Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
dices everywhere, des dés, du fun, des jeux

blog dédié aux JEUX DE RÔLE "OLD SCHOOL" et plus récents : AD&D 1st ed., 0D&D, Labyrinth Lord, Swords & Wizardry, OSRIC, Savage Worlds

The Expendables

Publié le 17 Juillet 2010 par olivier rousselin in 18. INSPIRATIONS

Il arrive cet été, sur nos écrans de cinéma (et non sur "un putain de serveur", comme le clame fièrement la bande annonce faite par un fan) et il va faire mal. Très mal.

 

trailer-the-expendables-sylvester-stallone-L-1.jpeg

 

"Il" ? C'est "the expendables", la dernière réalisation de Sylvester Stallone et sans aucun doute, l'un des plus gros buzz du cinéma US cette année : un casting hallucinant (habituellement, les films qui réunissent autant de stars sont ceux de Robert Altman ou de Woody Allen. C'est dire !), des scènes d'action qui promettent d'être renversantes, de la testostérone à gogo, de l'humour, de la frime, des salopards, de la violence, des trognes patibulaires, des explosions "énoOormes", des gros flingues, un hommage appuyé aux films d'actions des années 80 et peut-être même, la réhabilitation d'un sous-genre bien particulier du cinéma bis, tombé en désuétude : le film de commandos (en vo : les "guys-on-a-mission movies"). 

 

 


"The expendables" promet d'être tout ça à la fois. Et donc, pour le geek presque-quarantenaire-nostalgique que je suis, ce sera LE film de l'été à ne surtout pas manquer.

The-Expendables.jpgEh oui ! Que voulez-vous ? Les films d'action des années 80 me manquent. Leurs gunfights bourrins. Leur morale simpliste. Leurs héros bodybuildés. Leurs méchants sadiques patibulaires que les héros bodybuildés cités précédemment se faisaient un plaisir de casser en plusieurs petits morceaux à grands coups de poings/de pieds/de couteau/de machette/de fusils à pompe/de cabines téléphoniques (rayez la mention inutile) dans la gueule... Bref, toute une époque !

 

 

Mine de rien, je ne dois pas être le seul dans ce cas, car bon nombre de jeux de rôle cherchent justement à recréer cette ambiance virile et testostéronnée au doux parfum de nitroglycérine.

 

eric_roberts_and_stone_cold_steve_austin_from_the_set_of_th.jpg

 

Vous voulez des noms ? Allez, juste quelques uns en guise d'exemple : Honk Kong Action Theater, Feng Shui, Wushu, Extreme Vengeance (jeu hélas épuisé, mais qui fait régulièrement son apparition en convention, dans l'enceinte sacrée du GROG), D20 Modern, Spycraft, ReconMerc, Berlin XVIII, C.O.P.S, Mercenaires (un excellent jeu français, desservi par une présentation trop cheap), Millenium's End, Trauma et j'en passe.

Sans oublier les innombrables systèmes de règles génériques (True20dK system, GURPS, Savage Worlds, etc.) qui permettent de s'adonner sans complexes, le temps d'une partie, ou bien durant toute une campagne au "pétage-de-gueules-de-méchants", et au format cinémascope s'il vous plait !

 

 

Vous aurez, j'en suis persuadé, saisi le fond de ma pensée. Oui, il reste une place de choix dans l'univers des Jeux de Rôle pour l'action pure et dure !

 

De l'action sans prises de tête excessive, quelques grenades dans la poche et un fusil d'assaut dans les pognes, loin de l'ambiance délicate et subtile du Seigneur des Anneaux (que j'adore, soit dit en passant !), des reconstitutions médiévales historisantes comme Aquelarre ou Yggdrasyl ou encore, des jeux de rôle d'horreur aux ambiances torturées (Kult, Patient XIII, Notre tombeaules Ombres d'Esteren...) qui sont si prisés dans nos contrées. Et ça fait du bien !

 

Histoire de clore cet article sur une note joyeuse et décomplexée, je vous propose de découvrir ci-dessous le délirant vrai-faux trailer "A Call to arms" concocté par un fan totalement barré. Afin de mieux comprendre le pourquoi du comment, je vous invite tout d'abord à lire l'explication sur le site Première.fr. Vous verrez, ça vaut son pesant de cacahouètes !

 

Bonne lecture, bon visionnage, amusez-vous bien et surtout...


... BONNE BOURRE !

 

 

 

 


 

 

 

 

 


POUR EN SAVOIR PLUS :


Naturellement, le site officiel du film vient en premier choix : des news, des photos inédites, des infos, etc.

Découvrez également la "pub virale" YouTube, avec un Stallone en grande forme qui dévaste le célèbre site web à grands coups de bazooka et de grenades : hilarant !


En français, également, deux fiches fort instructives méritent le détour : celle d'Allociné, et celle de Paperblog.

 

Enfin, le site "les toiles héroïques" consacre un suivi d'excellente facture (déjà 11 articles de parus) au film.

 


19468380.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100624_032740.jpg 

Commenter cet article

Kurgan 25/08/2010 14:55



J'y suis allé hier, "à l'arrache" entre midi et 2 sans avoir rien lu sur le sujet depuis ta rubrique. Comment dire ?! Disons que le résultat n'est pas à la hauteur de mes attentes, pour rester
poli ! Je m'attendais effectivement à un scénario tenant sur un ticket de métro. Là, pas de surprise, y'a des gentils qui tapent des méchants pour libérer la fille gentille du chef des méchants,
lui même à la botte d'un Big Boss Très Très Méchant. Pour le reste, je te laisse juge mais pour moi, pas grand chose de mémorable. Bo insipide. Ca tourne même au grostesque avec la
confession du tatoueur/fournisseur de mission qui confie sa perte d'âme lors du conflit en ex-yougoslavie (à côté, Bruce Willis qui pleure dans Armaggedon, c'est un Oscar !) ou le perso
de Jet Lee qui réclame plus d'argent pour sa famille (qu'il n'a pas) tout au long du film, running gag affolant de platitude. On dirait un patchwork de scènes types (passages obligés de tout
blockbuster qui se respecte) collées les unes après les autres, effet certainement renforcé par la distribution (faut bien que tout ce beau monde brille un peu) : là, on fait un gunfight,
après, la poursuite et pis, après, y'a la baston avec Jet et Dolph et pis après, y'a Jason qui casse des jambes et des bras au nouveau boyfriend de son ex sur un playground de basket,
...Dommage, l'affiche (très Warhammer 40K !) et le casting sont plus qu'alléchants mais ça ne fonctionne pas avec moi ! Je dois être vacciné à Sly réalisateur pour qui la reconversion n'a
rien à voir avec celle de Clint "Dirty Harry"' Eastwood ! J'ai même piqué du nez vers le milieu, pour tout dire ! On va dire que j'étais pas dans un bon jour pour rester clément ! Et laisser
une chance à l'hypothétique suite éventuelle (selon les recettes) ...



olivier rousselin 28/08/2010 23:45



Eh bien voilà. Vendredi soir, j'ai enfin pu voir à mon tour  "The expendables" et j'ai A-DO-RE ! Vraiment. On va dire que j'étais dans un très bon jour. 


 


Certes, ce n'est pas le film de l'année et le scénario est ridicule. Mais clairement, le film est comme je l'attendais : beauf, crétin, bas-de-plafond, incroyablement bourrin, mais aussi fun,
déconnant, sans prétention et bourré jusqu'à la gueule de scènes d'action. C'est bien simple : ça n'arrête pas ! Des coups de poing, des coups de latte, des projections de catch, des coups de
couteau dans la carotide, dans le dos, les poumons, les c... (ouille !), des fusillades, et surtout des explosions ! Des putains d'explosions ! Des geysers de flammes ! Des boules de feu ! Vers
la fin, il n'y avait pratiquement pas un tir qui ne soit suivi d'une explosion. C'est dingue, ce besoin qu'ont les méchants dans les films de farcir leur repaire de caisses de munitions, de
bonbonnes de gaz et de barils d'essence !  


Il ne manquait plus qu'un champignon nucléaire, c'est dire ! Mais on ne l'a pas eu (peut-être pour le n°2 ?).


 


Je ne vois qu'un mot pour qualifier "the expendables" : DEFOULOIR ! J'avais le cerveau en mode "off" et je me suis bien marré tandis que Stallone et ses potes dérouillaient les 200 soldats aux
ordres des grands méchants.


 


Par contre, je dois bien le reconnaitre, le film pâtit de plusieurs faiblesses :


1. les scènes d'action sont super mal filmées, à base de gros plans-champs-contrechamps. Ca va vite, la caméra bouge beaucoup mais c'est le bordel et finalement, on ne voit pas grand chose
(contrairement à John Rambo, très bien filmé). Dommage, car les bastons perdent en lisibilité. Super-dommage quand c'est le formidable Jet Li qui entre en scène : ses scènes d'action sont ratées,
limite sabotées !


2. Très vite, le film se concentre sur Stallone et Statham qui phagocytent 50% du film. Les 50% sont laissés aux autres, qui doivent se partager un maigre temps de présence à l'écran. Dommage
(bis).


3. J'aime beaucoup Dolph Lundgren et son perso est archi-raté. Une pâle copie de celui qu'il incarne dans Universal Soldier, c'est-à-dire un gentil qui pête un cable et devient méchant à force de
faire la guerre. On pourrait avoir de l'empathie pour lui, de la sympathie mais le scénario le met à la trappe trop vite. Bizarrement, Dolph revient à la fin du film et je ne serais pas surpris
que ce soit dû aux screen-tests : le public a dû le réclamer (hypothèse gratuite que je me permets de formuler).


 


Enfin, tes critiques, ami Kurgan, sont pour la plupart fondées (gags moyens, scènes loupées) mais rien à faire, je n'arrive pas à détester le film pour autant. Au contraire ! Son côté "nanar"
volontiers assumé et sa violence défoulante et fécomplexée m'ont fait passer un bon moment. Pour tout te dire, j'ai également revu les Rambo II et III, histoire de prolonger un peu le plaisir !
Tsss... Navrant 



Kurgan 18/07/2010 22:43



Juste Enorme ! De la pure testosterone sur fond de Andrew W.K., j'adore ! Merci !



olivier rousselin 21/07/2010 13:44



On est deux ! J'ai découvert Andrew W.K avec cette bande annonce et ce fut une révélation ! Mine de rien, "The expendables" a tout pour plaire :


- de vraies cascades (et non des machins virtuels en CGI) ;


- de vrais trognes patibulaires (mention spéciale à Steve Austin et Randy Couture, qu'on n'aimerait pas croiser un soir en rentrant chez soi) ;


- des putains d'explosion ;


- des méchants bien salauds et des héros durs à cuire...


Bref, que du bonheur ! Vivement le mois d'août !



Rappetou 17/07/2010 18:43



En espérant que le "plus gros casting du cinéma" ne se termine pas en "plus gros flop retentissant" vu le cachet qu'on dû prendre ces messieurs Seul le sacro-saint bouche à oreille (qui peut faire et défaire la réputation d'un film à lui tout seul) nous le dira !


 


PS : chuis content tu as pensé à citer Trauma dans la liste des jdr ^^ Accessoirement, rappelons-nous qu'Arnok avait pondu un 'Savage Série B' encore dispo sur le yahoogroup de
Savage Worlds...



olivier rousselin 18/07/2010 22:06



Le film ne devait initialement coûter "que" soixante millions de dollars. Mais les producteurs ont fait confiance à Sly, les scènes d'action ont pu être revues à la hausse et l'enveloppe a été
rallongée de vingt millions de dollars supplémentaires. On devrait donc en avoir pour notre argent, côté fusillades, duels au couteau et autres explosions pyrotechniques du meilleur effet. De ce
côté-là, vraisemblablement, pas d'inquiétudes à avoir.


 


Quant au Savage Series B d'Arnok, je ne me souviens pas l'avoir lu ?  Je vais donc
tâcher de le télécharger dans les jours qui viennent. Merci du tuyau !



Lutain 17/07/2010 14:16



Stallone, Statham, Jet Li, Miket ROurke, Bruce Willis et Schwarzenegger dans un même film, effectivement ça tape ! Ya juste Vin Diesel devait être en vacances :-)


PS : je me demande comment un gouverneur de Californie en exercice peut trouver le temps de participer à un film de ce genre, même dans un 2nd rôle, mais bon, c'est un autre sujet... A moins que
son mandat ne soit terminé ? Mais pas que je sache.


Sinon bien d'accord avec toi, une bonne séance de jdr à la testostérone, rien de mieux : simple et efficace ! C'est comme tout faut savoir varier les plaisir


Bon week-end !



olivier rousselin 25/07/2010 21:36



Il manque effectivement Vin Diesel mais ce n'est pas une action-star des années 80. De ce côté-là, en revanche, les fans déploreront les absences remarquées de Steven Seagal, Chuck Norris, Carl
Weathers, Mister T et Jean-Claude Van Damme (entre autres). Bref, il va falloir que Stallone planche dur sur un "Expendables - part 2" ! 


 


Quant à Schwarzenegger, je te rassure, la séance a été tournée à 4h du matin, afin de "ne pas coûter d'argent au contribuable", d'après Stallone lui-même dans une interview parue récemment
 (dans le magazine Teknik art, je crois. Ou Impact ?). 


 


Vive les films (et les JDR) à la testostérone !