Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
dices everywhere, des dés, du fun, des jeux

blog dédié aux JEUX DE RÔLE "OLD SCHOOL" et plus récents : AD&D 1st ed., 0D&D, Labyrinth Lord, Swords & Wizardry, OSRIC, Savage Worlds

Capharnaüm : les Shiradim

Publié le 24 Février 2010 par olivier rousselin in 15. AIDES DE JEU

Voici le troisième article consacré à la présentation des différents peuples du jeu de rôle Capharnaüm, le JDR des studios deadcrows, édité par le Septième Cercle. Au menu : de l'aventure, de l'exotisme, du danger, et le soleil ardent du désert ! Ceignez vos Kanjars et vos sabres, revêtez votre plus beau Saroual et votre djellaba car aujourd'hui, vous êtes reçus en audience par le Wazir du roi lui-même !


Bonne lecture et bons jeux !





INTRO : Quatre grands peuples se disputent le monde de Capharnaum. Quatre civilisations qui cohabitent au sein des plus grandes cités du monde connu (Fragrance, Jergath, Carassine, etc..), au coeur du désert, et dans les oasis qui parsèment El Aramra El Nar (le désert de feu). 
 
Voici aujourd'hui le troisième de ces peuples : les Shiradim.

0691_poster-sahara_big.jpg

A. Description : 
 
Peuple frère des Saabi, les Shiradim menèrent pendant longtemps une vie nomade. Leur retour en Jazirat fut marqué par de cruelles injustices et par de longs siècles de servitude. Toujours, courageusement, ils relevèrent la tête et affrontèrent toutes les épreuves qui leur étaient infligés.

Peuple industrieux et obstiné, mû par une solidarité sans faille et un souci constant de justice et d'équité, les Shiradim se sont battus pour obtenir leur liberté, leur droit à la dignité et faire partie des grandes puissances du Capharnaüm.


B. Les sources d'inspiration : 
 
Impossible de lire l'histoire du peuple Shiradim sans penser aux hébreux de l'Ancien Testament. Joueurs et MJ auront donc à de revoir les classiques hollywoodiens réalisés sur ce thème :
- "Ben Hur", les deux versions, celle de 1935 (réalisée par Fred Niblo) et celle de 1959 (William Wyler, avec Charlton Heston dans le rôle principal) 
- "La Tunique" (1953), de Henry Koster, avec Richard Burton. L'un des tous premiers films tournés en cinémascope. A noter que le film eut une suite, "les Gladiateurs" (1954), réalisée par Delmer Daves avec Victor Mature dans le rôle principal.
10commandements.jpg- "Les Dix Commandements", 1956, célèbrissime remake avec Charlton Heston dans le rôle de Moïse mais aussi et surtout avec Yul Brynner, génial dans le rôle du pharaon Ramsès.
-  "Barabas", 1962, avec Anthony Quinn dans le rôle titre du criminel repenti qui faillit mourir crucifié et fut remplacé par le Christ sur ordre de Ponce Pilate.
- "La plus grande histoire jamais contée", 1965, de Georges Stevens. Plus une curiosité qu'autre chose. Le film bénéficie d'un casting délirant ; on y voit notamment John Wayne dans le rôle d'un... Centurion romain ! 

D'autres peplums sont à même de fournir l'inspiration, tels "Samson et Dalila" (1949). A vous de jouer (et de chercher ).  


C. Les trois tribus : 
 

Aujourd'hui, trois grandes tribus mènent le destin du peuple de Shirad. Ce sont :

caph1.gifLes Ashkenim : forment une étrange tribu, passionnée par les arts "physiques" sous toutes leurs formes : musiques, danses, chants. Ils quêtent une communion spirituelle totale avec Shirad. Le monde n'est que musique pour celui qui sait écouter. Entendre le chant du monde, c'est être en totale harmonie avec lui. C'est devenir invincible au combat !
En leur sein, on trouve notamment les Macchabim, des danseurs-guerriers mystiques, qui se meuvent avec une grâce surnaturelle. Et les plus célèbres d'entre eux sont les Lions Rouges de Shirad, craints et respectés dans tout le Capharnaüm !
Il existe aussi des prostitués Ashkenim (hommes et femmes), qui forment une caste isolée et respectée et appliquent, à leur manière, les enseignements d'Ashken.

Les Salonim : médecins, vétérinaires, apothicaires... Les Salonim sont réputés à travers tout le monde connu (et au-delà) comme les plus grands guérisseurs qui soient !
Ce que peu savent et que l'on ne chuchote qu'à demi-mot, à la lueur de chandelles, avec la peur au ventre, c'est qu'il existe une caste d'assassins, les Lunes de Sang. Ces "Salonim de l'Ombre" appliquent toutes les techniques médicales apprises par leur tribu, non pas pour donner/préserver la vie, mais bel et bien pour l'ôter ! Faut-il prêter crédit à ces rumeurs ? Ou la sagesse ne commanderait-elle pas plutôt de les ignorer ?

Les Pharatim : Savants, astrologues, prêtres, lettrés, érudits, les Pharatim quêtent le savoir sous toutes ses formes. Ceux que veulent les Pharatim, c'est non seulement acquérir des savoirs mais aussi les préserver et, plus important, les propager. Les Kahanim, guides spirituels et conseillers du peuple Shiradim sont tous issus de la tribu de Pharat, tout comme la majorité des Sephirim, les magiciens Shiradim.


D. BONUS : L'HISTOIRE DU PEUPLE SHIRADIM (résumé) :
 
Introduction : Les Shiradim forment en quelque sorte un peuple "charnière". De leur religion est née la religion Escarte avec la sainte trinité Jason - Aether - Mira. Eux-mêmes sont issus du peuple Saabi. Enfin, leurs rapports avec les Agalanthéens sont nimbés de mystère : pourquoi ces derniers ne s'opposèrent-ils pas par la force au Grand Exil ? Quels étaient réellement les pouvoirs de Mogda, leur prophète ? D'autres questions, concernant leurs origines, restent irrésolues. D'où venaient donc les tribus Shiradim originelles ? En quels endroits du monde étaient-elles allées ? Le texte qui suit ne répondra pas à toutes ces questions mais éclaire un peu sur leur destin hors du commun.


caph2A une époque indéterminée, il y a bien longtemps (peut-être même avant que les Agalanthéens ne réduisent en esclavage les Saabi ? Qui sait ?), plusieurs tribus nomades quittèrent le désert en quête d'une Terre Promise, plus clémente. Elles ne réapparurent en Jazirat que bien plus tard, porteuses d'une nouvelle religion, celle de Shirad aux mille visages, à la fois semblables aux Saabi et différents. Cela se passa il y a près de trois mille ans.

Pourquoi revinrent-elles ? Que fuyaient-elles ? Qu'advint-il de leur "Terre promise" ? Nul ne le sait et les détails sont perdus dans les brumes de l'histoire. 
 
Accueillis par le fer et par le feu par les conquérant Agalanthéens, les Shiradim se retrouvèrent brutalement placés sous leur domination, côte à côte avec leurs anciens frères Saabi. Ces derniers découvrirent, étonnés, un peuple à la fois semblable au leur et devenu pourtant si différent. Hélas, la douloureuse cohabitation sous le joug des Agalanthéens dégénéra du fait des querelles religieuses. Les Saabi finirent par se soulever contre ces "étrangers", ces "envahisseurs" et leur foi hérétique. Une terrible guerre civile éclata. Les Agalanthéens choisirent de se ranger du côté des Saabi et les Shiradim devinrent alors les esclaves de leurs anciens "frères".

Cela dura cinq siècles, puis Mogda, le prophète (un Saabi converti au culte de Shirad) prit le parti des Shiradim et les emmena vers le nord en quête d'une Terre où ils pourraient vivre librement.

Ils y cultivèrent les terres alentour, les irrigant et les fertilisant, faisant reculer le désert. Dans le même temps, ils fondèrent Jergathine, aujourd'hui connue sous le nom de Sagrada, la Cité Sainte, la plus importante du Capharnaüm. Puis, ils développèrent des royaumes caravaniers, riches et prospères au sein d'El Aramla El Nar, le désert de feu. Enfin, ils fondèrent une autre cité : la puissante ville-citadelle de Carrassine, aux imposantes murailles. Inconquise par la force. Invincible.
 
Bientôt, les rivalités commerciales ravivèrent les tensions entre Saabi et Shiradim. Les maigres ressources de ces terres sauvages, martelées par les rayons impitoyables du soleil, l'impérieuse nécessité de survie et la cupidité naturelle  des hommes causèrent de sanglantes guerres pour contrôler les principales routes marchandes. Au cours de ces guerres, les Saabi firent appel à des mercenaires Agalanthéens pour s'emparer de Jergathine/Sagrada mais furent trahis !

gravure-dore-bible---isaac-benit-jacob.jpgA nouveau soumis, les Shiradim purent reconquérir leur indépendance et leur dignité grâce à deux héros providentiels : 
- Jason, le renégat Agalanthéen qui épousa la cause des Shiradim avant de fonder sa propre religion et de périr en martyre
- Sarah Bet Caleb, farouche guerrière, invaincue et charismatique, qui s'empara de Carrassine l'imprenable sans une seule goutte de sang verser.

Enfin, la croisade Escarte (qui bouleversa les rapports de force au sein de Jazirat) permit aux Shiradim de gagner d'avantage de puissance.

Redevenus des citoyens libres, presque égaux aux autres, les Shiradim sont aujourd'hui prêts à se battre pour ne pas retomber dans l'esclavage ! 
Commenter cet article

Rappetou 24/02/2010 23:10


Allez, plus qu'un peuple Sympa le résumé en plus !


olivier rousselin 25/02/2010 18:26


OK, OK, ça arrive !