Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
dices everywhere, des dés, du fun, des jeux

blog dédié aux JEUX DE RÔLE "OLD SCHOOL" et plus récents : AD&D 1st ed., 0D&D, Labyrinth Lord, Swords & Wizardry, OSRIC, Savage Worlds

Bons ou mauvais ? Peut-on tout jouer ?

Publié le 6 Décembre 2008 par olivier rousselin in 15. AIDES DE JEU

Avertissement : le présent article étant 100% subjectif (il ne s'agit après tout que de mon opinion), je souhaite le laisser "ouvert", c'est-à-dire le modifier en fonction de vos retours et de vos opinions. L'enrichir de vos propres réflexions. Je fais donc appel à vos avis et critiques et vous remercie par avance des commentaires, idées et réflexions que vous voudrez bien laisser.
^_^

- olivier


INTRO : L'EXEMPLE DE SHAINTAR

 


Ainsi que je l'expliquais dans la première partie de ma critique de Shaintar, le Jeu de Rôles épique et héroïque de Sean Patrick Fannon, l'univers décrit dans le jeu est ultra-manichéen et s'inscrit dans la tradition de la High Fantasy. Il s'agit d'un monde en noir et blanc, ravagé par d'incessants combats ayant opposé "autrefois" les Forces du Bien et du Mal.

Une terre de dangers et de magie, riche de merveilles et d'aventures.

Surtout, Shaintar est sur le point d'être déchiré par une future guerre, terrible et dévastatrice, où les "héros" (les PJ) vont avoir un rôle majeur à jouer. 

Dans cette orientation épique que souhaite donner l'auteur, les choix autorisés aux joueurs se retrouvent restreints : leurs personnages seront des "héros" au sens fort du terme : nobles, héroïques, honorables, loyaux jusqu'à la mort.

 

L'auteur pousse sa logique jusqu'à déconseiller voire prohiber certains désavantages ("hindrances") des règles officielles : "sanguinaire", "cupide", "agressif" sont rejetés car considérés comme  favorisant l'anti-jeu. D'autres défauts, en revanche, sont encouragés, car correspondant d'avantage à l'ambiance souhaitée : "loyal", "code d'honneur", "héroïque".


Or, que penser d'un tel dirigisme ? Si certains MJ et joueurs peuvent l'accepter (c'est mon cas), d'autres sont exaspérés par une telle attitude et se sentent brimés dans leur pratique du JDR...


 

I.  Tout jouer...

 

 

Mon avis personnel en la matière est que certains jeux (Fallout RPG, Fable , CONAN, etc.) permettent de jouer tous les types de personnages, y compris des "salauds" de la pire espèce.

 

 

En effet :

a) Soit ces univers-là rejettent le manichéisme "Bien-Mal" pour développer un discours autre, souvent plus fin qu'il n'y parait à première vue.

b) Soit sont trop "orientés" pour permettre d'incarner tous les types de personnages (du moins, sans poser de problèmes aux autres joueurs et au MJ).

 

 

Ainsi :

a) le monde Hyborien, théâtre des aventures fracassantes de CONAN, est également pour son créateur, Robert E. Howard, l'objet d'une réflexion terriblement pessimiste sur la nature humaine et sur les valeurs de "barbarie" et de "civilisation".

De même, les Jeunes Royaumes d'Elric de Melniboné, s'avèrent être gangrénés par la lutte entre la Loi et le Chaos. Condamnés à disparaître dans une fin du monde apocalyptique.
L'entropie est si puissante, si forte dans les romans (et la pensée) de Moorcock qu'Elric se révèle être lui-même la cause des nombreuses tragédies qu'il endure  (ce qui le fait souffrir d'avantage encore). Son royaume, la femme qu'il aime, ses amis... Tous meurent de sa main ou à cause de lui. Elric causera sa propre perte et finira tué par son épée, Stormbringer !


De tels univers étant riches en "
zones d'ombre", en ambiguïtés de toutes sortes, il s'avère alors inadéquat de leur appliquer arbitrairement une conception manichéenne du monde : d'un côté, le "Bien". De l'autre, le "Mal".

 

b)  D'autres univers de jeux aiment au contraire jouer des ambiguïtés et d'une conception plurielle du monde ("plusieurs choix s'offrent à vous. Que faites-vous ?") pour poser la question des choix moraux du/des héros comme  postulat central du jeu.

Très bon exemple : le jeu vidéo Fable confronte sans cesse le joueur à des choix moraux (mentir/dire la vérité ? secourir/abandonner une personne en détresse ? achever/épargner un adversaire vaincu en duel ? etc.). Ces choix, ces "dilemnes" occupent une place centrale dans le jeu puisqu'ils déterminent :

- l'apparence du personnage : à haut niveau, un personnage bon a une petite auréole au dessus de la tête et est accompagné en permanence par un faisceau de lumière. En revanche, un personnage maléfique aura des cornes, des yeux rouges  et sera entouré de mouches !

- l'attitude des gens qu'il rencontre : le héros vertueux est acclamé, salué. Le héros maléfique effraie les quidams qui implorent sa pitié dès qu'il passe.

- les missions qui lui sont proposées : si un joueur veut rester bon (ou mauvais), certaines missions ne peuvent être accomplies car elles auraient alors un impact sur son alignement. De même, certaines quêtes ne peuvent être déverouillées (ce qui fait que seul un joueur "neutre" peut finir le jeu à 100%).

 

 

 



II. ... Ou ne pas tout jouer...

 


Il apparaît donc que c'est le concept d'un jeu (et/ou d'un univers) qui finit par orienter "logiquement" le concept d'un personnage. Et dans cette optique, nombre de JDR ne permettent pas de tout jouer, loin s'en faut !

 

 

Par exemple, jouer un personnage pacifiste-peureux-effrayé-par-la-vue-du-sang passe sans problème dans des JDR d'ambiance "light" comme Animonde ou P'tites Sorcières

En revanche, un tel personnage n'aurait  à priori absolument pas sa place dans des univers désespérés et sombres comme ceux de Stella Inquisitorus, Warhammer 40K ou encore Vampire - la mascarade. 

Qu'on essaie par exemple d'imaginer quelques secondes de dialogue autour d'une table du World of Darkness
- Joueur 1 : "non, non, j'ai peur du sang"
- Les autres joueurs : "Mais ?... Tu es un vampire !!!"
- Joueur 1 : "oui, peut-être, mais j'ai le sang en horreur ! Et puis vous êtes tous méchants. Moi, je ne veux tuer personne"
- Les autres joueurs : "??? Euh... Tu déconnes, là ? ...".

Un tel personnage relève de l'anomalie pure et simple (encore que certains jeux comme Stella Inquisitorus permettent ce genre de "délires" par leur humour noir sous-jacent ). Sa seule existence est incongrue, hors de propos. 


Dans le même ordre d'idées, il semble plus que difficile (pas forcèment impossible, notez bien !) d'imaginer un PJ cruel et sadique dans des jeux "à tendance héroïque" comme Marvel Super Heroes, Mutants and Masterminds,  Tiers-Age, ou bien encore (j'y reviens) Shaintar.


Simplement, dans tous les cas de figure que je viens d'énumérer, nous nous retrouvons :
- soit face à des jeux orientés "léger" (Animonde, P'tites Sorcières) ou "positifs" (les Super-Héros, Tiers-Age, Shaintar) ;
- soit face à des jeux orientés "sombres", "négatifs" (le World of Darkness, est typique de cette orientation).

 
Dans de tels univers, on s'attend à un certain style de jeu, à une certaine ambiance... Bref, à un certain type de personnages.
  Par conséquent, l'insistance du joueur à vouloir incarner un personnage "hors-normes", à contre-courant,risque alors d'être perçue au mieux comme une bizarrerie, au pire comme un caprice ridicule, puéril, voire une tentative de "sabotage" de la partie.

 

III. ... Telle est la question !

 

 

La véritable question est celle-ci : à trop s'éloigner de l'ambiance recherchée, ne risque-t-on pas de dégoûter/se mettre à dos les fans du jeu, assis à la table ? Après tout, le JDR n'est-il pas un loisir collectif ? 

Pour poser la question autrement : peut-on imaginer un PJ samouraï qui passe son temps à bafouer le code du Bushido, à rejeter les règles de sa caste, à se comporter sans honneur ? Si on veut on jouer "dans l'esprit", NON. Cent fois non. Car ce que les MJ et les autres joueurs autour de la table attendent de lui, c'est qu'il se comporte en "vrai" samouraï. Qu'il suive plus ou moins "à la lettre" le Hagakure. Qu'il respecte les principes du bushido.
Quand bien même le joueur voudrait persister dans son interprétation, envers et contre tous, le risque est réel qu'il dégoûte les autres joueurs par son attitude. Que ces derniers le considèrent comme un piètre rôliste, un "naze" ("il sait pas jouer"). Pis, comme un "saboteur"... Dans tous les cas : un indésirable !


Naturellement, une telle incompréhension peut être évitée "en amont", c'est-à-dire avant la partie. Par exemple, le joueur peut (et devrait, afin d'éviter toute incompréhension) annoncer : "les gars, je n'ai pas envie de jouer un samouraï pur et dur. Je préférerai que mon perso soit un ronin sans honneur. Un couard qui préfère se goinfrer que pratiquer le sabre". A ce moment-là, avant que la partie ne commence, la problématique du personnage est posée : le joueur ne veut pas en faire un héros ou un anti-héros. Il a plus envie d'incarner un clown, un bouffon. C'est son choix et il en a tout à fait le droit (après tout, chacun est là pour s'amuser, pas vrai ?).

Après, c'est aux autres joueurs et au MJ d'en discuter avec lui, de voir s'ils sont d'accord ou pas, et pourquoi. Ainsi, tout risque de conflit ultérieur pourra être désamorçé au préalable.  

Dans le même ordre d'idées, on peut tout à fait imaginer un MJ proposant à ses joueurs d'incarner une bande de traîtres renégats humains à la solde du Mordor. ""Est-ce que celà vous tenterait ?". Si les joueurs sont d'accord, alors, tant mieux pour le MJ qui pourra masteriser son scénario maison "hors des sentiers battus". Sinon, tant pis pour son idée, ses joueurs n'étant pas prêts à l'ccepter (peut-être plus tard ? Ou bien avec un autre groupe).

Dans tous les cas, bonne nouvelle : la partie va -enfin- pouvoir commencer.



Conclusion ? 


Il y aurait encore beaucoup à dire, mais je préfère en rester là pour laisser la place à vos propres idées. Je serais ravi de connaître vos opinions sur le sujet. Alors, lachez-vous, n'hésitez pas (restez constructifs quand même !) et exprimez-vous !

Enfin, afin de prolonger quelque peu cette réflexion, je vous recommande vivement l'excellent site
"Places to Go, People to Be", dont j'avais déjà parlé précédemment, et qui propose divers articles très intéressants dont celui-ci, traduit en français.


A tous et à toutes, bons jeux !

Commenter cet article

Rappetou 15/12/2008 14:52

Un petit HS pour signaler que le réalisateur de l'excellent "Snatch" vient de sortir son nouveau film "Rock'N'Rolla" un peu dans le même genre si j'ai bien compris Et tant qu'on est dans le HS, je soulignerai à propos de Star Wars qu'avec l'arrivée de la dernière trilogie, la possibilité de jouer du temps de l'ancienne république et les jeux vidéos où on nous offre le choix entre les 2 côtés de la Force (Jedi Knight, KOTOR, Force Unleashed et son supplément JdR...) tout devient beaucoup plus ambigüe ! (il y avait donc un piège dans ma question )

olivier rousselin 16/12/2008 09:01


Certes, il est possible de jouer des méchants dans la version SAGA de Star Wars, mais l'univers reste "light" dans son ambiance générale, ne serait-ce que pour son traitement
ultra-soft de la violence.

Par exemple, quand Darth vader fait torturer Han Solo (dans "l'Empire contre-attaque"), ça n'a rien d'horrible. Pas de sang versé, pas de gros plans sur des objets tranchants ou pointus
s'enfonçant douuuuucement dans les chairs de la victime.
Star Wars est et restera un divertissement familial. Ce n'est ni Hostel ni La Horde Sauvage.  En fait, quiconque voudrait mettre plus de
"réalisme" dans la représentation de la violence irait à l'encontre de l'esprit de la série.

Après, c'est un choix personnel : au MJ et aux joueurs de décider de l'orientation qu'ils veulent donner à leur partie.

Pour en revenir à ton HS de départ, "Snatch" propose de très bons exemples de personnages "gris", c'est-à-dire ni bons, ni maléfiques : juste des petits truands lâches,
bêtes, frimeurs, bornés, magouilleurs... Tellement humains !


childéric Maximus 08/12/2008 10:57

je ne vois pas trop quoi rajouter après l'intervention pertinente de Rappetou. Le choix de jouer Blanc ou Noir doit être clairement établi dés le début afin d'éviter de faire capoter un scénario ou une campagne et au-delà générer un conflit entre les participants. Ce n'est pas le but du JdR.
Mon petit groupe de bras cassés que je mastérise sur "Tranchons & Traquons" aime bien jouer Gris. C'est-à-dire qu'ils veulent bien sauver le monde mais à condition qu'ils y trouvent eux aussi leur compte. Cela me convient parfaitement. J'en profite pour les mettre dans des situations qui nécessitent certains choix moraux. Parfois ils choisissent blanc et parfois noir. Ensuite à eux d'en assummer les conséquences (et j'avoue me délecter de ces choix cornéliens car ils sont autant de moteurs pour faire évoluer l'intrigue et surtout les PJ eux-mêmes)
 

olivier rousselin 10/12/2008 08:29



Je dois bien reconnaître que la "troisième voie" (jouer "gris") peut devenir franchement jubilatoire si le MJ joue à fond la carte de l'humour noir et de la dérision (comme dans les films de
Sergio Leone ou, plus près de nous, l'excellent Snatch de Guy Ritchie). Il y a d'ailleurs un JDRA que j'aimerais bien tester : Bad Guys RPG, où les joueurs sont tous des
bras cassés, des petites frappes, des truands de bas étage qui se fichent dans la mouise tous seuls.
Les ressources pour ce JDRA se trouvent à cette adresse : http://www.cerbere.org/Bad/163/ressources-bad-guys-rpg



rappetou 07/12/2008 01:44

Je ne te savais pas si tiraillé entre le bien et le mal :DBon plus sérieusement, pour moi tu répond toi même à ta question. La communication se fait généralement en amont que ce soit de façon directe ou détournée. S'il y a conflit avec un joueur ou avec le groupe c'est que la communication s'est mal faite, que les personnes se sont mal comprisent faute de questions explicites, de biefring efficace ou autre.Si le joueur ne joue pas le rôle de son personnage soit par inexpérience, soit par ignorance ou soit par choix délibéré pour saboter la partie, pour moi il y a un problème qui se situe quelque part hors du cadre de la partie et dont le groupe serai avisé de traiter rapidement (cela pouvant aller jusqu'à l'exclusion... ça c'est déjà vu).Pour le reste, c'est quand même le mj le 1er concerné par ce qu'il achète et ce qu'il fait jouer. Si mon groupe n'affectionne que la dark fantasy je ne vois pas l'intérêt de lui proposer un Shaintar "alternatif" alors que d'autres très bon univers spécifiques existent déjà (Midnight D20, Ravenloft, Warhammer, Stormbringer, etc...). Si dans mon groupe de jedi un joueur me dit qu'il veut jouer sith c'est que j'ai loupé un truc quelquepart...Non ? ^^PS : et Star Wars (les éditions actuelles) tu le situerai où dans ton classement ? ;)Rôlistiquement,Rappetou

olivier rousselin 10/12/2008 08:23


Merci pour tes commentaires.

Concernant Star Wars, c'est définitivement un jeu "optimiste" et "light" (mais là, c'est le vétéran de la fabuleuse version D6 qui te parle) : les PJ sont des héros, ils se
battent à 1 contre 50, n'arrêtent pas de balancer des vannes tout en risquant leur vie. Enfin, la violence y est édulcorée au possible (les films Star Wars sont tous publics : Lucas n'est pas
Tarantino et quand Luke Skywalker se fait couper la main, aucun jet de sang ne vient heurter le regard des censeurs). D'ailleurs, dans les conversions SaWo existantes, la
compétence "guts" a été retirée... Pour être remplacée par un simple jet d'Âme. Ca renforce le côté héroïque des PJ.