié en français par la Bibliothèque Interdite). John Wick a travaillé Caladon Falls et notamment sur sa preview (dont je vais vous parler un peu plus bas).


Le second est un artiste de Fantasy au "tableau de chasse" impressionnant (Sony Online, WotC, Fantasy Flight Games, AEG, etc.) et au style graphique des plus réussis. Jason est également l'un des deux artistes attitrés du studio Mojo, avec Aaron Acevedo. Or, il semblerait que sur Caladon Falls, il se soit chargé de TOUTES les illustrations du jeu (en couleur, s'il vous plait). Un sérieux gage de qualité.  


 

SMELREIF001CoverS.jpgNos deux compères ont travaillé sur une intrigante preview, diffusée gratuitement, notamment sur rapidejdr.fr : "The travelogue of Tavish Thorne".

 

Ce superbe document de 52 pages, tout en couleurs, est le récit de voyage du dénommé Tavish Thorne, parti à la découverte des divers peuples d'Austeria.


Recueilli par des géants, Tavish retrouve l'anneau de son aïeul, subit des visions de batailles passées, se confronte à des peuples aux moeurs exotiques, rencontre des magiciens, des prophètes, des marchands, visite des bazars, des cités anciennes, assiste à des jeux populaires, à d'étranges cérémonies primitives, assiste à toutes sortes de magies ...

 

Le récit, sympathique, se laisse lire et les nombreux croquis et dessins de Jason Engle viennent rehausser le texte, lui apportant une saveur toute particulière. Si tout Caladon Falls bénéficie d'un tel niveau de présentation, le jeu promet d'être un régal pour les yeux. Reste une grande inconnue : l'univers, dans un marché saturé, celui de l'heroic-fantasy.

 

 

Malgré tout, avec ce nouvel univers (un de plus!), haut en couleurs, épique, fast, fun & furious comme on l'aime,  Savage Worlds continue donc de s'étendre et mine de rien, se pose en alternative sérieuse au D20 System.

Une très bonne nouvelle pour tous les fans du jeu de Shane Hensley.

 

Quant à moi, je vous souhaite...

 

 

... Bons jeux et bonne lecture ! 

Repost 0
2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 16:38

Fans de Savage Worlds et de cyberpunk bien barré, réjouissez-vous ! Interface Zero, un nouveau setting haut en couleurs et ambitieux ne devrait plus tarder à voir le jour.

 

Créé par le studio Gun Metal Games (anciennement Reality Deviant Publications), Interface Zero décrit un univers complet et détaillé, reprenant fidèlement les principaux canons du genre : futur proche (l'action se déroule en 2088), Intelligences Artificielles, pauvreté et violence endémiques, corporations agissant dans l'ombre, technologies aux possibilités illimitées, humanité remise en question, etc.

 

80226.jpgA noter qu'Interface Zero a déjà été développé pour les systèmes True 20 (160 pages, à découvrir ICI) et Modern D20 (120 pages, à utiliser avec le Modern SRD qui, joie et bonheur, est 100% gratuit !).

Savage Worlds sera donc le troisième système de jeu permettant d'arpenter ce nouvel univers dystopique et futuriste, pas si éloigné que cela de notre triste réalité. Cette approche du JDR (multiplier les systèmes de jeu autour d'un seul et même univers) fait actuellement école outre-atlantique. Les fans de D&D 3.0 peuvent par exemple se référer à la série Freeport, de Green Ronin Games, traduite en français par Asmodée et adaptée à pas moins de 5 systèmes "différents" (notez les guillemets, ces systèmes étant en fait D&D, True20, Savage Worlds, Castles & Crusades et récemment Pathfinder RPG).

 

Mieux que de longs discours, voici la présentation du jeu par ses auteurs :

 

63862.jpg"Interface Zero is a game without barriers; a setting where you can be artificially intelligent robots, vat-grown simulacrum, transgenic hybrids or just plain old flesh and blood humans. You can jack into the world around you and program it to suit your needs. You can implant cyberware in your body, interface with machines, fly hover craft, golemmechs, jump bikes and even hover tanks and Low Altitude Vehicles complete with the latest weapons and cutting edge VTOL or anti-gravity propulsion systems.

You can assume the roles of shadow operatives who rage against the corporate machine, private detectives cut from a noir-inspired cloth, fearless, larger than life heroes piloting mecha in a futuristic, transhumanist Japan- even survivors gutting it out in a post-apocalyptic wasteland filled with mutant horrors or AI-spawned mechanical nightmares are viable concepts in Interface Zero. Interface Zero is more than just a game setting, it is a toolbox you can use, adding or dropping whichever elements you wish to create the sci-fi game world that you and your friends want to play in".

   

D'ores et déjà, l'année 2010 a vu la parution d'une version "beta-test" gratuite de soixante-sept pages, qui reprend en intégralité les trois premiers chapitres du futur ouvrage. Une initiative sympathique et qui met l'eau à la bouche. Mauvaise nouvelle, ce livre ne devrait être disponible qu'au format électronique.


Alors, que penser de ce futur jeu ? L'univers semble à priori être assez fourre-tout, mélangeant des idées classiques (par exemple, il y a eu des conflits limités géographiquement, mais avec usage de la force nucléaire), d'autres extravagantes (une bactérie a fait son apparition, qui "mange" le pétrole), d'autres enfin, dans l'air du temps (des clones, les "simulacrum" dans lesquels on peut télécharger sa personnalité que l'on aura "sauvegardé" au préalable).

 

 

Surtout, l'univers donne l'impression d'avoir été conçu pour permettre tous les types d'aventure. 

 

57230.jpgIl y en a pour tous les goûts, apparemment, que l'on soit fan de :

- Appleseed ("fearless, larger than life heroes piloting mecha in a futuristic, transhumanist Japan")

- Blade Runner ("private detectives cut from a noir-inspired cloth")

- Mad Max / Fallout ("survivors gutting it out in a post-apocalyptic wasteland filled with mutant horrors")

- Cyberpunk 2020 / Shadowrun et consorts ("shadow operatives who rage against the corporate machine") ... 

 

Le résultat sera-t-il homogène ? Proposera-t-il de vraies idées, à l'instar d'un Eclipse Phase ou d'un GURPS Transhuman Space ? Ou bien le côté "boîte-à-outils" prédominera-t-il, reléguant ce setting au rang des JDR anecdotiques ?


 

Personnellement, la lecture du "beta-test" m'a laissé une très bonne impression. J'ai notamment beaucoup aimé la nouvelle d'introduction, avec ce narrateur amnésique qui réalise qu'il est en réalité une I.A. consciente et "libre", fuyant à travers le web, puis se créant un corps synthétique dans lequel il se télécharge, pour pouvoir quitter le monde virtuel et arpenter le monde "physique". 


Le reste du livre m'a fait également bonne impression. Quant à l'auteur principal, David Jarvis, il semble sincèrement passionné par le genre Cyberpunk et ses ramifications. Sept autres rédacteurs l'épaulent dans sa tache, sans compter les illustrateurs, correcteurs et play-testers qui, tous, apportent leur pierre à l'édifice. Bref, du travail à l'américaine, solide, efficace et sérieux.


 

Quoi qu'il en soit, les fans de Savage Worlds auront l'opportunité avec ce setting d'aborder un genre inédit pour eux, récemment abordé par l'éditeur Triple Ace Games, avec sa série Daring Tales of the Sprawl. Vivement la sortie du setting complet. Qui sait, avec un peu de chance, le succès sera au rendez-vous et une édition "en dur" pourra alors voir le jour.


Wait and see comme disent nos amis d'outre-manche ! D'ici là, n'hésitez pas à télécharger la version béta (par exemple, sur RPG.now). Bonne lecture et...

 

 


BONS JEUX A TOUS ET A TOUTES !

 

 

 

POUR EN SAVOIR UN PEU PLUS :


Voici la liste de quelques articles disponibles sur le web, consacrés au transhumanisme : 

 

- Un article paru sur le blog philoscience.over-blog ;

à lire : une interview du philosophe et scientifique suédois Nick Bostrom ;

- à visiter, un forum dédié à ce mouvement de pensée ;   


 


 

Repost 0
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 19:37
Rel’s Den ("l’Antre de Rel"), un tout nouveau site web sur la toile, propose cinq settings différents et complets, conçus pour Savage Worlds, le système multi-genre de Pinnacle Games. Un site génial et enthousiasmant pour tous les fans du jeu Fast, Fun & Furious de Shane Hensley. Je vous avais déjà parlé de Guns of Meggido, le setting 100% western, voici un rapide tour d’horizon des autres univers proposés.

Accrochez-vous, c'est parti !

Cthulhu Vice : fait partie de ces JDR iconoclastes qui proposent de revisiter le Mythe des Grands Anciens sous un angle plus original. Avnat lui, il y eut les suppléments Blood Brothers I & II, le surprenant GURPS Cthulhupunk et depuis peu le vivifiant Cthulhutech (Cthulhu + Space Opera + robots géants japonais = 100% décalé et haut-en-couleurs). 
Cthulhu Vice, quant à lui propose de fusionner l’ambiance fashion et hype de la série "Miami Vice" avec le mythe. Joie ! Vos investigateurs vont pouvoir combattre les créatures du Mythe en costume Armani, au volant de rutilantes voitures de sport et dans des décors forcément luxueux ! Plus sérieusement, le cadre de Miami vous offre l’opportunité de mélanger les thèmes du polar (trafics de drogues, règlements de comptes sanglants), du fantastique (rituels vaudous, sacrifices humains, décrépitude des environnements urbains) et du Mythe de Cthulhu (qu’on ne présente plus) dans le cadre dépaysant et exotique de la Floride , ses bayous, ses crocodiles, ses buildings construits à proximité de la mer (les connaisseurs apprécieront)…


Dark Days, darker nights : transpose l’univers de Rippers au XXIe siècle. Son ambition ? Mélanger les ambiances ténébreuses des jeux du World of Darkness avec celles, plus décomplexées et orientées action, de la trilogie "Blade" et de la série télé "Buffy, the vampire slayer".


Savage Slaygoria : mon préféré, totalement déjanté, est défini par l’auteur comme, je cite "un mélange des romans de Robert Howard et Michael Moorcock, roulé et fumé par Iron Maiden".
En clair, il y aura du sang à profusion, du sexe (oui, à profusion, également), de la violence débridée, des barbares maniant des armes gigantesques, des civilisations décadentes, des sorciers sadiques et corrompus, des orgies, du sang, du sexe…
Bref, tout un monde d’aventures sauvages à explorer, de préférence, en brandissant à deux mains une gigantesque épée ! Vous êtes fans de Bloodlust et de Manowar ? Savage Slaygoria va vous ravir ! 


Sector Zero : s’inspire de la série télé "Star Trek" et de ses succédanés (au cinéma, un nom s'impose d'emblée, celui du film "Planète Interdite" - à voir et à revoir séance tenante !).
Explorer l’espace infini, rencontrer d’autres cultures extra-terrestres, promouvoir la paix et l’harmonie entre les peuples et découvrir d’étranges planètes… Tel sera le lot de vos explorateurs ! Un setting qui prendra d’avantage de saveur, combiné avec l’excellent Final Frontier des éditions John Doe.


Guns of Megiddo : l’Arizona. 1870. L’ouest, le vrai ! Sans foi ni loi. Sans zombies ni magie ni monstruosités "cthulhuiennes"… Juste vous, vos Colts et votre fidèle winchester face à tous les outlaws et les desperados de l’Ouest.
Ne soyez pas un pied-tendre : restez vigilants, ne faites confiance à personne et entrainez-vous à dégainer plus vite que votre ombre car, tôt ou tard, la poudre va parler !


Voilà, mes amis. Il ne me reste plus qu'à vous souhaiter...


Bons downloads et bons jeux !
 
Repost 0
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 18:02
Fans de Savage Worlds et de western, réjouissez-vous : Internet nous livre clés en mains un tout nouveau setting, entièrement gratuit et 100% western : Guns of Megiddo !
 
walker-colt-small.jpgMis en ligne sur le site Rel’s Den ("L’antre de Rel", en français) parmi plusieurs autres settings, Guns of Megiddo prend comme cadre la ville imaginaire du même nom, située en Arizona, plus précisément dans la région de Cochise County, aux alentours des années 1870. Inspirée par les villes de Deadwood (la série télé),  Tombstone (où les frères Earp affrontèrent le clan des Clanton et des Mac Laury) et de Dodge City (théâtre de la série TV Gunsmoke) , Megiddo est décrite en détail, avec suffisamment de détails pour être utilisée à plein temps. Elle peut devenir le théâtre des aventures de vos PJ, à l’instar des nombreuses séries télé précitées. Ou bien être incorporée dans votre campagne de Deadlands (bientôt en français). Ou bien servir de point de départ (ou d’inspiration) à votre propre campagne western.
 
 
Joie et bonheur ! Le setting propose plusieurs archétypes à la saveur si particulière pour vos PJ : chasseur de primes, homme de loi, chasseur d’indiens, ivrogne, prêcheur, chercheur d’or, etc. Plus une bonne cinquantaine de PNJ décrits qui peupleront la ville (et vos scénarios !). A vous de les utiliser comme bon vous semble, à les personnaliser selon vos souhaits et à les envoyer dans les pattes de vos joueurs.
 
 
Les "simulationnistes" ne sont pas en reste et Guns of Megiddo leur fournit tout le nécessaire pour pouvoir retranscrire au mieux l’ambiance cinématique des films de Howard Hawks, John Ford ou encore Sergio Leone : nouveaux edges et hindrances, règles pour les gunfights, les duels au revolver, l’ivrognerie, les jeux de hasard, la réputation (page 8 à 10 : une excellente règle, je trouve, très simple et réutilisable facilement dans d’autres settings, moyennant quelques ajustements mineurs).
 
 
Enfin, Le setting, qui fait 24 pages, est écrit au format .doc ! Le jeu est donc entièrement modifiable par les joueurs avec Word. Vous voulez rajouter des PNJ ? Des règles additionnelles ? Des lieux supplémentaires ? Des rumeurs ? Faites-vous plaisir ! Avec Word (ou un autre logiciel de traitement de texte, pourvu qu’il soit compatible), vous allez pouvoir incorporer vos propres créations directement dans le texte du jeu. Idéal, non ?


western_1280_1024.jpg 
 
 
Alors, évidemment, le setting est en anglais (mais d’un niveau très abordable), la description de la ville reste trop courte, le supplément ne fait que 24 pages, mais je répondrai "tant mieux" !
Tout d’abord, parce que cela laisse le champ libre au MJ pour pouvoir insérer ses propres créations et faire de Megiddo "sa" ville, sans se soucier du respect ou non de l’univers.
Ensuite, parce que ce n’est pas en soi un problème tant il existe de livres et BD consacrées au western. Gurps Western, traduit en français par Siroz, vient en premier à l’esprit, mais il existe quantité d’autres ouvrages décrivant l’ouest américain, la conquête de l’ouest, les armes de l’époque, les us et coutumes, les grands événements, sans oublier le genre Western : ses codes, ses figures légendaires, ses thèmes, ses classiques, ses chefs-d’œuvre méconnus ou injustement tombés dans l’oubli, etc.
 
Enfin, parce que rien ne vous interdit de transposer les règles et les personnages dans un autre cadre, comme le Wyoming, les montagnes rocheuses ou… Le Colorado !
 
Alors, n’attendez plus : sellez votre monture, armez vos six-coups et prenez également votre Winchester (au cas où…), car l’Ouest sauvage, le seul, le vrai, vous attend !
 
 
Bons downloads et bons jeux à tous et à toutes !
Repost 0
8 janvier 2010 5 08 /01 /janvier /2010 20:40
La nouvelle m'est tombée dessus sans crier gare, aujourd'hui, propagée de bouche à oreille sur le net, plus rapide qu'un feu de prairie : les stakhanovistes fous des éditions Black Book s'apprêtent à traduire en français Deadlands, dans une toute nouvelle édition, qui prendrait le relais de la première édition française, traduite par les bons soins de Multisim. Une nouvelle énorme, que l'on peut lire sur le site web de l'éditeur lyonnais !


DL 01 Intro tot 1


Avec ce choix, BBE fait d'une pierre deux coups

Tout d'abord, parce que
Deadlands est LE jeu emblématique de Pinnacle. Celui qui lui apporta le succès et la gloire. Celui qui, encore aujourd'hui reste l'étendard de la société américaine. Deadlands fut d'ailleurs le seul jeu de Pinnacle à être traduit en langue française, avec plus d'une douzaine de suppléments publiés par Multisim ! La nouvelle d'une seconde édition française ne peut donc que mettre du beaume au coeur de tous les fans francophones de ce jeu complétement fou qui mélange allégrement steampunk, western spaghetti et horreurs lovecraftiennes !

Ensuite, parce qu'avec cette nouvelle édition de
Deadlands, Savage Worlds connaîtrait (enfin !) une traduction officielle et intégrale en français, au bout de six années d'existence. 
Deadlands.jpg
En effet,
Savage Worlds est dérivé du wargame avec figurines Great Rail Wars, (aujourd'hui diffusé uniquement en pdf)qui se déroule dans l'univers de Deadlands. C'est un ensemble de règles plus souple, plus simple et plus rapide que le Deadlands original. Les puristes font d'ailleurs la différence entre :
- le
Deadlands "classique" ;
- la version D20 (honnie par de nombreux fans)
- et la version "Reloaded" qui utilise le moteur
Savage Worlds. C'est cette dernière version qui bénéficierait des bons soins de BBE. Et donc, c'est une formidable nouvelle pour tous les fans (dont je suis) du jeu FFF ("Fast, Fun and Furious") de Shane Hensley.


L'annonce d'une campagne inédite 100% française achève de mettre l'eau à la bouche. Deux éléments de l'annonce officielle soulèvent néanmoins des interrogations :

- tout d'abord, BBE voudrait jeter un pont entre la version "Classic" et la version "Reloaded". C'est normal et justifié vis à vis des fans français qui avaient acquis les livres traduits par Multisim. Mais à quoi va donc bien ressembler le produit final ???

- Ensuite, le choix de BBE semble s'orienter, à priori, sur l'édition d'un seul livre de règes. les règles de
Savage Worlds seraient donc incluses dans le livre de base de ce "Deadlands 2 VF". 

 
Ainsi, elles ne seraient pas proposées "à part", en tant que système de règles générique et universel. 

Si cette hypothèse devait se vérifier, eh bien, ce serait un tout petit peu dommage quand même car Savage Worlds mérite bien un livre entier à lui tout seul. C'est du moins mon humble avis.

D'autant plus qu'en fusionnant en un seul livre les règles de base + le fantasy companion + les règles de setting de Wiggy (cyberpunk, pulp années 30,  space pulp, etc... Disponibles sur le site de Triple Ace Games) + les règles de settings disséminés dans les divers suppléments déjà parus, on aurait vraiment droit à "LA" Bible savage Worlds.


Mais à ce stade, inutile de tirer des plans sur la comète. D'ailleurs, vous aurez surement notés vous-mêmes l'usage intensif du conditionnel. L'annonce de BBE précise bien que les playtests vont commencer prochainement. Donc, à ce jour, rien n'est fixé. Rien n'est définitif. Et le meilleur est à venir. 


En tout cas, BBE me laisse pantois. Où trouvent-ils toute cette énergie ?

Sur ce, je vous laisse et vous souhaite...


... Bons jeux ! 
 
Repost 0
22 novembre 2009 7 22 /11 /novembre /2009 22:00
"Ces ténèbres ne peuvent durer éternellement.
Une nouvelle aube se lève...
Une aube de légendes
".

- Introduction de Dawn of Legends


Fans des super-héros DC et Marvel, de leurs aventures incroyables et de leurs exploits hauts en couleur, Dawn of Legends a tout pour vous interpeller :
- des règles qui se veulent complètes et fidèles à l'esprit des comic-books ;
- un univers décrit en détail, notamment la ville d'Autumn Harbor, décrite avec son organisation, ses PNJ, ses factions et ses multiples intrigues ;
- enfin, une approche qui se veut plus "réaliste", avec de multiples considérations sur les rapports qu'entretiennent les "Neos" (c'est-à-dire les super-héros -et vilains !- du jeu) avec la Société, les lois, les médias, et les diverses puissances mondiales.

Basé sur le moteur de règles FFF ("Fast, Fun & Furious") de Savage Worlds, (à découvrir en téléchargeant le kit de démo en français), Dawn of Legends (DoL, en abégé) est le concurrent direct de Necessary Evil, "l'autre" JDR de super-héros pour Savage Worlds publié par les studios Pinnacle.

Ambitieux ?
DoL l'est assurément. Il se veut notamment plus complet que Necessary Evil. Plus riche. Plus détaillé. Plus profond. Bref, il entend bien surclasser le jeu de Pinnacle et se hisser au niveau des meilleures productions du genre, que sont Mutants & Masterminds et Champions ! Belle ambition ! Et prometteuse pour tous les rôlistes fans de super héros, toujours à l'affut d'un nouveau JDR/RPG sur leur thème favori.

Voyons de quoi il en retourne...


A. UNE HISTOIRE MOUVEMENTEE : 


Tout d'abord, Dawn of Legends est définitivement un JDR qui revient de loin ! En effet, il faillit connaître une fin prématurée, quelques semaines à peine après sa publication en pdf ! A la surprise générale, courant août, son éditeur, Daring Entertainment, annonçait sa fermeture "définitive", sans plus d'explications, laissant les fans du jeu sur le carreau. 

Pourtant, DoL commençait sa carrière en fanfare. Premier des ventes sur RPGnow, le jeu était  précédé, bien avant sa sortie, d'une impressionnante armada d'aides de jeu gratuites : feuille de perso, extraits de background, écran du MJ, règles optionnelles, nouvelles tirées de l'univers du jeu, scénarios, "Adventure deck", etc... Mieux encore : une campagne de 12 épisodes, intitulée "Neo Dawn", fut diffusée gratuitement sur le site de l'éditeur ! 

Brutalement, du jour au lendemain, toutes ces aides de jeu se volatilisèrent. Le site devint vide de contenu, sans plus d'explications. La situation perdura ainsi jusqu'en septembre, avec la réouverture surprise du site, alors que les fans croyaient DoL mort et enterré. "Perdu pour la cause". Finalement, non. Daring Entertainment renaissait de ses cendres.


Alors ? Que s'était-il passé ? "Simple" coup de pub ? Banqueroute financière ? Problème de copyright ? Litige entre la toute jeune maison d'édition et ses créatifs (dessinateurs, auteurs, etc.) ? Rien de tout cela, en fait.
Avec une franchise assez étonnante, Lee Szczepanik, le fondateur/auteur principal de cette toute jeune société expliquait avoir connu une sévère dépression et envisagé de tout laisser tomber avant de finalement surmonter ses appréhensions  (un récit que l'on peut lire dans
la FAQ mise en ligne fin septembre).


B. CE QUI NE TUE PAS REND PLUS FORT (Nietzsche)


Dawn of Legends put donc reprendre son essor pour (enfin !) être imprimé puis distribué dans les boutiques et sur internet, jusque dans nos contrées. Car, oui, DoL est enfin disponible chez nous, sous la forme d'un livre à couverture souple, de 280 pages pour une trentaine d'euros. Chouette, non ?  Certes, il n'est pas traduit en français mais ce détail ne gênera nullement les fans français de super-héros, habitués qu'ils sont à lire leurs séries préférées dans la langue de Stan Lee.



Tout naturellement, ce sont les Etats-Unis d'Amérique, patrie des X-Men et des Quatre Fantastiques, de Batman, Superman et consorts, qui lui firent le meilleur accueil.

Dawn of Legends vient notamment à point nommé pour combler les lacunes du crépusculaire Necessary Evil. Ce dernier dépeignait un monde dont les super-héros avaient été anéanti par de vils envahisseurs extraterrestres. Seuls avaient survécu les super-vilains traditionnels qui se retrouvaient malgré eux dans le rôle de défenseurs de la planète (non par altruisme. Ils sont pourchassés et tués à vue par les nouveaux maîtres de la Terre). Un concept des plus originaux, mais qui défaussait par conséquent nombre de thématiques habituelles des comics mainstream. C'est à ce problème que remédie Dawn of Legends.


A cette fin, le jeu propose une quantité assez conséquente de règles optionnelles, afin de gérer les sujets suivants :
- comment gérer le statut/la réputation d'un super-héros ? Sa célébrité ? Ou inversement (dans le cas d'un super-vilain) son infamie ?
- Comment gérer son identité secrète ? Son alter-ego civil ? Sa richesse ? Ses relations au quotidien (sentimentales, professionnelles, amoureuses) ? 
- Comment créer une équipe de super-héros ? Selon quelles règles ?
- Comment créer une/des base(s) secrète(s) ?
- Comment simuler tous les "effets spéciaux" des comics (ennemis projetés dans les airs ; armes improvisées ; second souffle ; etc).

Le jeu propose également une impressionnante batterie de pouvoirs (plus de 100), des règles optionnelles pour les personnaliser, des nouveaux "edges" et "hindrances", des usages inédits pour les bennies (équivalent des points de chance qu'on peut trouver dans d'autres JDR).




A ce stade, je n'émettrai qu'un seul bémol, concernant la qualité générale des illustrations, assez moyenne, voire médiocre. Comparé au somptueux Mutants & Masterminds, par exemple, DoL accuse mal le coup et fait trop "amateur". Pour ma part, je lui préfère la présentation tout en couleurs de Necessary Evil, plus attrayante à mon goût. Mais ce n'est pas à sa couverture que l'on juge un livre, dit le dicton. Ne nous arrêtons donc pas à ces considérations esthétiques. Poursuivons dans la découverte de l'univers.

Car Dawn of Legends présente en détail son univers maison, sur plus de 170 pages ! Pèle-mêle, on y découvre ses organisations secrètes. Ses super-héros. Ses infâmes super-vilains qui menacent la paix mondiale. Ses forces occultes... Au total, une centaine de PNJ décrits avec biographie, statistiques et méthodes.  

Du classique, du solide, avec des références multiples aux personnages des comics "mainstream" (soit : DC et Marvel). Ce jeu de dupes est une constante des univers super-héroïques développés dans l'ombre de ces deux géants éditoriaux. Il tient à la fois de l'hommage et de la parodie et se retrouve aussi bien dans les comics (comme "Astro City" ou "Invincible") que dans les Jeux de Rôle.

Ici, la "Daring Dynasty" est une famille super-héroïque inspirée des Quatre Fantastiques. Les "Sentinels of Society" sont une organisation super-héroïque sur le modèle de la "Justice League" (DC) et des "Vengeurs" (Marvel). "Stelleron" évoque Superman et Vanguardian, Iron Man. Etcetera. Fort heureusement, chaque personnage est suffisamment développé pour dépasser le statut de pâle copie et les auteurs se sont attachés à leur conférer suffisamment d'épaisseur et d'originalité pour qu'ils puissent se distinguer de leurs illustres modèles.   


C. UN NOUVEAU DEPART ?
 

Dawn of Legends est un tout jeune JDR, qui n'a même pas une année d'existence. Or, voilà qu'aujourd'hui, Daring Entertainment, annonce sur son blog officiel (Daring Visions) la mise en chantier d'une deuxième édition !

Celle-ci, subdivisée en deux ouvrages, réviserait et corrigerait tous les points jugés litigieux ou insatisfaisants par les joueurs, via les remontées faites par mail et sur les forums. Un simple errata n'aurait-il pas suffi ?     

Voici de quoi il retourne
 : 
 
- Tout d'abord, "Daring Supers" regroupera toutes les règles spécifiques au genre super-héroïque. Le livre proposera un nouveau système d'invention, de nouvelles règles pour gérer les dégâts et un rééquilibrage des pouvoirs tout en conservant l'aspect FFF des règles initiales. "Daring Supers" contiendra également une section dédiée au MJ avec des conseils de maîtrise, des exemples de véhicules, armes et inventions diverses et enfin, 50 nouveaux PNJ à utiliser face à vos joueurs.

- Ensuite, "Dawn of Legends 2nd Edition", ne contiendra quand à lui que du
background ! Les biographies des PNJ de la première édition seront révisées et augmentées, de même que la description d'Autumn Harbor. De nouveaux lieux, gangs et organisations seront présentés. Le système judiciaire sera plus détaillé également (une inspiration tirée du crossover "Civil War" peut-être ?). Egalement, le MJ aura droit à la description des races extra-terrestres qui peuplent l'univers et à une visite des différentes dimensions parallèles connues à ce jour. Enfin, quatre scénarios viendront clôturer l'ouvrage.
 
- Enfin, troisième étape de cet ambitieux programme, Daring Entertainment prévoit de publier des "Daring Comics", c'est-à-dire des recueils de scénarios qui, joués à la suite les uns des autres, formeront une gigantesque campagne divisée en 52 "chapitres", soit quatre séries distinctes de 13 scénarios (4x13 = 52 scénarios !).  Oui. Vous avez bien compté avec moi, cela représente un scénario par semaine ! Au menu : l'évasion de plusieurs super-vilains retenus dans une prison-forteresse high-tech ; l'opposition armée de rebelles "Neos" aux tentatives de "contrôle" du gouvernement américain (inspi : les X-men ?) ; l'attaque d'aliens belliqueux et "génocidaires" voulant raser la planète de toute forme de vie ; des néo-nazis énervés (ça, c'est pour les fans de Hellboy ) ; une guerre civile qui embrase le globe... Bref, beaucoup d'action au programme, surtout avec les douzaines de super-vilains psychopathes et aspirants maîtres du monde qui vont, tous, vouloir mettre en oeuvre leurs plans machiavéliques pour s'emparer du globe !  Enorme ? Plutôt, oui.
 



Les auteurs souhaitaient revendiquer comme double influence la série des "Astro city
" et les DC Comics "classiques" (Superman, Green Lantern, la Justice League), mais le résumé que je viens de vous faire de la campagne en cours de préparation m'a plutôt fait penser aux comics violents et énervés de Garth Ennis et surtout Warren Ellis (Planetary, Wildstorm, The Authority). Si les auteurs tiennent la moitié de leurs promesse, le grand spectacle est assuré pour vos joueurs qui ne vont pas en croire leurs oreilles !


CONCLUSION : WHAT ELSE ?


Daring Entertainment promet de ne pas oublier les acquéreurs de la première édition. Une offre promotionnelle leur serait faite pour acheter les ouvrages de la seconde édition à un prix préférentiel.

Il ne nous reste plus qu'à attendre la sortie des ouvrages en question pour pouvoir juger sur pièces. D'ici là, si vous êtes des fans inconditionnels de super-héros ET de Savage Worlds, et si Necessary Evil n'a pas su répondre à vos attentes, vous pouvez d'ores et déjà jeter un oeil sur Dawn of Legends. Qui sait ? C'est là peut-être votre saint-Graal qui vous attend !


Bonne lecture et bons jeux !
 
 
 
Repost 0
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 18:29
Chouette ! Savage Worlds se met (enfin !) officiellement au cyberpunk avec une toute nouvelle série de scénarios diffusée par les prolifiques Triple Ace Games : "Daring Tales of the Sprawl (DTotS)". Hélas cantonnée exclusivement au format pdf, "DtotS" vient néanmoins remplir un vide assez incompréhensible.

En effet, depuis sa naissance en 2003,
Savage Worlds n'avait généré aucun setting officiel qui s'inscrive dans cette mouvance SF si populaire. En vérité, à ce jour, la SF/Anticipation est LE parent pauvre du jeu. Plusieurs settings médiévaux-fantastiques ont fait leur apparition : Sundered Skies, Shaintar, Winterweir, Hellfrost, etc. De même qu'un nombre respectable d'uchronies, toutes teintées d'horreur : Deadlands, Weird War II et Tour of Darkness, Rippers, Solomon Kane... 
    
Mais point de futur proche et dystopique à l'horizon !  A part peut-être l'univers militariste et apocalyptique de
Necropolis 2350 ? Et encore... C'est dire si l'arrivée de "Daring Tales of the Sprawl" vient à point nommé ! Petit tour d'horizon ci-après.

 


A. LES P'TITS CADEAUX DE T.A.G.


Afin d'accompagner le lancement de cette gamme comme il se doit, TAG a mis tout récemment sur son site plusieurs "goodies" gratuits destinés aux joueurs.


Tout d'abord, les "
Cyberpunk Rules". Quinze petites pages qui reprennent les règles "pulp" conçues initialement pour une autre série ("Daring Tales of Adventure"), et proposent aussi tout le nécessaire pour donner l'indispensable touche "cyber" à vos scénarios :
- comment gérer ses contacts (indics, recruteurs, balances, etc.) ;
- comment gérer le "cyberware" ;
- comment gérer le hacking informatique (pirater un ordinateur, un système de sécurité... Une personne!), le danger des ICE (Intrusion Countermeasure Electronic) ; 
- comment se connecter à un véhicule ou bien piloter à distance des drones...
- Enfin, une courte liste de véhicules et d'armes futuristes vient compléter ce rapide tour d'horizon.

Clairement, les 
"Cyberpunk Rules" sont loin de faire le tour du sujet. D'ailleurs, comment le pourraient-elles en si peu de pages ? Néanmoins, elles fournissent le strict minimum qui, jusqu'à présent, manquait dans les règles officielles (en écrivant cela, j'exclus volontairement le SF Gear toolkit de Pinnacle, disponible exclusivement en pdf et dont je ne connais pas le contenu).

En attendant la parution d'un hypothétique supplément dédié au genre dans
la série des "Companions", elles sont en tout cas les bienvenues !


Pour accompagner ces 
"Cyberpunk Rules", TAG fournit la feuille de personnage attitrée (pas exceptionnelle, si vous voulez mon avis) et nous propose quatre personnages prétirés : 
- Cutter, un hacker imprudent, miné par son insatiable curiosité ;
- Hammer, un samouraï des rues, hanté par son enfance dans les quartiers pauvres de la ville ;
- Jet, un pilote de drones, marqué par de longues années de maladie ;
- et enfin Silver, un autre street samouraï, que ses principes rigides ont poussé à se rebeller contre son ancienne corporation. 

Les backgrounds de ces quatre PJ manque quelque peu de saveur, mais des joueurs inspirés sauront en tirer le meilleur. Petite cerise sur le gâteau : la progression des personnages est d'ores et déjà calculée. Il vous suffira de quelques clics sur un bouton pour faire monter ou descendre le personnage de niveau, puis imprimer la feuille pour vous lancer enfin dans l'aventure. Cool, non ?

A la lecture de cet ensemble, on ressent l'influence conjointe des deux grands anciens que sont
Cyberpunk 2020 et Shadowrun (les premières éditions). Il s'agit donc ici de cyberpunk old school et non de transhumanité. L'ensemble reste agréable et donnerait volontiers envie de jouer. Hélas, pas de "One Sheet" à l'horizon, ces mini-scénarios gratuits, tenant sur une feuille recto-verso (d'où leur nom). Pas d'univers décrit. Pas de background type. Aux MJ de faire appel à leur imagination... Ou bien de se tourner vers les livrets pdf édités par TAG !
Le premier d'entre eux, "Family Affairs & Extraction 101" contient deux courts scénarios, sur une trentaine de pages (le format standard des "modules" de TAG, conçus sur le modèle des antiques scénarios de TSR) jouables chacun en quatre heures environ, pour 7,50 $. Mouais...

Fort heureusement, Internet vient tant bien que mal à notre secours.



B. LES AUTRES CONVERSIONS CYBERPUNK :  


Après des heures de recherches sur le net, le moins que l'on puisse dire, c'est que la récolte est maigre. Etonnant paradoxe :le genre cyberpunk est pourtant l'un des plus prolifiques du Jeu de Rôles. Il lui donna quelques uns de ses meilleurs jeux et continue encore aujourd'hui d'inspirer les créateurs, tout en opérant sa mue. En effet, aujourd'hui, on ne parle plus de "cyberpunk" (un terme frappé d'obsolescence en ces temps modernes de connexion Wi-Fi et de portables multimédias) mais de "transhumanité". Un nouveau terme, initialement employé par Steve Jackson Games pour son GURPS Transhuman Space, un JDR pionnier, aux idées brillantes et novatrices (plus d'informations ICI). Depuis, les thématiques de la transhumanité ont été reprises par d'autres jeux, dont le monumental Eclipse Phase, nouveau mètre-étalon du genre. 400 pages tout en couleurs, distribué sur la toile gratuitement (vous voulez en savoir plus ? CLIQUEZ ICI).

Ne nous y trompons pas ! La transhumanité est tout à la fois le futur et le renouveau du genre cyberpunk et nul doute que d'autres jeux suivront sur le même thème. Dans cette "course" à l'exploration de nos possibles futurs, Savage Worlds se retrouve définitivement "largué", complètement en retrait, tourné comme il l'est vers les univers passés, imaginaires ou non, plus ou moins dosés en pulp.

Du coup, sur les forums rôlistes, certains s'interrogent : peut-on véritablement jouer à tout avec Savage Worlds ? Ou bien le jeu n'est-il pas limité à des univers "archaïques" ?
Fort heureusement, certains fans ont entrepris de retrousser leurs manches et de partir défricher cet espace vierge, travaillant sur leurs propres idées de règles et sur leurs propres conversions.



Voici un rapide tour d'horizon de ce que l'on peut trouver dans le genre Cyberpunk pour le jeu FFF de SHane Hensley. Prêts ? Downloadez, go !


-
Savaged Cybertek, par Wiliam Littlefield. Six pages de règles optionnelles fort intéressantes sur la cyber-psychose (perte d'humanité due aux implants cybernétiques), le coût monétaire des implants, l'impact physiologique que peuvent avoir les greffes, les défauts de fonctionnement, ainsi que plusieurs exemples de prothèses pour les bras, jambes, yeux, etc. Du très bon boulot, inspiré et dûment play-testé.
Lien : http://www.savageheroes.com/conversions/Savaged%20Cybertek.pdf


-
Savaged Cyberpunk 2020, en 14 pages, apporte son lot d'idées intéressantes : comment gérer la réputation des PJ ? La consommation de drogues ? La fabrication de drogues (immoral ? Ben oui, on est dans un univers cyber-PUNK. No future !) ? La navigation dans la Matrice ? Ajoutez à cela quelques tables pour convertir le matériel de Cyberpunk 2020 à SaWo et vous aurez là un supplément, certes amateur, mais qui mérite néanmoins le coup d'oeil.

Seul bémol : l'auteur se repose lourdement sur le livre de base de Cyberpunk 2020. Un choix qui reste somme toute compréhensible. Après tout, le but d'une conversion n'est pas de faire perdre de l'argent à l'éditeur (ici, R. Talsorian Games) mais bien d'amener les joueurs à découvrir les jeux adaptés... Des jeux dont on est fan (la question, en revanche, ne devrait plus se poser pour des jeux épuisés, n'est-ce pas ?).
Lien : http://www.savageheroes.com/conversions/Savage%20Cyberpunk%202020.doc 


- Savagepedia, le wiki consacré à SaWo propose lui aussi une page dédiée à la conversion de
Cyberpunk 2020 (décidèment !).
Voici le lien : 
http://savagepedia.wikispaces.com/Savagepunk+2020

En revanche, il vous faudra farfouiller un peu dedans, surtout si, comme moi, vous n'êtes pas familiarisé avec le Wiki. S'inscrire au site (gratuit et hyper-rapide) est un plus indéniable. 

Savagepedia  propose aussi des règles-maison consacrées à la cybernétique : 
http://savagepedia.wikispaces.com/Savage+Worlds+House+Rules#toc19
http://savagepedia.wikispaces.com/Savage+Worlds+House+Rules#toc21

Toujours sur Savagepedia, vous pourrez aussi trouver des règles pour gérer les dégâts sur les armures, les grenades à fusion, incendiaires, à plasma, des nouveaux "
professionnal Edges" comme Doctor, Surgeon, Hacker, Haggler, Traceur (Oui, "traceur" ! Vous voulez faire du Parkour durant vos parties de JDR ? Eh bien, cette classe de perso est faite pour vous !). 
 

- En revanche, je n'ai toujours pas réussi à trouver la conversion du méconnu
Kromosome de TSR, un petit JDR sans prétention, issu de la gamme Amazing Engine, mais très bien ficelé côté background. A vrai dire, il y aurait beaucoup à dire sur cette gamme de JDR tombée dans l'oubli et dont bon nombre de jeux furent véritablement des jeux précurseurs.
Ainsi en est-il de Kromosome, "transhumain" avant l'heure et proposant des idées ô combien excitantes, incitant les MJ à brouiller les frontières entre organique et technologique, entre l'homme et la machine, le tout sur un arrière-fond apocalyptique de catastrophe écologique mondiale et de pandémies à répétition (d'où la généralisation de la nanotechnologie et de la manipulation génétique pour pouvoir enrayer les virus en circulation).
Un univers que j'avais adoré lire et que j'aimerais vraiment retrouver, en version
SaWo. Amis lecteurs, si l'un de vous met la main sur cette conversion, je lui en serais très reconnaissant.

Est-ce tout, alors ?  A priori, oui. Pour l'instant. Triple Ace Games défriche un genre pour l'heure encore vierge. Il ne nous reste plus à espérer que d'autres éditeurs lui emboîtent le pas et nous proposent à leur tour leur version d'un futur pas si lointain. 

D'ici là, il ne nous reste plus qu'à mettre la main à la pâte. Amis MJ, je vous souhaite bons downloads, bonne lecture...


Et bons jeux !
 





 
 
Repost 0
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 20:47
Hop ! Peut-être l'article le plus court paru sur Dices : Cheyenne, artiste et illustrateur de Pinnacle a mis en ligne sur son site les feuilles de perso qu'il a réalisé pour de nombreux univers officiels de Savage Worlds. Mais notre homme aime tellement ce qu'il fait qu'il n'a pas pus s'empêcher d'imaginer/réaliser des feuilles de perso pour des conversions non-officielles à Savage Worlds. Vous pourrez donc découvrir des feuilles pour jouer à Savage Worlds dans l'univers de Star Wars, de Firefly ou encore de Warhammer (j'imagine déjà les cris d'effroi des puristes ! ). En tout cas, le résultat est vraiment sympa et mérite largement le coup d'oeil. Vous pouvez visiter le site de Cheyenne en cliquant sur le lien ci-après : http://savagesheets.blogspot.com/


(ci-dessus, ma feuille de perso préférée pour Savage Worlds. Vous pouvez la télécharger en CLIQUANT ICI. Je lui trouve toutes les qualités : pratique, archi-complète, avec tous les détails de règle pour les joueurs, imprimés dessus. Aaaah... Si suelement une version française pouvait voir le jour).


Personnellement, j'ai repéré une feuille très intrigante pour un setting en cours de préparation : Empire of Bone. L'humour noir sous-jacent me laisse espérer le meilleur. Par exemple, pour le barême des points de vie, le niveau "Inc." (= Inconscient, KO) est remplacé par un "I'm just going to lie down a bit" ("je vais simplement m'allonger un peu") du meilleur effet ! Et puis, le personnage dispose de "Wicked Weapons" ("armes vicieuses"), de "Skills of suspicious note" ("compétences d'un goût douteux", si je traduis bien) et de "Minions, lackeys and hunchbacks" (littéralement : "serviteurs, laquais et bossus"). Bref, je devine, mais peut-être suis-je en train de me fourvoyer, un univers à la fois macabre et plein d'humour, à la Tim Burton.

Empire of Bone... "Empire d'ossements"... Tout un programme, non ?

Je vous laisse jeter un oeil par vous-même en CLIQUANT ICI

Bonne visite.

Bons jeux !
 
Repost 0
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 06:50

Après la réédition de Necessary Evil, après la résurrection de Dawn of Legends, et en attendant le "Superpowers companion" qui reprendra et complétera toutes les règles spécifiques de Necessary Evil, une nouvelle étape dans la course à la puissance est en passe d’être franchie avec la sortie prochaine du Jeu de Rôle Suzerain, pour Savage Worlds.

Suzerain est un JDR indépendant, édité par les studios Talisman, à qui l’on doit déjà l’excellent Shaintar. Les thèmes de Suzerain ? L’exploration du Multivers, si cher à Michael Moorcock. L’accession à la divinité. Les conflits et dangers, d'ampleur cosmique, à affronter. A terme : l’édification par les PJ de leur propre panthéon. Rien de moins !


Les joueurs incarnent donc des personnages dont les actions et la puissance croissante leur valent d’être "remarqués" par l’Univers (conscient ?) ou bien par ses "gardiens" (dans l’esprit de la Balance Cosmique, par exemple). Au MJ de décider.


A partir de là, Suzerain propose divers mécanismes et concepts propres à simuler le passage des personnages à un statut semi-divin, leur possibilité à se déplacer à travers le temps, l’espace et les dimensions, et les défis forcément incroyables, qu’ils devront relever. Pour cela, ils pourront accéder à un nouveau statut ("Demi-god"), supérieur à "Legendary" et atteignable à partir de 120 points d’expérience. Ils bénéficieront également (bien entendu) de nouveaux edges et hindrances à la mesure de leur puissance.


Le jeu ayant une vocation multiverselle, les auteurs encouragent vivement les maîtres du jeu à s'inventer leurs propres univers, à jouer avec l'histoire, à faire voyager leurs joueurs à travers le temps, l'espace et les dimensions, à l'instar de comic-books modernes comme Planetary ou The Autority (tous deux traduits en français par Panini Comics), et d'autres encore, qui s'adressent à un public plus "adulte" et bousculent allégrement les conventions du genre. 


La Terre est donc loin d'être le seul "terrain de jeu" disponible (contrairement à Scion, par exemple, que traduit actuellement la Bibliothèque Interdite) et toutes les possibilités sont offertes aux joueurs.

Par exemple, si l'on prend la version Savage Worlds du jeu, ce sont déjà plus de vingt univers officiels qui sont d'ores et déjà créés (quelques-uns au hasard : NecropolisHellfrostRippersNecessary Evil,Shaintar, etc...) et qui n'attendent plus que vous pour y vivre d'extravagantes aventures.



En un sens, on peut considérer Savage Suzerain comme le Planescape de Savage Worlds : un univers de jeu aux possibilités infinies en soi, mais qui fait également le lien entre tous les autres existants, qui fait office de "passerelle" entre les univers.  


A ce jour, Talisman Studios propose d'ores et déjà deux univers prêts-à-jouer situés dans le multivers de Suzerain : Relic et Untamed Empires. D'autres sont en cours de développement et devraient sortir incessamment sous peu.


Enfin, dernière bonne nouvelle : les deux versions du manuel des joueurs (Savage Worlds, et Mojo Rules!, le système maison, qui utilise un jeu de 52 cartes) sont actuellement proposées en pdf gratuitement. Il vous est donc tout à fait possible de les récupérer pour ensuite les tester "live" avec votre groupe favori. Sans - débourser - un - sou. C'est-y pas beau, la vie, des fois ?

 


Enfin, pour conclure, on notera simplement que la version Savage Worlds du jeu est une béta, c'est-à-dire une version encore en cours de développement. Dans cette optique, les auteurs se disent clairement ouverts à tout retour, critique, suggestion et/ou commentaire que les joueurs voudront bien leur soumettre. Une idée bien sympathique, que l'on doit notamment à Pathfinder RPG et qui semble inspirer les créateurs outre-atlantique.

C'est là en tout cas une approche de la création rôlistique des plus intéressantes. Une approche que l'on aimerait bien voir se généraliser, si possible des deux côtés de l'atlantique.
Sur ce... 

 

Amis rôlistes, je vous souhaite bons downloads, bonne lecture et bons jeux !


P
our en savoir plus :


Je vous invite à visiter les deux sites incontournables sur le sujet  :
- tout d'abord, le site officiel des studios Talisman ;
- ensuite,
le Wiki dédié à Savage Suzerain où vous pourrez trouver des exemples de pouvoirs ("porteur de mauvais présages", "sens ma souffrance !"), "edges" ("patronnage divin") et "hindrances" ("fanatique") spécifiques à ce setting "multiversel" et épique à souhait. Bref, de quoi vous tenter pour franchir le pas. Et pourquoi pas après tout ? Je vous l'ai dit, je vous le répète, Savage Suzerain est gratuit en ce moment ! Alors, profitez-en !


Bons downloads et bons jeux !
 

Repost 0

Présentation

  • : dices everywhere, des dés, du fun, des jeux
  • dices everywhere, des dés, du fun, des jeux
  • : blog dédié aux JEUX DE RÔLE "OLD SCHOOL" et plus récents : AD&D 1st ed., 0D&D, Labyrinth Lord, Swords & Wizardry, OSRIC, Savage Worlds
  • Contact

Who Made Who

  • Olivier
  • Passionné de JDR depuis bientôt 30 ans et fan de : mangas, comics, fantasy, SF, fantastique, épouvante, Heavy-Metal, Vikings, Hal Foster, HR Giger, Druillet, R.E. Howard, Lovecraft et bien d'autres choses encore !!!
  • Passionné de JDR depuis bientôt 30 ans et fan de : mangas, comics, fantasy, SF, fantastique, épouvante, Heavy-Metal, Vikings, Hal Foster, HR Giger, Druillet, R.E. Howard, Lovecraft et bien d'autres choses encore !!!

Recherche

Je soutiens...

    brstrip

 

Liberté d'expression sur le net