Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
dices everywhere, des dés, du fun, des jeux

blog dédié aux JEUX DE RÔLE "OLD SCHOOL" et plus récents : AD&D 1st ed., 0D&D, Labyrinth Lord, Swords & Wizardry, OSRIC, Savage Worlds

Signs and Portents 83

Publié le 3 Août 2010 par olivier rousselin in 4. PRESSE RÔLISTE

Avec une constance remarquable, Mongoose publishing publie son quatre-vingt-troisième numéro de Signs & Portents, son webzine mensuel. A la fois newsletter, catalogue exhaustif des produits édités (avec bulletin de commande VPC inclus) et recueil d'aides de jeux, Signs & Portents propose gratuitement, tous les mois, plusieurs scénarios et campagnes pour les différents jeux de l'éditeur britannique. 

 

sp83.jpg


Au menu de ce mois figurent les aides de jeux suivantes :

- "the dragon of Naseby", un scénario de 15 pages pour Clockwork & Chivalry, un étonnant setting pré-steampunk qui mélange magie et technologie délirante dans une uchronie située au XVIIe siècle ;

- "Ships for Traveller", décrit sur onze pages divers vaisseaux (de transport, de combat, de transport militaire) pour Traveller donc, avec toutes les caractéristiques nécessaires et des plans. Moches certes, mais pratiques ;

- "A dog's Life" est quant à lui, un "court" scénario (8 pages) générique pour Runequest II. Les références à Glorantha y sont peu nombreuses. Aussi ce scénario peut être utilisé sans problème dans un autre univers de fantasy (Elric, Hawkmoon, etc.) ;

- "New armour" (2 pages), plus anecdotique, propose des vêtements et pièces d'armure peu communes pour Conan RPG

- enfin, "Tartarus", décrit sur cinq pages une effrayante prison de très haute sécurité située dans l'univers dystopique et pré-cyberpunk de Corporation RPG. Conçue pour garder des prisonniers extrêmement dangereux, Tartarus est un lieu cauchemardesque, dantesque dont vos PJ pourraient fort bien regretter la visite. Sa lecture donne envie de découvrir plus avant cet univers de SF réaliste, sombre et inquiétant.

 

Bref, il y en a pour tous les goûts. "Tartarus" pourra être repris tel quel par des MJ de jeux cyberpunk (Shadowrun, Cyberpunk 203X, etc.) ou de Space Opera (pourquoi pas dans un scénario de Tigres Volants ?). "A dog's life" peut avec un minimum de boulot devenir un scénario pour D&D ou Loup Solitaire. Quant aux vaisseaux spatiaux de "Ships for Traveller", ils sont définitivement réutilisables dans tout jdr de Space Opera (Mega, peut-être ?). 

 

La formule de Signs & Portents semble fonctionner. Quatre-vingt-trois numéros en attestent. Les auteurs se font plaisir sans avoir à respecter des contraintes liées à une impression papier (nombre de pages fixe, délais à respecter, coût d'impression, d'édition, rentabilité minimum à atteindre, etc.).

 

Certes, tout n'est pas parfait. Les pages de publicité sont trop nombreuses. La qualité graphique laisse parfois à désirer (une critique récurrente adressée aux produits de l'éditeur). Les aides de jeu ne plaisent pas toujours. Peut-on pour autant faire la fine bouche ? Le matériel est là. Disponible. Un scénario peut être retravaillé. Une règle optionnelle peut être modifiée ou ignorée. Un PNJ peut être détourné, transformé (et hop, le gentil marchand-qui-emploie-les-PJ devient un ancien esclavagiste au passé trouble !). Nous avons nous, rôlistes, la possibilité de mettre notre grain de sel. De détourner les aides de jeu qu'on nous propose. Que ce soit dans un fanzine, un webzine ou un magazine disponible en kiosque. 

Et puis zut à la fin ! Il est tellement plus facile de critiquer que de faire soi-même. Un terme est même apparu sur les forums pour désigner ce genre de tristes sires qui dénigrent tout, à tort ou à raison : les trolls. Les "trolls" ont descendu en flammes pendant des années Casus Belli (première mouture). Les "trolls", toujours eux, tirent à boulets rouges sur JDR-MAG qui, je le rappele, est ouvert à toutes les bonnes volontés.

Allons-nous laisser les trolls nous gâcher notre plaisir, à vilipender sans cesse, bêtement, tout ce qui sort et ne trouve pas grâce à leurs yeux ?

 

Alors qu'en France, la presse papier rôliste connait pas mal de difficultés en ce moment (peut-être que Casus Belli, qui sort demain, va renverser la tendance ?), la voie du webzine pourrait être une solution d'avenir. Qui sait ? 

Seul écueil : trouver le temps et l'énergie nécessaire pour pouvoir écrire périodiquement les aides de jeu et scénarios aptes à combler les insatiables besoins des joueurs. Body bags, le webzine de John Doe, s'y cassa les dents et cessa sa parution au bout de quatre numéros seulement. Il me manque encore. 

 

Sur ce, bons téléchargements, bonne lecture et...
BONS JEUX !

 

 

 

Commenter cet article

Arasmo 12/10/2010 22:28



D'après ce que certains heureux possesseurs de Hawkmoon NE ont pu me dire, la VO/VF Mongoose est en effet largement inférieure.


Tiens, j'ai acheté le Elric de Oriflam quasiment en même temps que toi (5 euros sur Priceminister, c'était trop tentant) et c'est vraiment un jeu sympa, pas forcément très fidèle aux romans (sur
ce point-là, les deux versions Mongoose sont largement meilleures à mon avis) mais très complet !


Bon courage pour trouver/réaliser l'adaptation hawkmoon/savage worlds et bonne continuation !


 



olivier rousselin 14/10/2010 23:22



Je n'ai pas encore trouvé l'adaptation Hawkmoon-Savage Worlds, mais je ne désespère pas. L'univers est tellement baroque, tellement fou que ça viendra surement un jour.


 


En tout cas, merci pour tes commentaires avisés (et fort bien argumentés). Ils sont d'autant plus précieux qu'elles contrastent avec les critiques très positives de JDR-Mag. Du coup, on
a droit à deux avis : celui qui aime, celui qui aime moins, et pourquoi.


 



Arasmo 10/10/2010 21:51



Attention ! La VF de Hawkmoon version Mongoose est bourrée de faute : je te conseillerai plutôt la VO.


Même en VO, la version Mongoose n'est pas franchement  une réussite, et je trouve que l'éditeur a fait un bien meilleur boulot sur Elric.


Parmi les défauts :


-Le contexte ne reprend pas les informations de la gamme française. Pas très grave en soi, mais du coup cette partie-là contexte ne te sert plus à grand chose si tu veux utiliser les suppléments
Oriflam.


-Le système est celui de la première édition de Mongoose Runequest , qui est nettement moins abouti que celui de la V2 sur certains points, notamment au niveau des règles de combat.  


-Le fonctionnement de la  "sorcellerie scientifique" est très lourd si le sorcier commence à paramétrer des sorts. Mettons qu'un sorcier dispose de 10 points de focus (des points de magie,
quoi) et qu'il veuille modifier la distance et la durée d'un sort. Il décide d'augmenter la distance de 60%, ce qui lui coûte 6 points, et la portée de 40%, soit une dépense de 4 points. La
distance et la durée par défaut d'un sort sont égales à la caractéristique POU du sorcier en mètres ou en minutes. Dans notre exemple, notre sorcier a 15 en POU. Pour connaître les valeurs du
sort modifié, il faut donc faire le calcul 15 X 60/100 +15 pour la distance et 15x40/100 +15 pour la durée. Certes, ce sont des calculs simples, mais ils peuvent ralentir considérablement la
partie, surtout si on a plus d'un sorcier dans le groupe...  


Une campagne fort sympathique, The Isus of Life ou L'Ecaille de Vie en bon français, est parue dans Signs&Portents et a été traduite en français par l'infatigable Zaoutir. Elle est disponible
sur le Scriptorium.



olivier rousselin 12/10/2010 15:19



Well... Merci pour toutes ces informations. Je jetterais un oeil avide sur la traduction de la campagne "The Isus of Life". Quant à la VO/VF, j'ai bien l'impression qu'elle est loin de valoir
l'ancienne édition made in Oriflam. Me trompé-je ? Tant pis. Je trouverais peut-être une adaptation d'Hawkmoon aux règles de Savage Worlds ? Qui sait ? A
bientôt,


 


Amitiés 



Arasmo 03/10/2010 19:39



Merci pour ta réponse !


Si tu as beaucoup apprécié Hawkmoon/Stormbringer, tu devrais peut-être jeter un coup d'oeil, au cas où tu ne les aurais pas déjà, sur les dernières versions Oriflam de ces jeux : Hawkmoon NE et
Elric. Je n'ai lu aucun des livres de base, mais ils sont réputés pour être très complets et on peut les trouver à des prix parfois très bas (par exemple, on n'a pas trop de mal à dégotter Elric
à 5 euros en occaz sur le net).


Bien que je n'apprécie guère le D6 (je n'ai joué qu'à la version Star Wars cela dit), la décision du détenteur des droits d'en faire un système libre est vraiment géniale pour les nombreux fans
de ce système. C'est une démarche à saluer, tout comme celle du créateur de Talislanta, qui a autorisé la diffusion gratuite en PDF de l'ensemble des ouvrages Talislanta VO, sous licence creative
commons !


 



olivier rousselin 08/10/2010 21:52



Merci beaucoup pour tes conseils, Arasmo. Je me suis offert le livre de base d'Elric à bas prix effectivement (vive Ludik Bazar !) et me suis régalé à sa lecture.
Hawkmoon est plus difficile à trouver et je pense me rabattre sur la nouvelle édition de Mongoose, fort opportunément traduite en français.


 


Sinon, je suis bien d'accord avec toi, la démarche de l'auteur de Talislanta est formidable. Le D6 System, Marvel Super
Heroes, SimulacreS... D'autres gammes de JDR ont pu bénéficier d'un traitement similaire. Toujours au bénéfice des fans... Et pour leur plus grand
plaisir !


 


Comme l'écrit si bien Christopher Johnstone : "nothing beats a free game" ! 


 



Arasmo 29/09/2010 11:24



Merci pour tes compliments, j'espère avoir été à peu près clair !


Tiens, je suis curieux de savoir pourquoi Basic/Runequest t'intéresserait, étant donné que tu sembles  comblé par Savage World, qui est une boite à mécano fort complète : entre les
différents décors et campagnes et les "toolkits", difficile de ne pas trouver chaussure à son pied !


 


 



olivier rousselin 03/10/2010 18:47



Tu as entièrement raison concernant . C'est un jeu que j'adore, notamment pour sa versatilité et la simplicité de ses règles.  Mon "saint-Graal" à moi, quoi.


 


Seulement voilà : je garde d'excellents souvenirs de mes parties de Hawkmoon et Stormbringer quand j'étais adolescent. J'ai toujours trouvé les règles de
Chaosium super simples, intuitives, faciles à utiliser et suffisamment souples pour pouvoir être customisées sans trop de dificultés. Bref, à mes yeux, le Basic RPS est un
système génial, largement supérieur à 95% de ce qui se fait maintenant en matière de règles de JDR ! Point barre.


 


J'émets le même jugement sans réserve au sujet de le D6 System, qui fut longtemps le moteur de Star Wars avant que la licence soit rachetée par Wizards of
the Coast. Aujourd'hui rebaptisé Open D6, c'est devenu un système libre de droits et c'est un des meilleurs systèmes de règles de JDR jamais conçus. A ma grande stupéfaction, les
éditions du Septième Cercle l'ont choisi pour leur dernier JDR : Z-Corps. Du coup, moi qui déteste les histoires de zombies, je meurs d'envie de l'acheter et de l'essayer avec
mes joueurs. 


 


Bref, D6 System / Basic Role Playing System = même combat. Tous deux proposent des règles d'une simplicité imbattable, 100% intuitives et hyper-faciles à
maîtriser. Ce sont bien là les deux seuls systèmes qui me feraient faire une infidélité à mon Savage Worlds favori. 



Arasmo 24/09/2010 12:17



Désolé, j'aurai dû aérer un peu plus le texte...



olivier rousselin 29/09/2010 07:10



L'essentiel, c'est d'avoir apporté toutes ces informations. Encore merci à toi !