Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
dices everywhere, des dés, du fun, des jeux

blog dédié aux JEUX DE RÔLE "OLD SCHOOL" et plus récents : AD&D 1st ed., 0D&D, Labyrinth Lord, Swords & Wizardry, OSRIC, Savage Worlds

Shaintar : la critique complète (1/3) : présentation

Publié le 13 Novembre 2008 par olivier rousselin in 13. THEMA: SAVAGE WORLDS

Un petit tour dans ma boutique habituelle m'as permis de me procurer le mois dernier Shaintar, le setting "Epic-High Fantasy" des Studios Talisman, basé sur les règles de Savage Worlds.


Si le livre n'est pas aux standards de qualité habituels de Pinnacle (livre à couverture souple et non rigide ; intérieur N&B et non en couleurs ; grammage du papier plus fin), il semble prometteur en termes d'univers et surtout, est beaucoup plus dense. A titre de comparaison, l'ouvrage fait 256 pages contre 160 pour Slipstream ou 176 pour Sundered Skies. A la clef : plusieurs races jouables, sept systèmes de magie, un bestiaire, des listes de sorts, une campagne complète, plusieurs synopsis de scénarios proposés... Qui plus est, son prix est plus qu'abordable : 22,50€ TTC. (Yeaaaah !).


Reste un dernier point à élucider : Shaintar apparaît en effet comme un énième RPG d'heroic-fantasy, ultra-classique qui plus est. Que peut-il donc apporter aux fans de Savage Worlds ? Qu'a-t-il de plus que les autres "settings" ? Bref, quel est son intérêt ? La réponse (ou du moins, une tentative de réponse) ci-dessous.


A. Shaintar : un ton, un style, une ambiance...


"Shaintar. The very name speaks of the unique and powerful mythology that defines this world. It is a world of ancient mystery and contemporary intrigue. A world of endless possibilities, both wondrous and sinister. Magic abounds and is a powerful force; yet even magic knows limitations, and a lone hero with a strong blade and a stronger heart may prevail. LEGENDS. NEVER. DIE."


A.1. Un monde manichéen :


L'univers de Shaintar relève de la "High Fantasy" la plus pure, dans la droite lignée des World of Warcraft (WoW) RPG, D&D, "Everquest" (le jeu vidéo et sa déclinaison en JDR) et autres "Heroes of Might and Magic" (sans oublier leur ancêtre commun, le  mètre-étalon du genre : "Le seigneur des Anneaux").
 

Dans ce type d'univers :
- la survie du monde est en jeu ;
- les héros sont nobles, fiers et pleins de prestance (y compris les orcs et les ogres, qui ont un sévère code de l'honneur, comme dans WoW ) ;
- les méchants sont vils et abominables ;
- la magie est omniprésente, de même que les créatures merveilleuses ;
- enfin, le Bien et le Mal vont bientôt (ou sont déjà, selon les univers) s'affronter dans un combat cataclysmique et "mondial".

Cette vision ultra-manichéenne de la fantasy est défendue bec et ongles par l'auteur, Sean Patrick Fannon. "C'est ce que j'aime. Les meilleures histoires du genre sont de cette étoffe. Et c'est ce que Shaintar est censé être" déclare-t-il page 38.


Partant de ce principe, certains désavantages (hindrances) des règles officielles sont fortement déconseillés aux PJ ("bloodthirsty", "greedy [major]", "Mean"et "vengeful (major)") tandis que d'autres sont encouragés : "loyal", "code of honour" et "heroic". Ce dirigisme peut passer auprès de certains MJ (c'est mon cas) comme il peut en exaspérer d'autres. Ici, tout est une affaire de goût.

Afin de mieux faire passer la pilule, je suggère la règle maison suivante, tirée de Slipstream et que m'a aimablement suggéré LordJagged (merci à lui !) sur le forum Savage Worlds du SDEN :

Tout PJ peut prendre "loyal" ou "code of honour" ou "heroic" en plus des désavantages habituels (1 majeur, 2 mineurs). Ce qui lui donne droit en contrepartie de sélectionner un (et un seul) atout ("edge") supplémentaire de son choix, non-légendaire, en ignorant les prérequis de niveaux.


A.2. Un style... Dépaysant ?


La lecture est agréable, distrayante et ponctuée d'encadrés intitulés "GM to GM section" où l'auteur argumente, explique ses choix et ses idées, et apporte ses conseils aux futurs MJ de Shaintar. Cette excellente idée, sorte de "making of" du jeu (actuellement, les designers du PATHFINDER RPG emploient la même méthode), a le mérite de nous faire rentrer d'avantage dans la conception du jeu, de mieux en appréhender les mécanismes. Pourquoi n'y a-t-il pas de hobbits ? Comment gérer les finances des joueurs ? Pourquoi baser la campagne du livre de base dans les Terres Sauvages (les Wildlands) ? Etc. Personnellement, j'ai trouvé que certains "trucs et astuces" proposés dans ces encadrés mériteraient d'être repris dans d'autres "settings".


La maquette est claire, aérée, et les illustrations sont nombreuses, toutes créées par le talentueux Jason Engle, à qui l'on doit également l'illustration de couverture, la carte du monde, le design intérieur, etc. Une unité graphique de bon aloi et qui met tout de suite dans l'ambiance. Un regret personnel : de nombreuses illustrations ne soient que des croquis. J'aurais personnellement apprécié des dessins finis, avec plus de détails, de la couleur, mais là, je pinaille. Dans l'ensemble, c'est du tout bon.


Surtout,  Shaintar rompt (enfin !) avec la norme des "settings" proposés jusque là pour Savage Worlds qui s'articulent tous plus ou moins sur deux axes thématiques :
- les univers "pulps" (Pirates of the Spanish Main, 50 FathomsSlipstream, Ravaged Earth, ... )
- les univers à tendance horrifique (Evernight, Deadlands, ...)
- le mélange des deux (Rippers, Solomon Kane, ...)


Une seule exception à cette norme : l'inclassable et très perturbant Low Life, par Andy Hopp. Pas vraiment une référence, tant ce JDR est complètement bargeot, dérangé, et assez repoussant visuellement (je ne peux pas en dire plus. Le mieux à ce stade est d'aller juger vous-même sur pièces sur le site officiel du jeu).



Note : cet article date du 28 octobre, déjà. Comme je n'arrive pas à le terminer, j'ai choisi de le diviser en trois parties. Je détaillerai prochainement le contenu du livre (partie 2) puis les ressources disponibles (partie 3). Bref, en un mot comme en cent... STAY TUNED !
^_^



Post-scriptum (08 mars 2009) :

Eh voilà ! Près de quatre mois plus tard (), la suite et fin de cet article fleuve. Pfff... Quelle aventure !


Les autres articles sur Shaintar RPG :
- Shaintar : la critique complète (2/3) : l'univers
- Shaintar : la critique complète (3/3) : les ressources

Commenter cet article