Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
dices everywhere, des dés, du fun, des jeux

blog dédié aux JEUX DE RÔLE "OLD SCHOOL" et plus récents : AD&D 1st ed., 0D&D, Labyrinth Lord, Swords & Wizardry, OSRIC, Savage Worlds

Alarian : intermède 2

Publié le 14 Août 2011 par olivier rousselin in 17. COMPTES-RENDUS DE PARTIE

La nouvelle qui suit fait la jonction entre la seconde et la troisième session. Au terme d'un combat épique, mes joueurs (Sorokan le guerrier, Julianëll l'elfe et Dark Nihil, le clerc du Noir Sceau) ont mené leurs suivants dans les marais à la poursuite des pirates du fleuve. Tombés dans une embuscade, nos héros ont riposté avec fougue et le combat s'est mué en carnage !

Sur la vingtaine de pirates, un seul a survécu au combat. C'est alors que le joueur de l'elfe jette sur la table sa carte d'aventure intitulée "Je ne sais rien mais je dirais tout". Du coup, notre pirate captif va se mettre à table et dire tout ce qu'il sait. 

Voici donc ce qu'il s'est passé...

 


 

Will le simplet jetait des regards terrifiés et suppliants aux hommes cuirassés de fer qui l'entouraient. Tout autour gisaient les corps de ses compagnons. Des pirates comme lui, devenus des cadavres croupissant dans l'eau saumâtre, teintée de rouge. Will était le seul survivant de la vingtaine de pirates, disposés en embuscade dans le marais. Leurs ennemis avaient débarqué d'un navire marchand, posté un peu plus loin sur la rive ouest du fleuve. Sans doute des guerriers embauchés par un marchand de la Guilde des Bateleurs pour protéger son navire. C'était des étrangers, qui ne connaissaient pas le coin. Will et ses compagnons avaient l'avantage du terrain, de la surprise. Ils étaient bien cachés. Et Borgh était à leur tête! Borgh et ses cent-soixante livres de graisse et de muscles. Borgh qui avait, dit-on tué vingt hommes de ses mains. Qu'est-ce qui avait mal tourné ?

 

 

Une douleur lancinante le taraudait depuis qu'il s'était pris un vilain coup en pleine mâchoire. Sa tête lui tournait et il luttait pour ne pas perdre connaissance. 

Sa défunte tante le lui avait toujours dit : "t'es qu'un benêt, Will. Un grand nigaud, et vilain avec ça ! Toujours à fourrer ton nez là où qu'tu devrais point. Y t'arriveras qu'des misères, mon gars".

 

Transi de froid, tremblant de tous ses membres, il aperçut avec effroi la silhouette du magicien du groupe qui s'avançait vers lui. Un elfe ! C'était un elfe ! Avec horreur, Will se remémora la flèche magique qui avait fauché net Longues-Jambes, à deux pas de lui. L'odeur de chair brûlée par le sortilège. Il se rappela également les légendes qu'on lui racontait enfant, sur les "êtres-feys" qui aiment tant martyriser les humains. 

 

Les paroles funestes de sa tante résonnèrent dans son esprit : "Y t'arriveras qu'des misères, mon gars"

 

 

"Oooooh ! Pitié mon bon seigneur" hurla-t-il. "M'tuez point, m'tuez point ! J'vous en supplie ! Ch'uis qu'un pauv'gars qui z'ont entraîné dans leurs sales affaires"

 

Julianëll regarda le manant qui se jetait à ses pieds, interloqué. "Mais que... ???"

 

"M'tuez point, m'seigneur ! Ch'uis qu'un pauv' bougre. M'changez pas en limace qui pue, j'vous en prie"

 

"Mais arrêtes donc !" s'écria l'elfe gêné. "Tu n'as rien à craindre de moi"

 

Mais Will le Simplet ne l'écoutait pas.

 

"Nooooooooooon! M'changez point en poule d'eau ou en écr'visse. Pitié ! J'vous diras tout c'que j'sais ! Tout"

 

Julianëll ne savait plus que faire pour calmer l'humain qui hurlait et gigotait, hystérique, à ses pieds : "Mais puisque je te dis que...."

 

"Attends !" l'interrompit une voix de stentor. 

 

Will, entre deux sanglots baveux, vit s'approcher une silhouette massive, vêtue d'acier. C'était le puissant guerrier qui avait décapité Borgh ! Effrayé, il manqua s'étrangler avec le filet de morve qui lui dégringolait sur le menton. 

 

L'homme se tourna vers lui. "Tu diras tout ce que tu sais ?"

 

"Oui m'sire, mais m'changez pas en crapaud ! Pitiéééééé!"

 

Julianel voulut protester "Mais je n'ai plus de so..."

 

Sorokan interrompit l'elfe de nouveau, d'un geste de la main : "tu veux dire que tu n'as plus envie de recourir à tes arts noirs ? Soit ! Retiens ton bras, puisque ce maraud est prêt à nous dire tout ce qu'il sait"

 

"De toute façon, son compte est bon" tonna une troisième voix. "Par le Noir Sceau, il ira rôtir en enfer !". Cette fois, c'était le clerc du groupe qui s'exprimait.

 

"Ooooh pitié!"

 

"Cesse de gémir, gronda Sorokan. Parles! Ou sinon, l'elfe te jettera un maléfice....

 

"Alors, le pêcheur seras maudit et la chair se détachera de ses os", récita Dark Nihil

 

"Mais arrêtez ! Vous voyez bien que vous lui faites peur" protesta Julianëll

 

 

Et Will parla. Il raconta l'attaque du navire marchand, il y a deux jours. Le massacre de l'équipage. La découverte d'un coffre fermé magiquement, gravé de runes, en fond de cale. Le regard cupide de leur chef et la décision qu'il prit d'emmener les survivants au fort pour les torturer l'un après l'autre. 

 

Will parla aussi du fort des pirates. Une vieille ruine, laissée à l'abandon, sur les terres du Baron Ulmer, retapée par les forbans, ceinte d'un fossé et d'une muraille de rondins. Il parla des effectifs encore présents sur place. Trois fois le nombre des pirates embusqués dans le marais. Enfin, il parla de leur chef à tous. Le roi pirate, la terreur du Fleuve Serpent. TARSEM KIRGH, le "Sabre Rouge". 

 

Quand il eut fini, les trois héros devant lui se jetèrent un regard inquiet. Il allait leur falloir jouer serré !

 

 

 

Quand à lui, penaud, il se rappela à nouveau les paroles de sa grand tante :

 

"t'es qu'un benêt, Will. Un grand nigaud !"

 

(... A suivre)

Commenter cet article