Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
dices everywhere, des dés, du fun, des jeux

blog dédié aux JEUX DE RÔLE "OLD SCHOOL" et plus récents : AD&D 1st ed., 0D&D, Labyrinth Lord, Swords & Wizardry, OSRIC, Savage Worlds

Le JDR "Médiéval-gothique" : à la croisée des genres...

Publié le 14 Janvier 2009 par olivier rousselin in 9. THEMAS, PORTRAITS DE FAMILLE

Suite aux nombreux commentaires qui ont accompagné mon article sur l'excellent JDRA The Witcher et les échanges d'idées qui s'en sont ensuivis (notamment avec l'auteur, Sywukil/ Merci à lui pour ses nombreuses et pertinentes interventions), l'évidence s'est imposée d'elle-même, au fil des échanges, qu'il existe toute une famille d'univers fantastiques, qui a à son tour inspiré et servi de cadre à maints JDR : à savoir celle des univers "médiévaux-gothiques".

Mais qu'est-ce que le "médiéval-gothique" ? Pour résumer, je dirai que ce serait la synthèse de deux genres majeurs de l'Imaginaire :
le roman Gothique et la Fantasy. Une synthèse d'autant plus réussie que ces deux genres sont voisins et dégagent une troublante familiarité, peut-être dûe à leurs sources réciproques. 

Le "médiéval-gothique" se tient donc à la croisée des chemins, entre la fantasy "classique" (je veux dire : prenant place dans un univers féodal ressemblant fort à notre Europe médiévale) et les films d'horreur de la
Hammer Films qui, eux-mêmes, puisent leur inspiration dans les mouvements romantiques allemand (Goethe, les frères Grimm, Arnim, Caspar David Friedrich...)  et britannique (Byron, Shelley, keats...).



I. Définition du genre :


Plus concrètement, quels traits sont constitutifs d'un univers/JDR "médiéval-gothique" ?

1) Une touche horrifique/macabre plus ou moins "corsée" :

Les univers "médiévaux-gothiques" sont généralement emplis de paysages majestueux... Mais aussi lugubres !
Les montagnes se dressent à pic, semblant déchirer le ciel comme de grandes et monstrueuses griffes... Les ombres s'allongent de façon inquiétante tandis que le jour décline. Les forêts sont sombres, denses et profondes et les loups y hurlent à la (pleine) lune, tandis qu'une bise glaciale souffle sans pitié. La nuit venue, les gens s'empressent de se barricader à double tour dans leurs demeures, le coeur rempli d'effroi... Tandis qu'au dehors des créatures de cauchemar rôdent... En quête de chair fraîche !
Enfin, le matin, c'est une brume angoissante qui recouvre les paysages tel un linceul, obscurcissant le regard. 

Bref, vous l'aurez compris : ici, tout ici est question d'atmosphère. L'angoisse et le macabre règnent en maître au détriment de l'héroïsme parfois naïf de la
High Fantasy. Difficile, impossible même, de ne pas évoquer les écrits d'Edgar Allan Poe, de Bram Stoker ou de Robert E. Howard (Solomon Kane, notamment, mais Howard écrivit maintes histoires d'horreur) comme référents.

2) De troublantes similitudes avec l'histoire :

L'association des mots "gothique" et "médiéval" évoquent irrésistiblement des images de cathédrales majestueuses, d'
architectures complexes et raffinées, d'arches et de voûtes de pierre s'élevant à des dizaines de mètres du sol. Enfin, de forteresses imposantes bâties à flanc de collines et surplombant d'immenses villes médiévales, grouillantes de vie (pour plus d'informations sur l'art gothique, je vous invite à lire les articles parus sur rmn.fr et du site pédagogique de la BNF).

Le lien se fait donc spontanèment et naturellement avec les images / souvenirs / connaissances que nous avons de l'Europe de la fin du Moyen-Age.
Une époque où le "raffinement" des sciences et des technologies, que ce soit dans le domaine des arts, de l'astronomie, de la chirurgie (sans compter les arts de la guerre, avec l'invention de
l'arbalète, des espadons, des premiers canons à poudre, les bombardes) côtoie encore les barbaries et les superstitions de temps plus anciens. Avant l'Humanisme et les lumières de la Renaissance, donc.
Une époque troublée, marquée par les épidémies de peste, par les nombreuses et sanglantes guerres entre royaumes (
celle de Cent ans, celle de la Reconquista espagnole, sans oublier les futures guerre de religion !), par la montée en puissance de l'Inquisition et quantités d'autres choses fort peu joyeuses qui, finalement, inspirent les auteurs (et MJ) et fournissent autant d'occasions d'aventures.

A nouveau, ce sont les aspects angoissants et macabres qui vont dominer les choix narratifs, esthétiques et ludiques des auteurs. Loin des mondes séduisants et manichéens de la High Fantasy, les univers "médiévaux-gothiques" portent les innombrables stigmates d'une
société féodale injuste et inégalitaire, ravagée par la misère morale et humaine.

3) Une magie rare et inquiétante :

Dans sa recherche d'une atmosphére inquiétante, proche des récits d'épouvante, le genre "médiéval-fantastique" va s'affranchir d'une magie trop puissante et trop "facile" d'utilisation. Ceci dans un double but :
- d'une part, déposséder les pesonnages d'une confortable "assurance-vie"  (pas de prêtres-urgentistes pour lancer des sorts de résurrection contre monnaie sonnante et trébuchante ; pas de "magos-lance-flammes" pour rôtir sur commandes les adversaires surnaturels ou non qui assailleraient les héros) ;
- d'autre part, rendre à la Magie sa puissance première. Son aura de mystère, à la fois envoutante et intimidante. Dans les jeux de rôle, celà se traduit par une sévère limitation des pouvoirs accessibles aux PJ, les sortilèges les plus puissants devenant l'apanage exclusif des PNJ. Souvent, des "grands-sorciers-maléfiques-à-l'aura-malsaine" capables des pires atrocités et souvent rendus fous par leurs pratiques impies (Soit dit en pasant, un grand classique de la fantasy qu'auront popularisé les auteurs américains des Pulps. Notamment, la "trinité noire" :
Smith - Lovecraft - Howard).

4) Des héros... Hors-normes :

Face à tous ces dangers (1. paysages mortels et remplis de pièges ; monstres redoutables et bêtes féroces ; 2. épidémies, guerres, intolérance religieuse, etc. 3. Magie entre les mains de redoutables sorciers), les héros des univers "médiévaux-gothiques" ne sont pas comme les autres. Pour pouvoir affronter tous ces périls, il faut des personnages hors-normes, des combattants d'élite, sans peur et sans reproche.

Mais le plus souvent, dans ces univers cruels et sans pitié, cette supériorité du héros (caractérisée par une volonté de fer et/ou le recours à des pouvoirs surnaturels) se pare également d'une certaine ambiguité, voire d'un manque de scrupules. Le héros y revêt souvent le rôle d'un outsider, voire d'un paria.
En marge de la société de son temps, il est affranchi des peurs qui accablent ses contemporains. Seul à même d'affronter les dangers du monde extérieur, il suscite l'incrédulité, la méfiance, voire la haine. Bref, nous sommes là très loin des clichés du paladin sans peur et sans reproche, au front tout auréolé de lumière et à l'armure scintillante. Dans un univers aussi crépusculaire, il ne pouvait en être autrement.





II. Les JDR "médiévaux-gothiques" :


Ainsi, réflexion faite, plusieurs JDR peuvent être regroupés au sein de cette famille ! 

1. Du côté des JDRA:

Nous avons : 

- The Witcher
dont j'ai déjà fait l'éloge ;

-
Shadow Crusade (12 pages, en anglais), de Kobayashi, met en scène les Ombres ("shadows" en VO), des chasseurs de démons, dôtés de pouvoirs monstrueux après avoir été "infusés" avec du sang de démon. L'action se passe dans un monde médiéval-fantastique sombre et désespéré.
Les pouvoirs des Ombres, s'ils leur permettent de "combattre le feu avec le feu" sont aussi une arme à double tranchant, puisqu'ils menacent à tout moment de leur faire perdre le contrôle d'eux-mêmes. A chaque usage de leur pouvoir, ils prennent le risque de devenir des monstres tout aussi sanguinaires que ceux qu'ils pourchassent. Conséquence : ils doivent constamment lutter pour juguler leurs pulsions les plus primaires sous peine de sombrer (= devenir PNJ).

Simple, court (12 pages), évocateur, 
Shadow Crusade tire son inspiration de mangas fantasy glauques et ultra-violents comme Claymore ou encore Berserk. A noter qu'il est basé sur les règles de Dread : the first book of Pandemonium, un JDR d'horreur contemporain résolument orienté vers l'action, et indispensable pour pouvoir jouer. 
Pour ceux qui seraient tentés, Kobayashi a rédigé une
critique fort complète du jeu sur le site de Casus-NO. Il existe aussi un kit de démo du jeu, les "Disciple 12 rules", traduit en français sous le titre de "Manuel de survie technique" (22 pages). 

Enfin, pour ceux qui seraient intéressés/conquis par les règles de Dread, sachez que :
- la "player's section" du jeu est disponible en téléchargement gratuit (soit 141pages !!!) qui reprennent TOUTES les règles essentielles pour pouvoir jouer ! Seuls manquent à l'appel les chapitres du MJ et les scénarios du livre de base (qui totalise 278 pages).
- il existe plusieurs suppléments et une suite du jeu, intitulée Spite : the second book of Pandemonium, devrait sortir ce mois-ci. Bref, un JDR à suivre, assurèment !

- l'excellent Sovereign, édité sur
le site 1km1kt. vous propose quant à lui de jouer des "Suzerains" ("Sovereigns" en VO), des orphelins recueillis et éduqués dans un souci de dévotion fervente et fanatique à l'Empereur. Devenus à l'age adulte des guerriers redoutés, dôtés d'une autorité qui les place (théoriquement) en situation de force, y compris vis à vis des plus hautes autorités de l'Empire, les Suzerains arpentent ce dernier de long en large, ne répondant qu'à une seule autorité. Celle de l'Empereur, leur maître.... Mais les apparences sont plus que trompeuses et vos PJ sont loin d'imaginer ce qui se trame dans l'ombre...

- Du côté de Mythopoetic games, il existe un jeu tout à fait impressionnant et digne d'éloges : Danse Macabre. Totalisant plus de 200 pages avec ses extensions (4 à ce jour), ce JDR d'horreur médiévale, co-écrit par Christopher Johnstone et Dean Suter, propose aux PJ d'incarner des personnages ordinaires, confrontés au surnaturel dans une Europe médiévale, plus fantasmée que réelle, hantée. Très axé roleplay, remarquablement écrit (Christopher Johnstone est auteur de nombreuses fictions, dont certaines peuvent être découvertes sur son site "The Somniloquist"), le jeu permet notamment de simuler les tiraillements de l'âme, entre vertus et pêchés, dans un univers où Dieu et le Diable se disputent les pauvres âmes des mortels. Bref, à lire ab-so-lu-ment (comme tous les autres jeux de Mythopoetic Games, d'ailleurs) !


2. Du côté des JDR du commerce :

Personnellement, je ne vois (pour l'instant !) que deux jeux, mais lesquels !

- l'ancêtre à tous, est naturellement Ravenloft, de TSR. Abondamment développé au fil des années ; extrêmement bien fourni en suppléments ; plébiscité par les fans pour la qualité de son univers ; servi par des romans de qualité (les meilleurs, paraît-il, tirés d'un univers AD&D), Ravenloft est un univers à la saveur unique.
Remarquable d'originalité, il a su dépasser les limites et défauts des règles d'AD&D pour s'imposer dans le coeur des rôlistes comme une référence du JDR anglo-saxon (à l'instar de Planescape ou encore Dark Sun).

Fans de Ravenloft, deux sites s'imposent pour vous, à visiter de toute urgence :
a. l'excellent site Secrets of the Kargatane, qui propose plusieurs netbooks et aventures à télécharger gratuitement, tous gratuits et sous forme de .pdf zippés (en anglais).
b. autre site incontournable pour tous les fans de cet univers macabre,
the Fraternity of Shadows regorge d'aides de jeu qui enthousiasmeront le Maître du Jeu.

- De nombreux aspects thématiques et esthétiques de son univers font également de Warhammer JDRF une source d'inspiration pour bon nombres de JDR "médiévaux-gothiques". Même s'il s'inscrit plus dans le médiéval-fantstique pur et dur, Warhammer JDRF convoque de nombreux éléments gothiques dans son univers. Eléments accentués avec la deuxième édition du jeu.

- 100% gothique, Vampire Dark Ages mérite toute notre attention.
D'une part, pour son orientation horrifique, qui nous permet de passer dans le "camp" des monstres, en jouant des vampires dans un Moyen-Age effrayant, plongé dans les ténèbres.
D'autre part, pour l'époque choisie par ses concepteurs. En effet, l'action se situe entre les XII et XIIIe siècles, en pleine croisade. Un cadre qui permet donc aux MJ ambitieux de mettre en scène le choc entre orient et occident, vu du point de vue de seigneurs vampires surpuissants. A mi-chemin entre le "Dracula" de Francis Ford Coppola (notamment la magnifique scène d'introduction du film) et le "Kingdom of Heaven" de Riddley Scott. En un mot : waouw !!!

Si le jeu n'est hélas plus édité, la gamme a bénéficié d'une foule de suppléments tout à fait intéressants comme "Jerusalem by Night", "Constantinople by Night", "Dark Ages : Fae", etc. Il est possible d'en consulter la liste complète sur le site pen & paper (www.pen-paper.net). D'autre part, le site wiki de White Wolf consacre plusieurs pages à Vampire : Dark Ages.

Côté français :
- la scénariothèque propose plusieurs documents tout à fait dignes d'intérêt, comme par exemple, une présentation détaillée (75 pages !) de Jerusalem.
- même verdict pour la page dédiée du SDEN : à consulter de toute urgence !


3. Un cas à part : Solomon Kane :

Qu'il me soit permis de faire un écart pour citer les deux jeux de rôle consacrés à
Solomon Kane, le héros puritain de Robert E. Howard :
- Solomon Kane, le superbe JDRA d'Olivier Legrand ;
- et The Savage World of Solomon Kane, de Pinnacle, et basé sur les règles de Savage Worlds (donc excellent !).

Si le cadre de ses aventures n'est pas strictement "médiéval" (le héros évolue dans l'Angleterre Elisabethaine avant d'aller explorer le Continent Noir, l'Afrique !), ces dernières méritent largement le détour tant elles peuvent alimenter l'imaginaire de tout MJ des autres jeux précités. Quant aux JDR, la version de Pinnacle peut, avec un peu d'imagination être transposée quelques siècles en arrière (pourquoi pas pendant la guerre de Cent Ans, par exemple ?) et la version d'Olivier Legrand est remarquablement écrite, avec moult conseils de jeux tous plus pertinents les uns que les autres. Mon avis personnel ? Même si vous ne comptez pas jouer à ce dernier jeu, prenez néanmoins le temps de le lire, vous ne le regretterez pas.


CONCLUSION :


Est-ce tout ? Assurèment, non. Je n'ai que trop conscience d'avoir effleuré la partie émergée de l'Iceberg et nul doute que de nombreux autres JDR et JDRA mériteraient d'être cités dans cet article. A mon grand regret, je ressens là bien cruellement les avanies qui touchent le GROG, incontournable encyclopédie en ligne de notre hobby préféré. Avanies qui touchent heureusement à leur fin.

J'espère néanmoins vous avoir donné envie de partir à la découverte de ces jeux, et plus largement de ce genre si particulier entre fantasy classique et récits d'épouvante, à l'atmosphère si originale. A tous et à toutes...


... Bonne lecture et bons jeux !


Post-scriptum : vous connaissez d'autres JDR "médiévaux-gothiques" que j'aurai eu l'outrecuidance de ne pas nommer en ces lignes ? N'hésitez pas un seul instant : la rubrique "commentaires" est là pour vous permettre de redresser les torts et faire entendre votre voix. Donnez votre avis, venez partager vos coups de coeur et vos impressions... Bref, participez.



Voulez-vous en savoir plus ?


Sur www.krinein.com, vous découvrirez un excellent dossier, ultra-complet et érudit, sur le fantastique gothique au cinéma, ses origines littéraires, ses grands courants, son "Âge d'Or", ses interprètes inoubliables (Boris Karloff, Vincent Price, Bela Lugosi, mais aussi Mario Bava, Ingrid Pitt, Udo Kier, etc.); bref, une somme indispensable !
Ci-dessous, vous trouverez les liens. Bonne lecture !
-
le fantastique gothique - partie 1 ;
- le fantastique gothique - partie 2 ;
- le fantastique gothique - partie 3.

Commenter cet article

Trocero 01/04/2013 21:18


Merci beaucoup Olivier pour ta réponse !


Cela me redonne courage et me motive d'autant plus.


Je te propose de te faire part de mon état d'avancement sur ce setting. Je le mettrais également sur le SDEN.


Merci beauoup pour tes idées et suggestions !


Ta descriptions des elfes il me semble u'il y a justement un équivalent à Ravenloft. Je suis loin de connaître complètement l'univers mais tu as un domaine qui s'appelle le Tepest. Un domaine qui
semble très intéressant. Je te le décris en quelques mots. Tu prends une organisation d'inquisiteurs inspirés de l'Inquisition espagnole mélangés aux puritains façons ceux des "sorcières de
Salem" mais tu remplaces les sorcières par les Fées de l'Ombre (Shadow Fey) il s'agit de Fées maléfiques et cruelles.


Sinon il y a deux domaines que j'affectionne particulièrement : la Barovie : tu prends la Roumanie/La Transylvanie/Les Carpathes à la fin du Moyen Âge et tu remplaces Dracula (façon Christopher
Lee dans les Dracula de La Hammer) par Strahd Von Zarovich le sombre seigneur de ce domaine. Il y a aussi les Vistanii que j'affectionne particulièrement. C'est en quelque sorte les
Gitans/Bohémiens façon gothique qui peuvent te prédire l'avenir avec l'éuivalent à Ravenloft (je ne me souviens plus du nom du set de cartes) du tarot de Marseille et aussi te maudire en te
jetant le Mauvais Oeil.


Le second domaine que j'affectionne particulièrement est le Mordent. Tu prends l'Ecosse au XVIe siècle avec son organisation secrète de chasseurs des créatures de la nuit fondée par Rudolph Van
Richten (l'équivalent à Ravenloft d'Abraham Van Helsing, le chasseur de Dracula).


Il y a encore d'autres domaines qui ont l'air hyper intéressants : l'Hara Kir l'équivalent gothique de l'Egypte avec des momies et il me semble des hommes scorpions (comme dans la Momie II)


et un domaine créé par les fans dont ma parlé mon meilleur ami MJ à Ravenloft depuis plus de 10 ans. Il s'agit de la Péninsule Dorée. Tu prends le folklore et les légendes noires des pirates
comme Pirates des Caraïbes mais en version très noire et gothique.


Enfin bref, lol je pars dans mes descriptions. Mais Ravenloft m'a vraiment fait aimé le gothique.


 

olivier rousselin 30/07/2013 21:53

Ami Trocero, j'ai lu avec attention ta présentation de "Bad Moon" et t'ai répondu par email. Je serais ravi d'avoir un retour. Tiens-moi au courant de l'avancée de tes travaux.

Ludiquement,

Olivier

Trocero 07/07/2013 17:41

Salut Olivier !

Voilà je continue toujours dans cette idée de setting gothique pour Savage Worlds. Et du coup plutôt que de faire une conversion de Ravenloft, je pense plutôt partir dans la création d'un setting gothique en y mettant tout ce m'attire sur le sujet (de Ravenloft et autre).

Je t'ai envoyé un email avec le descriptif de Bad Moon (mon futur setting) que j'ai publié également sur le SDEN.

Tu me diras ce que tu en pense.

Trocero 30/03/2013 20:29


Salut Olivier !


Voilà je voudrais avoir ton avis. Tu me sembles connaître très bien le système D20, le système Savage Worlds et quelque peu l'univers de Ravenloft.


Voilà j'ai une idée, c'est de faire en quelque sorte un "Savage Ravenloft".


Cette aspiration me vient suite à deux raisons. Maintenant est sorti Pathfinder la référence en ce qui concerne le D20. Il paraît que c'est une très bonne version et je veux bien le croire, mais
le souci pour moi est qu'il y a trop de règles, d'options et de dons à gérer. Rien que le livre de base doit faire pas loin de 500 pages. Cela me décourage un peu lol. Je voudrais un système plus
"light" et simple à gérer.


Ensuite la deuxième raison est que je voudrais faire "ma version" de Ravenloft en quelque sorte. J'adore l'aspect gothique et tourmenté de l'univers et des personnages mais j'aime moins le côté
"fantasy" avec les nains, les elfes, les hobbits et la magie. Il est vrai que Ravenloft reste malgré tout un univers de Donjons et Dragons et bien qu'il s'en démarque grandement en proposant un
univers à l'ambiance gothique, il ne dénoue pas complètement des "poncifs", si je puis dire, de Donjons de Dragons.


Mon idée avec "Savage Ravenloft" est de faire une version plus simple et "light" au niveau des règles et vraiment centrer Ravenloft sur son essence même (selon moi) : le gothique.


Je voudrais avoir ton avis, est ce que tu penses que c'est une bonne idée ?


J'ai d'ailleurs écrit un post là dessus sur le SDEN dans la rubrique Savage Worlds.


Voilà voilou


Guillaume alias Trocero/Pierpoljack

olivier rousselin 01/04/2013 16:08



ben un peu que c'est une bonne idée !! Monter un "Savage Ravenloft" te permettrait de prendre tes distances à la fois avec l'univers et les règles de Donjons &
Dragons.


 


Cela te permettrait de te concentrer uniquement sur la partie background de cet univers sans te sentir coincé par la possession ou non des livres de règles parus pour la troisième édition. Tu
n'aurais pas non plus à vérifier sans arrêt si les règles sont conformes ou non avec ce que propose Pathfinder. Pas besoin non plus de faire des ajustements de règles entre les
différrentes éditions du jeu (si je ne m'abuse, le module  original Ravenloft date de la première édition d'AD&D. La gamme fut ensuite développée pour la
seconde édition, puis une version 3.X vit le jour. 


 


Quant à proposer une version de Ravenloft sans nains, sans elfes et sans hobbits, non seulement tu peux le faire sans soucis, mais c'est quelque chose de passionnant à faire. Quelque chose que
les scénaristes de comics pratiquent depuis des décennies. Ca s'appelle des "univers parallèles". Tu vois ? Ces histoires décalées où Superman est né de l'autre côté du rideau de fer et
est devenu le champion de l'URSS ou bien où Bruce Wayne est devenu président des Etats-Unis au lieu d'endosser le costume de Batman.


 


Donc oui, cent fois oui, fais-toi TA version de Ravenloft avec Savage Worlds. Fonce, amusez-vous, toi et tes joueurs.


 


Pour finir, permets-moi quelques questions/suggestions :


1.  pourquoi pas un crossover Rippers/Ravenloft ?


ou


2.  pourquoi ne pas garder les elfes et les nains et en faire des êtres inquiétants et inhumains, aux motivations incompréhensibles (strictement PNJ) comme dans  Hellboy (soit
dit en passant, une formidable source d'inspiration pour des histoires gothiques) ?


3. Dans cette optique, pour les elfes, je te recommande notamment la lecture de "Trois Coeurs, trois lions"de Poul Anderson (dispo à bas prix chez Presses Pocket). Les elfes y sont
décrits comme dangereux, chaotiques, cruels et frivoles... Le fer leur fait mal et les signes saints les repoussent (repousser un elfe comme un vampire à l'aide d'une croix et d'une prière ???
C'est possible). Le livre est un régal ! Chaudement  recommandé.



Trocero 28/06/2010 14:23



Je lis un tout petit peu l'Espagnol, j'en ais fait au lycée. Mais je le lis moins bien que l'Anglais. Merci en tout cas pour le lien, Olivier. Sinon Witch Hunter, si je ne me trompe pas, se passe
au XVIIe siècle, avec notamment le fameux épisode de Salem.


Pour Aquelarre, j'avais vu cela sur les descriptifs des suppléments de la gamme sur le GROG.


Voici des précisions sur les suppléments en questions :


-Rinascita : (la période allant de 1450 à 1600) soit grosso modo le XVIe siècle


-Villa y Corte : (le XVIIe siècle) apparemment résolumment dans un style de cape et d'épée


Voilà voilou


@+ !


Trocero



olivier rousselin 01/07/2010 22:58



Bon, ben, va falloir se remettre à l'espagnol ! Ou bien chercher les infos dans des livres et sites web en français...  Merci en tout cas pour toutes ces infos.



Trocero 22/06/2010 00:10



J'oubliais !


Concernant le XVIe siècle (donc pas médiéval) mais gothique assez proche de Solomon Kane tu as également Witch Hunter. Sinon dans le même style que Ravenloft : Masque of The Red Death (une
version spécifique de Ravenloft dans notre monde au XIXe siècle) tu as Rippers pour Savage Worlds (pas médiéval) mais gothique également


Voilà voilou


@+ !


Trocero



olivier rousselin 27/06/2010 19:16



Je crois que Witch hunter se déroule au XVII, voire XVIIIe siècle puisqu'il évoque la colonisation du Nouveau Monde par les premiers pélerins. Non ? 


Masque of the Red Death avait l'air très intéressant également. En fait, il y a quantité de jeux qui peuvent retranscrire cette ambiance gothique, qu'elle soit gothique ou non.
Ah ça ! Il y a de quoi s'occuper !



Trocero 22/06/2010 00:02



Salut Olivier !


Je me permets de citer un autre jeu de rôle gothique selon moi : Aquelarre. Il s'agit en gros d'un Moyen Âge plein de supersititions sur le côté oculte du folklore biblique (léviathan, golem,
tous les types de démons etc.) sur l'Espagne au XIIe ou XIIIe siècle, je ne sais plus exactement. Il y a eu d'ailleurs deux suppléments pour jouer à une autre époque dont la Renaissance (soit la
période de Solomon Kane).


Aquelarre, il me semble veut dire Sabbat ou Messe Noire en Espagnol d'ailleurs.


@+ !


Trocero



olivier rousselin 27/06/2010 19:05



J'ignorais que l'on pouvait jouer à l'époque de la renaissance avec Aquelarre. C'est un excellent jeu, utilisant le Basic System de Chaosium, me semble-t-il, et
qui aurait mérité de trouver son public en France. Merci à toi pour ces infos.


 


Sinon, dis-moi, Trocero, lirais-tu l'espagnol ? Je te pose cette question parce qu'Aquelarre continue de se développer, de l'autre côté des Pyrénées.  


A découvrir ici : http://www.aquelarreweb.net/